"Chaque équipe qui se rend à Selhurst Park doit s'attendre à vivre un match difficile", affirmait l'analyste de Sky Sports et ancien défenseur de Liverpool Jamie Carragher après la victoire 3-0 de Crystal Palace contre Arsenal. L'équipe de Patrick Vieira, ancienne icône des Gunners, s'est également imposée dans son antre contre Tottenham et a aussi tenu en échecManchester City (0-0). Les Eagles n'ont pas seulement engrangé des points que contre des équipes du top à Selhurst Park. Ils ont joué les trouble-fêtes dans la course au titre et dans la lutte pour le top 4.

Une nouvelle mentalité

L'été dernier, Crystal Palace a dit au revoir à son entraîneur Roy Hodgson qui était resté trois saisons sur le banc. L'Anglais de 74 ans, désormais à Watford, a été remplacé par la légende d'Arsenal, Patrick Vieira. Le plan de l'ancien international français était clair. Il souhaitait proposer un football proactif et offensif à un club qui s'était sauvé péniblement les dernières saisons en misant sur un jeu démodé et défensif. Ce changement de style n'a cependant pas eu les effets escomptés en début de saison. Les Eagles n'avaient remporté qu'un seul de leurs neuf premiers duels en championnat et une crise se profilait déjà à l'horizon dans le sud de Londres. Vieira a compris que quelque chose devait changer et a décidé de jouer la carte de la jeunesse.

Cette changement de stratégie s'est avéré payant. Il y a eu une victoire sur Manchester City qui a notamment permis à Crystal Palace d'engranger sept points sur neuf. La qualité du jeu s'est amélioré et de jeunes talents ont commencé à prendre les rênes de l'équipe. En défense centrale, Marc Guehi est l'une des grandes révélations. L'Anglais d'origine ivoirienne n'a pas manqué une minute de jeu cette saison. Lorsqu'il était aligné, Palace a préservé ses filets inviolés à huit reprises. Au milieu de terrain, c'est Conor Gallagher, un joueur prêté par Chelsea, qui brille de mille feu. L'Anglais de 22 ans a planté huit roses cette saison et incarne l'enthousiasme que suscite son équipe quand elle joue. Gallagher apporte beaucoup d'énergue et n'hésite pas à encourager ses partenaires qui mettent plus de coeur à l'ouvrage pour exercer un pressing constant sur leurs adversaires. Le milieu de terrain marque beaucoup, mais surtout n'a pas peur d'enfiler le bleu de travail. "C'est vraiment un joueur de haut niveau", estimait Vieira à son sujet après la victoire retentissante contre Arsenal.

En misant sur des jeunes comme Connor Gallagher, Patrick Vieira a redressé la barre à Crystal Palace après un début de saison raté., iStock
En misant sur des jeunes comme Connor Gallagher, Patrick Vieira a redressé la barre à Crystal Palace après un début de saison raté. © iStock

Les statistiques confirment le travail de Vieira

Dans les chiffres, les ajustements tactiques gagnants opérés par Patrick Vieira se constatent aussi. La saison dernière, Crystal Palace jouait un football attentiste et laissait le ballon à ses adversaires. Cette saison, l'équipe a une moyenne de 10% de possession de balle en plus par match. Les joueurs de Palace n'ont plus peur d'avoir le ballon pour faire mal à leurs adversaires. À sept journées de la fin de la saison, les Eagles se sont aussi déjà créés plus d'occasions que pendant toute la saison dernière. L'équipe a également marqué à 43 reprises, soit deux de plus que le total du dernier exercice. Défensivement, c'est encore plus flagrant. Les Londoniens n'ont encaissé que 40 buts alors qu'ils avaient fini la saison écoulée avec 66 pions concédés.

Tous les fans de Crystal Palace n'étaient pas spécialement convaincus par la nomination de Vieira à la tête de leur club. Le Français était sans emploi depuis décembre 2020, après son renvoi de l'OGC Nice où les résultats n'étaient pas à la hauteur des investissements consentis. Mais depuis lors les doutes ont été dissipés et Crystal Palace vit enfin une saison tranquille et il règne une atmosphère amicale autour du temple de Selhurst Park. Actuellement dixièmes, les Eagles pourraient même terminer dans la première moitié du classement pour la deuxième fois en trente ans.

Sans pression sur leurs épaules, ils pourraient peut-être s'offrir un nouveau coup d'éclat en FA Cup. Pour cela, il faudra venir à bout de Chelsea ce dimanche. En cas de qualification, Crystal Palace disputerait la troisième finale de son histoire. Les deux fois précédentes, c'était Manchester United qui avait coupé les ailes des Aigles. La dernière fois remonte à pas si longtemps puisque c'était 2016. Patrick Vieira pourrait-il briser la malédiction en menant le club du sud de Londres à un premier trophée historique ? Si tel était le cas, après Arsenal, un deuxième club londonien serait alors prêt à lui attribuer un statut d'icône.

"Chaque équipe qui se rend à Selhurst Park doit s'attendre à vivre un match difficile", affirmait l'analyste de Sky Sports et ancien défenseur de Liverpool Jamie Carragher après la victoire 3-0 de Crystal Palace contre Arsenal. L'équipe de Patrick Vieira, ancienne icône des Gunners, s'est également imposée dans son antre contre Tottenham et a aussi tenu en échecManchester City (0-0). Les Eagles n'ont pas seulement engrangé des points que contre des équipes du top à Selhurst Park. Ils ont joué les trouble-fêtes dans la course au titre et dans la lutte pour le top 4. Une nouvelle mentalitéL'été dernier, Crystal Palace a dit au revoir à son entraîneur Roy Hodgson qui était resté trois saisons sur le banc. L'Anglais de 74 ans, désormais à Watford, a été remplacé par la légende d'Arsenal, Patrick Vieira. Le plan de l'ancien international français était clair. Il souhaitait proposer un football proactif et offensif à un club qui s'était sauvé péniblement les dernières saisons en misant sur un jeu démodé et défensif. Ce changement de style n'a cependant pas eu les effets escomptés en début de saison. Les Eagles n'avaient remporté qu'un seul de leurs neuf premiers duels en championnat et une crise se profilait déjà à l'horizon dans le sud de Londres. Vieira a compris que quelque chose devait changer et a décidé de jouer la carte de la jeunesse. Cette changement de stratégie s'est avéré payant. Il y a eu une victoire sur Manchester City qui a notamment permis à Crystal Palace d'engranger sept points sur neuf. La qualité du jeu s'est amélioré et de jeunes talents ont commencé à prendre les rênes de l'équipe. En défense centrale, Marc Guehi est l'une des grandes révélations. L'Anglais d'origine ivoirienne n'a pas manqué une minute de jeu cette saison. Lorsqu'il était aligné, Palace a préservé ses filets inviolés à huit reprises. Au milieu de terrain, c'est Conor Gallagher, un joueur prêté par Chelsea, qui brille de mille feu. L'Anglais de 22 ans a planté huit roses cette saison et incarne l'enthousiasme que suscite son équipe quand elle joue. Gallagher apporte beaucoup d'énergue et n'hésite pas à encourager ses partenaires qui mettent plus de coeur à l'ouvrage pour exercer un pressing constant sur leurs adversaires. Le milieu de terrain marque beaucoup, mais surtout n'a pas peur d'enfiler le bleu de travail. "C'est vraiment un joueur de haut niveau", estimait Vieira à son sujet après la victoire retentissante contre Arsenal. Dans les chiffres, les ajustements tactiques gagnants opérés par Patrick Vieira se constatent aussi. La saison dernière, Crystal Palace jouait un football attentiste et laissait le ballon à ses adversaires. Cette saison, l'équipe a une moyenne de 10% de possession de balle en plus par match. Les joueurs de Palace n'ont plus peur d'avoir le ballon pour faire mal à leurs adversaires. À sept journées de la fin de la saison, les Eagles se sont aussi déjà créés plus d'occasions que pendant toute la saison dernière. L'équipe a également marqué à 43 reprises, soit deux de plus que le total du dernier exercice. Défensivement, c'est encore plus flagrant. Les Londoniens n'ont encaissé que 40 buts alors qu'ils avaient fini la saison écoulée avec 66 pions concédés. Tous les fans de Crystal Palace n'étaient pas spécialement convaincus par la nomination de Vieira à la tête de leur club. Le Français était sans emploi depuis décembre 2020, après son renvoi de l'OGC Nice où les résultats n'étaient pas à la hauteur des investissements consentis. Mais depuis lors les doutes ont été dissipés et Crystal Palace vit enfin une saison tranquille et il règne une atmosphère amicale autour du temple de Selhurst Park. Actuellement dixièmes, les Eagles pourraient même terminer dans la première moitié du classement pour la deuxième fois en trente ans.Sans pression sur leurs épaules, ils pourraient peut-être s'offrir un nouveau coup d'éclat en FA Cup. Pour cela, il faudra venir à bout de Chelsea ce dimanche. En cas de qualification, Crystal Palace disputerait la troisième finale de son histoire. Les deux fois précédentes, c'était Manchester United qui avait coupé les ailes des Aigles. La dernière fois remonte à pas si longtemps puisque c'était 2016. Patrick Vieira pourrait-il briser la malédiction en menant le club du sud de Londres à un premier trophée historique ? Si tel était le cas, après Arsenal, un deuxième club londonien serait alors prêt à lui attribuer un statut d'icône.