Racheté voici peu par de riches saoudiens, Newcastle pourrait être le prochain PSG ou Manchester City avec des propriétaires dont la fortune est encore plus importante que celles des clubs cités. Après s'être séparés de Steve Bruce, un entraîneur old school du football britannique, on pensait voir un grand nom du coaching poser ses valises à côté du banc de St James' Park. Antonio Conte, Zinédine Zidane, Unai Emery et même Roberto Martinez, les grands noms ont rapidement circulé dans le nord-est de l'Angleterre. C'est pourtant un patronyme moins ronflant qui a été désigné: Eddie Howe. Un homme de 43 ans peu connu du grand public, mais pas inconnu des suiveurs de la Premier League. Un choix qui n'est peut-être pas que par défaut pour un club qui envisage de grandir avec un football plus moderne que celui qu'il proposait jusqu'ici.

Jusqu'à présent, Howe est connu pour ses passages en tant que joueur et entraîneur de Bournemouth, une modeste formation qui évoluait voici encore deux ans au sein de l'élite anglaise. Après sa carrière sur les prés, il a rapidement endossé le costume de manager chez les Cherries. Pendant les dix années où l'Anglais a été l'entraîneur du club de son coeur, il l'a fait passer du sous-sol de la League Two (la quatrième division anglaise) à la Premier League. Après la relégation il y a deux saisons, il a préféré annoncer son départ pour permettre à un nouveau cycle de débuter.

A Newcastle, Eddie Howe a paraphé un contrat jusqu'en 2024. L'homme a été loué pour son dévouement et son éthique au travail. Dynamique, il parvient toujours à fédérer un vestiaire et à créer un bon lien avec ses joueurs, mais aussi les fans, qui sont importants à ses yeux. Et dans un club traditionnel comme Newcastle, le public de fidèles a évidemment un rôle à jouer. C'est sans doute un élément qui n'a pas échappé aux nouvelles têtes dirigeantes de St James' Park.

DES EQUIPES QUI ENCAISSENT BEAUCOUP

Adepte d'un football positif et offensif, le quadragénaire aime prendre des risques. Il accepte aussi les critiques selon lesquelles ses équipes laissent un peu trop les portes ouvertes derrière et qu'elles encaissent un peu trop de buts. Alors que la nouvelle attraction du football anglais sera l'objet de toutes les attentions dans les prochains mois, Eddie Howe devra créer une escouade qui sera aussi efficace en termes de points car il existe encore pas mal d'incertitudes sur les plans concrets des nouveaux repreneurs saoudiens.

Le discret Eddie Howe devra redresser un club traditionnel ambitieux mais actuellement en mauvaise posture en Premier League., iStock
Le discret Eddie Howe devra redresser un club traditionnel ambitieux mais actuellement en mauvaise posture en Premier League. © iStock

OBJECTIF MAINTIEN

Actuellement, les Magpies sont avant-derniers du classement et accusent six points de retard sur le premier non-relégable. Ils n'ont aussi toujours pas décroché de victoire. Le premier objectif du nouveau maître du vestiaire des Toons, et sans doute le plus important, sera d'assurer le maintien afin que le club puisse ensuite assouvir d'éventuelles grandes ambitions. Howe connaît très bien les exigences de la lutte contre la relégation et on imagine que le club n'hésitera pas à délier les cordons de la bourse dès cet hiver pour permettre à Newcastle de naviguer dans des eaux plus tranquille. Mais si de par son âge et de ses idées, le nouvel entraîneur pourrait être perçu comme un pari sur l'avenir, il faudra que les résultats suivent rapidement, car dans un grand club ou dans un qui ambitionne de le devenir, la patience dépend toujours du bilan chiffré de l'équipe première.

EDDIE HOWE EN BREF

Défenseur central malgré son mètre 78, Eddie Howe fut professionnel de 1994 à 2007 et n'a connu que trois clubs dans sa carrière. Tout d'abord, Bournemouth de 1995 à 2002 avec 276 matches et 13 buts au compteur. Il rejoint ensuite Portsmouth. A Fratton Park, il fait partie du noyau qui remontera en Premier League en 2003. Mais à titre personnel, Howe ne parvient pas à s'imposer (seulement 2 matches). En 2004, il est d'abord prêté quelques mois à Swindon Town où il ne jouera pas avant d'être prêté à Bournemouth. A la fin de son contrat à Portsmouth, il revient chez les Cherries où il dispute 59 matches en 3 ans pour un but. Il doit ensuite ranger ses crampons à seulement 30 ans en raison d'une blessure aux genoux.

Entraîneur à seulement 30 ans

En 2008, il prend la tête des Cherries et les sauve de la relégation en League Two (4e division) alors que le club avait reçu une pénalité les contraignant de commencer la saison à - 17 points. La suite, ce sera une montée en League One et un départ eu milieu du mois de janvier 2011 à Burnley avec un bilan de 50% de victoires à Bournemouth.

A Turf Moor, Howe tourne avec un bilan 39% de victoires à son compteur jusqu'au mois d'octobre 2012 où le club de son coeur veut le faire revenir. Le jeune technicien de 34 ans accepte le challenge et sera remplacé par Sean Dyche, toujours maître à bord chez lesClarets aujourd'hui.

Le retour de l'enfant prodige permet aux sociétaires du Vitaly Stadium de franchir les palliers. En 2013, Bournemouth rejoint le Championship et termine champion de cette division en 2015, ce qui lui octroie le droit d'évoluer en Premier League. Pendant quatre saisons, les Cherries réussiront l'exploit de se maintenir au sein de l'élite anglaise malgré des moyens financiers plus limités que certains concurrents. Le cinquième exercice sera celui de trop: Bournemouth est relégué et Eddie Howe décide de céder sa place sur le banc. Bien que cité dans certains clubs de Premier League comme West Ham depuis lors, le technicien, désormais âgé de 43 ans, a dû attendre l'offre de Newcastle ce mois ci pour retrouver sa place à la tête d'une équipe.

Racheté voici peu par de riches saoudiens, Newcastle pourrait être le prochain PSG ou Manchester City avec des propriétaires dont la fortune est encore plus importante que celles des clubs cités. Après s'être séparés de Steve Bruce, un entraîneur old school du football britannique, on pensait voir un grand nom du coaching poser ses valises à côté du banc de St James' Park. Antonio Conte, Zinédine Zidane, Unai Emery et même Roberto Martinez, les grands noms ont rapidement circulé dans le nord-est de l'Angleterre. C'est pourtant un patronyme moins ronflant qui a été désigné: Eddie Howe. Un homme de 43 ans peu connu du grand public, mais pas inconnu des suiveurs de la Premier League. Un choix qui n'est peut-être pas que par défaut pour un club qui envisage de grandir avec un football plus moderne que celui qu'il proposait jusqu'ici.Jusqu'à présent, Howe est connu pour ses passages en tant que joueur et entraîneur de Bournemouth, une modeste formation qui évoluait voici encore deux ans au sein de l'élite anglaise. Après sa carrière sur les prés, il a rapidement endossé le costume de manager chez les Cherries. Pendant les dix années où l'Anglais a été l'entraîneur du club de son coeur, il l'a fait passer du sous-sol de la League Two (la quatrième division anglaise) à la Premier League. Après la relégation il y a deux saisons, il a préféré annoncer son départ pour permettre à un nouveau cycle de débuter.A Newcastle, Eddie Howe a paraphé un contrat jusqu'en 2024. L'homme a été loué pour son dévouement et son éthique au travail. Dynamique, il parvient toujours à fédérer un vestiaire et à créer un bon lien avec ses joueurs, mais aussi les fans, qui sont importants à ses yeux. Et dans un club traditionnel comme Newcastle, le public de fidèles a évidemment un rôle à jouer. C'est sans doute un élément qui n'a pas échappé aux nouvelles têtes dirigeantes de St James' Park.Adepte d'un football positif et offensif, le quadragénaire aime prendre des risques. Il accepte aussi les critiques selon lesquelles ses équipes laissent un peu trop les portes ouvertes derrière et qu'elles encaissent un peu trop de buts. Alors que la nouvelle attraction du football anglais sera l'objet de toutes les attentions dans les prochains mois, Eddie Howe devra créer une escouade qui sera aussi efficace en termes de points car il existe encore pas mal d'incertitudes sur les plans concrets des nouveaux repreneurs saoudiens.Actuellement, les Magpies sont avant-derniers du classement et accusent six points de retard sur le premier non-relégable. Ils n'ont aussi toujours pas décroché de victoire. Le premier objectif du nouveau maître du vestiaire des Toons, et sans doute le plus important, sera d'assurer le maintien afin que le club puisse ensuite assouvir d'éventuelles grandes ambitions. Howe connaît très bien les exigences de la lutte contre la relégation et on imagine que le club n'hésitera pas à délier les cordons de la bourse dès cet hiver pour permettre à Newcastle de naviguer dans des eaux plus tranquille. Mais si de par son âge et de ses idées, le nouvel entraîneur pourrait être perçu comme un pari sur l'avenir, il faudra que les résultats suivent rapidement, car dans un grand club ou dans un qui ambitionne de le devenir, la patience dépend toujours du bilan chiffré de l'équipe première.