"On sait qu'on va devoir aller les chercher." Telle était la promesse faite par Patrick Wachel, quelques jours avant le premier tour qualificatif pour la Ligue des Champions disputé entre Anderlecht et Linfield. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ses joueuses ont répondu aux attentes, en écrasant les (il faut l'avouer bien faiblardes) championnes d'Irlande du Nord, 8-0. Le score à la pause ? 6-0 ! Et encore, un péno aurait pu (dû ?) être sifflé en première période et Stefania Vatafu en loupera un second à l'heure de jeu. Et dire qu'en plus, les triples championnes de Belgique en titre étaient privées de Britt Vanhamel derrière, forçant la médiane Charlotte Tison à redescendre d'un cran en défense centrale...

Il y a un peu plus d'un an, le club bruxellois s'était imposé 3-1 sur la même pelouse du Lotto Park. Mais voilà, entre ce succès et le raz-de-marée de ce mercredi, les choses ont changé au Sporting. Avec notamment les arrivées de trois joueuses-clés : Tessa Wullaert, bien sûr, autrice de trois passes décisives, deux buts... et d'un paquet d'appels et de centres face à l'équipe de Belfast. Kassandra Missipo ensuite, toujours là pour arracher les ballons dans les pieds d'en face. Jarne Teulings, enfin, dotée d'une technique et d'une vision du jeu diablement efficaces. Une dernière qualité d'autant plus intéressante que la meneuse de jeu n'est âgée que de 18 ans.

"On dispose de nombreux profils différents, et donc d'un bon mix de qualités dans le noyau."

Laura Deloose, défenseuse

Des recrues débarquées "avant tout pour jouer le top en Belgique", de l'aveu même de leur coach, mais dont les forces se révèlent bien utiles sur la scène européenne également, a fortiori quand l'opposition est aussi faible. Et qui révèlent les ambitions sur les trois tableaux du club, mis en appétit après son très beau parcours de l'an passé en Champions League (seizièmes de finale). "Je porte le maillot d'Anderlecht depuis dix ans maintenant et je sens que nous n'avons jamais été aussi fortes que cette année", explique la latérale droite Laura Deloose à ce sujet. "On dispose de nombreux profils différents, ce qui fait qu'on possède un bon mix de qualités. Il y a plus d'expérience, aussi."

Droit(e) de passage

Retour au match. Malgré les largesses défensives de Linfield, la sensation qui prédomine à l'issue d'une rencontre unique où les Anderlechtoises ont évolué plusieurs crans au-dessus de leurs ardversaires, est celle du devoir accompli, avec sérieux et la manière. Outre les huit buts (quatre doublés signés Laura De Neve, Sarah Wijnants, Tine De Caigny et Wullaert), ce sont aussi la conservation de balle et les percées dans l'axe de Mariam Toloba, ailière titularisée comme latérale gauche, mais jamais loin des cages adverses, et Deloose, côté droit, dont l'entente avec Wullaert a mis plusieurs fois le feu tout au long du match, qui ont séduit. Cette dernière, qui vient de gratter sa cinquantième cap avec les Red Flames lors du carton en Lituanie sur la route de l'EURO 2022 (0-9), a livré un match plein, hyperactif, entre ballons récupérés, passes lumineuses pour Wullaert et courses sur le flanc. "Je pense que ça serait un plaisir pour beaucoup de footballeuses d'évoluer avec quelqu'un comme Tessa", précise la joueuse de 27 ans au sujet de cette complémentarité avec la triple Soulier d'Or. "Elle sent exactement où et quand vous voulez le ballon et cela facilite le jeu."

Sur le premier but, c'est la latérale droite qui obtient le coup franc qui amène l'ouverture du score après s'être bien infiltrée dans l'axe. Sur le second, c'est sur une passe venue de ses pieds que Wullaert peut servir Wijnants dans la surface pour permettre à l'attaquante de doubler la mise. Sur le 7-0, c'est Deloose encore, bien servie par une Toloba redoutable, qui centre du flanc droit pour De Caigny. Une prestation plutôt aboutie, donc.

L'obstacle Linfield passé avec brio, il reste maintenant aux joueuses du Sporting de passer celui qui se tiendra devant elles lors du deuxième tour qualificatif (lui aussi disputé en une seule et même rencontre), afin de pouvoir prétendre rejoindre les 22 meilleures écuries européennes en seizièmes de finale. Un tirage au sort qui aura lieu à Nyon (Suisse) ce vendredi 6 novembre mi-journée, et dont les matches seront joués les 18 et 19 novembre prochains. "Après ce match, notre motivation pour faire mieux n'a fait qu'augmenter. On prend les matches les uns après les autres, mais je pense que l'objectif de tout le monde est clairement d'aller plus loin que l'an dernier. On sait qu'on a le niveau pour faire quelque chose en Europe", conclut Laura Deloose.

Anderlecht : Odeurs, Deloose, Tison (46e Colson), De Neve, Toloba (72e Ouzraoui Diki), Vatafu (81e Leynen), Missipo, Teulings (64e Van Gorp), Wijnants (46e Wijns), Wullaert, De Caigny

Linfield : Adams, McFrederick, Burrows, Hutton, Fitzsimmons (62e Morgan), Howe, Magee, McKenna, Donnan (71e Leckey), Bassett (71e Dickson), Carleton (84e Smyth)

Buts : 10e et 40e De Neve, 11e et 17e Wijnants, 31e et 66e De Caigny, 43e et 72e Wullaert

"On sait qu'on va devoir aller les chercher." Telle était la promesse faite par Patrick Wachel, quelques jours avant le premier tour qualificatif pour la Ligue des Champions disputé entre Anderlecht et Linfield. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ses joueuses ont répondu aux attentes, en écrasant les (il faut l'avouer bien faiblardes) championnes d'Irlande du Nord, 8-0. Le score à la pause ? 6-0 ! Et encore, un péno aurait pu (dû ?) être sifflé en première période et Stefania Vatafu en loupera un second à l'heure de jeu. Et dire qu'en plus, les triples championnes de Belgique en titre étaient privées de Britt Vanhamel derrière, forçant la médiane Charlotte Tison à redescendre d'un cran en défense centrale...Il y a un peu plus d'un an, le club bruxellois s'était imposé 3-1 sur la même pelouse du Lotto Park. Mais voilà, entre ce succès et le raz-de-marée de ce mercredi, les choses ont changé au Sporting. Avec notamment les arrivées de trois joueuses-clés : Tessa Wullaert, bien sûr, autrice de trois passes décisives, deux buts... et d'un paquet d'appels et de centres face à l'équipe de Belfast. Kassandra Missipo ensuite, toujours là pour arracher les ballons dans les pieds d'en face. Jarne Teulings, enfin, dotée d'une technique et d'une vision du jeu diablement efficaces. Une dernière qualité d'autant plus intéressante que la meneuse de jeu n'est âgée que de 18 ans. Des recrues débarquées "avant tout pour jouer le top en Belgique", de l'aveu même de leur coach, mais dont les forces se révèlent bien utiles sur la scène européenne également, a fortiori quand l'opposition est aussi faible. Et qui révèlent les ambitions sur les trois tableaux du club, mis en appétit après son très beau parcours de l'an passé en Champions League (seizièmes de finale). "Je porte le maillot d'Anderlecht depuis dix ans maintenant et je sens que nous n'avons jamais été aussi fortes que cette année", explique la latérale droite Laura Deloose à ce sujet. "On dispose de nombreux profils différents, ce qui fait qu'on possède un bon mix de qualités. Il y a plus d'expérience, aussi."Retour au match. Malgré les largesses défensives de Linfield, la sensation qui prédomine à l'issue d'une rencontre unique où les Anderlechtoises ont évolué plusieurs crans au-dessus de leurs ardversaires, est celle du devoir accompli, avec sérieux et la manière. Outre les huit buts (quatre doublés signés Laura De Neve, Sarah Wijnants, Tine De Caigny et Wullaert), ce sont aussi la conservation de balle et les percées dans l'axe de Mariam Toloba, ailière titularisée comme latérale gauche, mais jamais loin des cages adverses, et Deloose, côté droit, dont l'entente avec Wullaert a mis plusieurs fois le feu tout au long du match, qui ont séduit. Cette dernière, qui vient de gratter sa cinquantième cap avec les Red Flames lors du carton en Lituanie sur la route de l'EURO 2022 (0-9), a livré un match plein, hyperactif, entre ballons récupérés, passes lumineuses pour Wullaert et courses sur le flanc. "Je pense que ça serait un plaisir pour beaucoup de footballeuses d'évoluer avec quelqu'un comme Tessa", précise la joueuse de 27 ans au sujet de cette complémentarité avec la triple Soulier d'Or. "Elle sent exactement où et quand vous voulez le ballon et cela facilite le jeu."Sur le premier but, c'est la latérale droite qui obtient le coup franc qui amène l'ouverture du score après s'être bien infiltrée dans l'axe. Sur le second, c'est sur une passe venue de ses pieds que Wullaert peut servir Wijnants dans la surface pour permettre à l'attaquante de doubler la mise. Sur le 7-0, c'est Deloose encore, bien servie par une Toloba redoutable, qui centre du flanc droit pour De Caigny. Une prestation plutôt aboutie, donc. L'obstacle Linfield passé avec brio, il reste maintenant aux joueuses du Sporting de passer celui qui se tiendra devant elles lors du deuxième tour qualificatif (lui aussi disputé en une seule et même rencontre), afin de pouvoir prétendre rejoindre les 22 meilleures écuries européennes en seizièmes de finale. Un tirage au sort qui aura lieu à Nyon (Suisse) ce vendredi 6 novembre mi-journée, et dont les matches seront joués les 18 et 19 novembre prochains. "Après ce match, notre motivation pour faire mieux n'a fait qu'augmenter. On prend les matches les uns après les autres, mais je pense que l'objectif de tout le monde est clairement d'aller plus loin que l'an dernier. On sait qu'on a le niveau pour faire quelque chose en Europe", conclut Laura Deloose.