Vous ne vous en souvenez pas ? Nous non plus. Et pourtant, Jonathan Blondel a bel et bien évolué sous les couleurs des Spurs.

Le 1er juillet 2002, Blondel, alors âgé de 18 ans, quitte Mouscron pour rejoindre le Nord de Londres.

Lancé par Hugo Broos avec les Hurlus à seulement 17 ans, le jeune milieu reçoit cependant peu de temps de jeu en D1 belge. Un an plus tard, Blondel fait donc le grand saut pour rejoindre White Hart Lane et la Premier League. "A Mouscron, je sentais bien que Hugo Broos ne me faisait pas tout à fait confiance (...) Il ne me considérait pas comme un titulaire à part entière", explique alors Blondel au Soir. Le transfert n'a toutefois rien d'hasardeux, puisque Tottenham était venu visionner le jeune prodige à une quinzaine de reprises au Canonnier.

Jonathan Blondel vient féliciter Robbie Keane., iStock
Jonathan Blondel vient féliciter Robbie Keane. © iStock

A l'époque, la signature d'un jeune belge dans un top club anglais n'est pas aussi banale qu'actuellement. La nouvelle fait donc sensation. "Jonathan Blondel fait le grand saut : le jeune prodige de Mouscron a signé pour 4 ans à Tottenham", titre par exemple Le Soir, qui le considère comme "le plus grand espoir belge". Le transfert est estimé à un peu plus d'un million d'euros.

A son arrivée, Jonathan Blondel est très positif. "Je ne m'inquiète pas trop. D'autant que, depuis toujours, ma préférence va au football anglais, que je considère comme le plus beau championnat", dit-il au Soir. Son ex entraineur Hugo Broos, lui, est plus dubitatif. "J'ai peur qu'il n'ait pas la résistance nécessaire pour s'imposer physiquement dans un club de ce niveau. Je crois qu'il aurait peut-être dû rester encore un ou deux ans à Mouscron."

Après coup, on ne peut que donner raison à Broos. De 2002 à 2004, Blondel ne joue quasiment pas (2 matchs), mais apprend beaucoup... aux entraînements. L'aventure londonienne du rugueux milieu de terrain belge (qui a aujourd'hui 36 ans) s'achève sur un goût de trop peu, dans une équipe où on lui avait pourtant promis une place dans le noyau A. Blondel ne s'y imposera jamais.

Le 1er janvier 2004, il quitte l'Angleterre et signe à Bruges. Là aussi, rien n'est simple pour le natif de Ploegsteert. La période d'adaptation est longue et les blessures se succèdent. Ce n'est que plus tard, sous les ordres d'Emilio Ferrera, que Blondel parviendra à s'épanouir dans le milieu des Blauw en Zwart. Avec des qualités d'engagement physique qui seront tout autant appréciées que décriées.

A notre grand regret, les blessures à répétition n'auront jamais permis au "plus grand espoir belge" en 2002 d'éclore totalement.

Jonathan Blondel avec le maillot de Tottenham., iStock
Jonathan Blondel avec le maillot de Tottenham. © iStock
Vous ne vous en souvenez pas ? Nous non plus. Et pourtant, Jonathan Blondel a bel et bien évolué sous les couleurs des Spurs.Le 1er juillet 2002, Blondel, alors âgé de 18 ans, quitte Mouscron pour rejoindre le Nord de Londres. Lancé par Hugo Broos avec les Hurlus à seulement 17 ans, le jeune milieu reçoit cependant peu de temps de jeu en D1 belge. Un an plus tard, Blondel fait donc le grand saut pour rejoindre White Hart Lane et la Premier League. "A Mouscron, je sentais bien que Hugo Broos ne me faisait pas tout à fait confiance (...) Il ne me considérait pas comme un titulaire à part entière", explique alors Blondel au Soir. Le transfert n'a toutefois rien d'hasardeux, puisque Tottenham était venu visionner le jeune prodige à une quinzaine de reprises au Canonnier.A l'époque, la signature d'un jeune belge dans un top club anglais n'est pas aussi banale qu'actuellement. La nouvelle fait donc sensation. "Jonathan Blondel fait le grand saut : le jeune prodige de Mouscron a signé pour 4 ans à Tottenham", titre par exemple Le Soir, qui le considère comme "le plus grand espoir belge". Le transfert est estimé à un peu plus d'un million d'euros. A son arrivée, Jonathan Blondel est très positif. "Je ne m'inquiète pas trop. D'autant que, depuis toujours, ma préférence va au football anglais, que je considère comme le plus beau championnat", dit-il au Soir. Son ex entraineur Hugo Broos, lui, est plus dubitatif. "J'ai peur qu'il n'ait pas la résistance nécessaire pour s'imposer physiquement dans un club de ce niveau. Je crois qu'il aurait peut-être dû rester encore un ou deux ans à Mouscron." Après coup, on ne peut que donner raison à Broos. De 2002 à 2004, Blondel ne joue quasiment pas (2 matchs), mais apprend beaucoup... aux entraînements. L'aventure londonienne du rugueux milieu de terrain belge (qui a aujourd'hui 36 ans) s'achève sur un goût de trop peu, dans une équipe où on lui avait pourtant promis une place dans le noyau A. Blondel ne s'y imposera jamais.Le 1er janvier 2004, il quitte l'Angleterre et signe à Bruges. Là aussi, rien n'est simple pour le natif de Ploegsteert. La période d'adaptation est longue et les blessures se succèdent. Ce n'est que plus tard, sous les ordres d'Emilio Ferrera, que Blondel parviendra à s'épanouir dans le milieu des Blauw en Zwart. Avec des qualités d'engagement physique qui seront tout autant appréciées que décriées. A notre grand regret, les blessures à répétition n'auront jamais permis au "plus grand espoir belge" en 2002 d'éclore totalement.