La patineuse artistique Kamila Valieva, déjà sacrée avec la Russie dans l'épreuve par équipes et testée positive fin décembre à une substance interdite, pourra disputer l'épreuve individuelle des Jeux Olympiques de Pékin, prévue mardi et à laquelle la Belge Loena Hendrickx participera. Telle a été la décision rendue par le Tribunal arbitral du sport (TAS) lundi matin.

L'instance, qui a entendu les parties pendant près de six heures, a confirmé la levée de la suspension provisoire de l'adolescente de 15 ans par l'agence antidopage russe (Rusada), considérant que la priver d'épreuve avant même d'avoir examiné le fond de l'affaire lui causerait un préjudice "irréparable". "Sur base de faits très limités, il a été déterminé qu'aucune suspension provisoire ne devait être prononcée à l'encontre de l'athlète", a écrit le TAS dans son communiqué, s'appuyant notamment sur le fait que Valieva est une "personne protégée" au regard du code antidopage en raison de son âge (moins de 16 ans).

null, iStock
null © iStock

En effet, les règlements ne font pas état de suspension provisoire prononcée aux personnes protégées, statut qui implique des règles de preuve spécifiques et des sanctions allégées. Le TAS a aussi "tenu compte des principes fondamentaux d'équité, de proportionnalité, de préjudice irréparable et de l'équilibre des intérêts entre les différentes parties" pour considérer qu'empêcher l'athlète, "qui n'a pas été testée positive pendant les Jeux", de participer à la suite des JO lui "causerait un préjudice irréparable dans ces circonstances".

Star attendue des Jeux, à 15 ans à peine, Valieva a aidé la Russie à remporter l'or par équipes lundi dernier. Avant que ne tombe l'annonce d'un contrôle positif à la trimétazidine, une substance interdite, effectué après sa participation à une épreuve à Saint-Pétersbourg le 25 décembre.

Dans son communiqué, le TAS a souligné les "graves problèmes" concernant la notification tardive de ce résultat positif découlant d'un contrôle effectué fin décembre 2021. Valieva, championne d'Europe il y a un mois, s'est vu infliger une suspension provisoire par l'Agence russe antidopage (RUSADA) mercredi, mais elle a contesté la suspension, aussitôt levée le même jour. Le Comité international olympique (CIO), l'Agence mondiale antidopage (AMA) et la fédération internationale de patinage (ISU) ont alors fait appel de la levée de la suspension devant le TAS.

L'appel rejeté, la première patineuse de l'histoire à réussir des quadruples sauts dans l'histoire olympique va donc pouvoir se concentrer pleinement sur la présentation de son programme court mardi. Depuis l'annonce de son contrôle positif, elle a continué à s'entraîner jour après jour.

La patineuse artistique Kamila Valieva, déjà sacrée avec la Russie dans l'épreuve par équipes et testée positive fin décembre à une substance interdite, pourra disputer l'épreuve individuelle des Jeux Olympiques de Pékin, prévue mardi et à laquelle la Belge Loena Hendrickx participera. Telle a été la décision rendue par le Tribunal arbitral du sport (TAS) lundi matin. L'instance, qui a entendu les parties pendant près de six heures, a confirmé la levée de la suspension provisoire de l'adolescente de 15 ans par l'agence antidopage russe (Rusada), considérant que la priver d'épreuve avant même d'avoir examiné le fond de l'affaire lui causerait un préjudice "irréparable". "Sur base de faits très limités, il a été déterminé qu'aucune suspension provisoire ne devait être prononcée à l'encontre de l'athlète", a écrit le TAS dans son communiqué, s'appuyant notamment sur le fait que Valieva est une "personne protégée" au regard du code antidopage en raison de son âge (moins de 16 ans). En effet, les règlements ne font pas état de suspension provisoire prononcée aux personnes protégées, statut qui implique des règles de preuve spécifiques et des sanctions allégées. Le TAS a aussi "tenu compte des principes fondamentaux d'équité, de proportionnalité, de préjudice irréparable et de l'équilibre des intérêts entre les différentes parties" pour considérer qu'empêcher l'athlète, "qui n'a pas été testée positive pendant les Jeux", de participer à la suite des JO lui "causerait un préjudice irréparable dans ces circonstances". Star attendue des Jeux, à 15 ans à peine, Valieva a aidé la Russie à remporter l'or par équipes lundi dernier. Avant que ne tombe l'annonce d'un contrôle positif à la trimétazidine, une substance interdite, effectué après sa participation à une épreuve à Saint-Pétersbourg le 25 décembre. Dans son communiqué, le TAS a souligné les "graves problèmes" concernant la notification tardive de ce résultat positif découlant d'un contrôle effectué fin décembre 2021. Valieva, championne d'Europe il y a un mois, s'est vu infliger une suspension provisoire par l'Agence russe antidopage (RUSADA) mercredi, mais elle a contesté la suspension, aussitôt levée le même jour. Le Comité international olympique (CIO), l'Agence mondiale antidopage (AMA) et la fédération internationale de patinage (ISU) ont alors fait appel de la levée de la suspension devant le TAS. L'appel rejeté, la première patineuse de l'histoire à réussir des quadruples sauts dans l'histoire olympique va donc pouvoir se concentrer pleinement sur la présentation de son programme court mardi. Depuis l'annonce de son contrôle positif, elle a continué à s'entraîner jour après jour.