"Il a posé sa main sur ma cuisse, je me souviens l'avoir immédiatement repoussée. Après m'avoir parlé quelques secondes, il m'a agrippé le cou, comme s'il allait m'étrangler. Il a tourné ma tête vers la sienne et a essayé de m'embrasser". Il s'agit du témoignage de l'une des femmes agressées par Avram Grant, l'ancien entraîneur de Chelsea. Elle a témoigné à ce sujet sur une chaîne de télévision israélienne en décembre dernier. D'autres femmes se sont également exprimées depuis lors mais toutes l'ont fait de manière anonyme, car elles avaient peur des conséquences. Selon elles, Grant leur a fait des avances en leur proposant de les aider dans leur carrière. Il aurait essayé de toucher et d'embrasser ces femmes contre leur gré et les aurait forcées à avoir des rapports sexuels avec lui.
...

"Il a posé sa main sur ma cuisse, je me souviens l'avoir immédiatement repoussée. Après m'avoir parlé quelques secondes, il m'a agrippé le cou, comme s'il allait m'étrangler. Il a tourné ma tête vers la sienne et a essayé de m'embrasser". Il s'agit du témoignage de l'une des femmes agressées par Avram Grant, l'ancien entraîneur de Chelsea. Elle a témoigné à ce sujet sur une chaîne de télévision israélienne en décembre dernier. D'autres femmes se sont également exprimées depuis lors mais toutes l'ont fait de manière anonyme, car elles avaient peur des conséquences. Selon elles, Grant leur a fait des avances en leur proposant de les aider dans leur carrière. Il aurait essayé de toucher et d'embrasser ces femmes contre leur gré et les aurait forcées à avoir des rapports sexuels avec lui.Marc Overmars ne serait pas allé aussi loin, du moins selon les informations dont nous disposons actuellement. Mais dans le deux cas, nous sommes en face de situations typiques d'hommes abusant de leur position dominante. Ce qui est troublant, c'est qu'ils ne semblaient même pas en être conscients. Overmars a déclaré qu'il ne s'était pas vraiment rendu compte qu'il dépassait les limites. Et Grant a déclaré qu'il n'avait "jamais eu l'intention de faire du mal à ces femmes".Dans d'autres cas, il y a eu de véritables violences sexuelles, comme l'ont montré récemment les accusations portées contre Benjamin Mendy et Mason Greenwood. Ces zones floues sont inhérentes au monde du football. Dès que vous entrez dans cet environnement, des normes différentes de celles de la société s'appliquent. C'est comme si la santé mentale des personnes qui y entraient était systématiquement compromise.Le football est un monde dans lequel des millions de personnes sont impliquées et dans lequel une pression extrême pèse chaque jour sur de nombreuses épaules. Est-ce pour cette raison que certaines personnes estiment qu'elles ont le droit de se permettre un peu plus dans cet environnement ?Le fait est que, dans le monde du ballon rond, comme dans toute autre entreprise de plusieurs millions d'euros, on recherche des exutoires pour canaliser son stress. Dans un documentaire récemment publié sur sa vie, Wayne Rooney a déclaré que, pendant sa carrière active, il lui était arrivé de s'enfermer pendant deux jours pour s'adonner à la beuverie parce qu'il n'était pas préparé à ce qu'il appelait "l'autre facette du métier de footballeur" et qu'il ne pouvait pas supporter la pression. Les anciens joueurs Micah Richards et Chris Sutton se sont également épanchés sur les plateaux de la BBC au sujet des problèmes de santé mentale qu'ils avaient rencontrés au cours de leur carrière professionnelle. La bouteille d'alcool comme échappatoire dans le football (anglais) n'est bien sûr pas un phénomène nouveau, mais il serait surprenant de voir à quel point elle est encore utilisée.Le sexe peut également être utilisé comme exutoire, mais contrairement à l'alcool, il implique d'autres personnes et aussi leurs sentiments. Malgré la plus grande présence de femmes dans le milieu du football, la majorité de ces dernières est encore considérée comme de la viande et des objets dont l'on peut profiter sans culpabilité.Un changement de mentalité ne pourra venir que du milieu lui-même, mais on peut déjà penser qu'il ne sera pas possible sans un accompagnement psychologique. Les footballeurs doivent être préparés à ce qui les attendra au long de leur carrière et ne doivent pas perdre le contact avec la réalité comme c'est malheureusement souvent le cas.En attendant cette évolution, il est néanmoins positif que des comportements comme ceux d'Avram Grant et de Marc Overmars, qui étaient autrefois cachés, soient désormais connus de toutes et tous. Grâce au mouvement #metoo et à des femmes courageuses. Il faut espérer que leur combat puisse engendrer un changement fondamental dans les mentalités.