Vous vous souvenez de son éclosion au FC Bruges, de son année au PSV. Vous vous rappeliez de sa signature à Malaga?

A 27 ans, Maxime Lestienne a -mine de rien- pas mal bourlingué avant de poser ses valises à Sclessin. On notera une aventure en Russie (Rubin Kazan), aux Pays-Bas (PSV), ou encore en Italie (Genoa).

Mais le passage que l'on avait peut-être le plus oublié est son aventure, en 2018, à Malaga. Débarqué à la fin du mercato hivernal, l'actuel Rouche dispute 12 matchs de Liga et délivre un assist. Lestienne affronte les gros : Real, Barça, Valence sont sur sa route. L'allier belge goûte, sans faire de bruit, à la crème du championnat espagnol.

On l'avait tous un peu oublié, mais Maxime Lestienne s'est déjà frotté au top de LaLiga. Ici, en duel avec Sergio Ramos., iStock
On l'avait tous un peu oublié, mais Maxime Lestienne s'est déjà frotté au top de LaLiga. Ici, en duel avec Sergio Ramos. © iStock

Le rêve sera de courte durée. En une demi-année sous les couleurs du club andalou, Lestienne ne joue pas assez. En réalité, il ne dispute que très rarement un match en entier (deux fois : contre Levante et Alavés) et comptabilise 671 minutes de jeu.

À Malaga, on apprécie globalement la bonne humeur de celui qui ne parle pourtant pas espagnol, et irrite certains équipiers en prenant les entraînements par-dessus la jambe. "Son côté nonchalant en énervait quelques-uns. S'il fallait arriver au club à 10 heures, il n'était jamais là à 9h30", confirme le milieu algérien Mehdi Lacen, qui débarque sur la Costa del Sol en même temps que le Belge et partage le même hôtel que Lestienne jusqu'à ce que le Mouscronnois s'installe à Marbella, avec un cambriolage en guise de cadeau de bienvenue: "Il n'a pas été très malin sur ce coup-là", poursuit Lacen. "Il a souvent beaucoup de bijoux. Des bagues, des montres... Il est un peu bling-bling. Là-bas, à Marbella, c'est un peu la mafia. Il suffit que tu sois suivi deux ou trois jours, que les mecs remarquent tes habitudes, et tu te fais braquer."

En fin de saison, Malaga ne peut éviter la relégation en D2 espagnole. Et le contrat de Max' prend déjà fin chez les Boquerones. Dans le même temps, à Liège, un certain Edmilson Junior quitte le bateau pour filer au Qatar. La suite, vous la connaissez...

Maxime Lestienne avec Malaga., iStock
Maxime Lestienne avec Malaga. © iStock
Vous vous souvenez de son éclosion au FC Bruges, de son année au PSV. Vous vous rappeliez de sa signature à Malaga? A 27 ans, Maxime Lestienne a -mine de rien- pas mal bourlingué avant de poser ses valises à Sclessin. On notera une aventure en Russie (Rubin Kazan), aux Pays-Bas (PSV), ou encore en Italie (Genoa).Mais le passage que l'on avait peut-être le plus oublié est son aventure, en 2018, à Malaga. Débarqué à la fin du mercato hivernal, l'actuel Rouche dispute 12 matchs de Liga et délivre un assist. Lestienne affronte les gros : Real, Barça, Valence sont sur sa route. L'allier belge goûte, sans faire de bruit, à la crème du championnat espagnol. Le rêve sera de courte durée. En une demi-année sous les couleurs du club andalou, Lestienne ne joue pas assez. En réalité, il ne dispute que très rarement un match en entier (deux fois : contre Levante et Alavés) et comptabilise 671 minutes de jeu. À Malaga, on apprécie globalement la bonne humeur de celui qui ne parle pourtant pas espagnol, et irrite certains équipiers en prenant les entraînements par-dessus la jambe. "Son côté nonchalant en énervait quelques-uns. S'il fallait arriver au club à 10 heures, il n'était jamais là à 9h30", confirme le milieu algérien Mehdi Lacen, qui débarque sur la Costa del Sol en même temps que le Belge et partage le même hôtel que Lestienne jusqu'à ce que le Mouscronnois s'installe à Marbella, avec un cambriolage en guise de cadeau de bienvenue: "Il n'a pas été très malin sur ce coup-là", poursuit Lacen. "Il a souvent beaucoup de bijoux. Des bagues, des montres... Il est un peu bling-bling. Là-bas, à Marbella, c'est un peu la mafia. Il suffit que tu sois suivi deux ou trois jours, que les mecs remarquent tes habitudes, et tu te fais braquer."En fin de saison, Malaga ne peut éviter la relégation en D2 espagnole. Et le contrat de Max' prend déjà fin chez les Boquerones. Dans le même temps, à Liège, un certain Edmilson Junior quitte le bateau pour filer au Qatar. La suite, vous la connaissez...