Yanina Wickmayer (WTA 603) reverdit. Un peu plus de quatre mois à peine après son grand retour à la compétition, la native de Lierre, 32 ans, disputera une nouvelle fois un tournoi du Grand Chelem après s'être qualifiée jeudi pour le tableau final de Wimbledon.

"Je suis très heureuse de ce résultat", a-t-elle dit après sa victoire 6-1, 6-4 contre la Sud-Coréenne Su Jeong Jang (WTA 158) au troisième et dernier tour.

"Ce fut un très bon match, le meilleur des trois", a-t-elle déclaré après sa victoire. "J'ai le sentiment d'avoir grandi dans ces qualifs et c'est ce qui me réjouit. J'ai été très agressive aujourd'hui et opéré les bons choix. Je n'ai pas hésité à rentrer dans le terrain et à venir chercher les points au filet. Et c'est ce qui m'a permis de faire la différence", a ajouté la native de Lierre, qui a frappé 21 coups gagnants, gagné la bagatelle de 73% des points derrière sa deuxième balle et commis seulement 13 fautes directes.

"Mon objectif lorsque j'ai repris la compétition était de devenir un peu meilleure chaque jour, de frapper chaque balle mieux que la précédente, et c'est ce que je suis parvenue à faire ici. Ma plus grande satisfaction se situe là, dans le fait d'être parvenue à jouer de mieux en mieux au fil des matches. C'est la preuve que je progresse et pour moi, c'est le plus important. J'ai pris confiance en mon jeu, j'ai osé me montrer plus audacieuse et cette approche a porté ses fruits. Je sens que je suis sur la bonne voie et je ne demande qu'à continuer de la sorte."

Il s'agira de la treizième participation à Wimbledon de Yanina Wickmayer, qui avait mis un terme à sa carrière en octobre 2020 afin de donner naissance à son premier enfant, une fille prénommée Luana Daniëlla, née le 15 avril 2021. Elle n'avait plus disputé Wimbledon depuis 2019, où elle avait atteint le deuxième tour, battue par la Chinoise Zhang Shuai. Sa dernière participation à un tournoi du Grand Chelem remonte à l'US Open 2020, avec une défaite au premier tour contre l'Américaine Sofia Kenin. "Je ne m'inquiète pas de savoir contre qui je vais potentiellement jouer", a poursuivi l'Anversoise, dont le meilleur résultat sur le gazon du All England Club fut une accession en huitième de finale en 2011, où elle s'était inclinée contre la Tchèque Petra Kvitova, future lauréate.

"Il s'agira de mon premier tournoi du Grand Chelem depuis que je suis devenue maman et rien que ce fait-là rend les choses spéciales. Cela signifie beaucoup pour moi et je n'ai pas peur de dire que cette qualification est une des plus belles. C'est un moment très particulier et je suis très fière du parcours accompli pour y arriver. Cela n'a pas été une sinécure de devoir repartir de zéro et de s'entraîner dur dans l'espoir de retrouver mon niveau, mais cela valait le coup et j'ai profité de chaque moment. Je suis déjà très heureuse d'être là. Je suis surtout concentrée sur moi-même et sur ce que je veux réaliser à la faveur de ce come-back en tant que maman. Tout ce qui arrive sera du bonus."

Yanina Wickmayer (WTA 603) reverdit. Un peu plus de quatre mois à peine après son grand retour à la compétition, la native de Lierre, 32 ans, disputera une nouvelle fois un tournoi du Grand Chelem après s'être qualifiée jeudi pour le tableau final de Wimbledon."Je suis très heureuse de ce résultat", a-t-elle dit après sa victoire 6-1, 6-4 contre la Sud-Coréenne Su Jeong Jang (WTA 158) au troisième et dernier tour. "Ce fut un très bon match, le meilleur des trois", a-t-elle déclaré après sa victoire. "J'ai le sentiment d'avoir grandi dans ces qualifs et c'est ce qui me réjouit. J'ai été très agressive aujourd'hui et opéré les bons choix. Je n'ai pas hésité à rentrer dans le terrain et à venir chercher les points au filet. Et c'est ce qui m'a permis de faire la différence", a ajouté la native de Lierre, qui a frappé 21 coups gagnants, gagné la bagatelle de 73% des points derrière sa deuxième balle et commis seulement 13 fautes directes. "Mon objectif lorsque j'ai repris la compétition était de devenir un peu meilleure chaque jour, de frapper chaque balle mieux que la précédente, et c'est ce que je suis parvenue à faire ici. Ma plus grande satisfaction se situe là, dans le fait d'être parvenue à jouer de mieux en mieux au fil des matches. C'est la preuve que je progresse et pour moi, c'est le plus important. J'ai pris confiance en mon jeu, j'ai osé me montrer plus audacieuse et cette approche a porté ses fruits. Je sens que je suis sur la bonne voie et je ne demande qu'à continuer de la sorte." Il s'agira de la treizième participation à Wimbledon de Yanina Wickmayer, qui avait mis un terme à sa carrière en octobre 2020 afin de donner naissance à son premier enfant, une fille prénommée Luana Daniëlla, née le 15 avril 2021. Elle n'avait plus disputé Wimbledon depuis 2019, où elle avait atteint le deuxième tour, battue par la Chinoise Zhang Shuai. Sa dernière participation à un tournoi du Grand Chelem remonte à l'US Open 2020, avec une défaite au premier tour contre l'Américaine Sofia Kenin. "Je ne m'inquiète pas de savoir contre qui je vais potentiellement jouer", a poursuivi l'Anversoise, dont le meilleur résultat sur le gazon du All England Club fut une accession en huitième de finale en 2011, où elle s'était inclinée contre la Tchèque Petra Kvitova, future lauréate. "Il s'agira de mon premier tournoi du Grand Chelem depuis que je suis devenue maman et rien que ce fait-là rend les choses spéciales. Cela signifie beaucoup pour moi et je n'ai pas peur de dire que cette qualification est une des plus belles. C'est un moment très particulier et je suis très fière du parcours accompli pour y arriver. Cela n'a pas été une sinécure de devoir repartir de zéro et de s'entraîner dur dans l'espoir de retrouver mon niveau, mais cela valait le coup et j'ai profité de chaque moment. Je suis déjà très heureuse d'être là. Je suis surtout concentrée sur moi-même et sur ce que je veux réaliser à la faveur de ce come-back en tant que maman. Tout ce qui arrive sera du bonus."