Le Sporting d'Anderlecht, solide leader de la Super League avec un quinze sur quinze, disputera le premier tour qualificatif pour la Ligue des Champions ce mercredi 4 novembre sur la pelouse du Lotto Park face aux Nord-Irlandaises des Linfield Ladies. Des adversaires que les joueuses de Patrick Wachel connaissent bien, pour les avoir battues 3-1 l'année dernière, lors du mini-tournoi qualificatif pour la Champions League disputé sur leurs terres. "Ce n'était pas le match le plus facile ni le plus difficile de ce tournoi", se rappelle le coach anderlechtois. "Sportivement, elles sont championnes d'Irlande du Nord, donc ça veut quand même dire quelque chose. C'est une équipe qui sait faire preuve d'engagement, qui possède une mentalité de conquérante, comme c'est souvent le cas dans le chef des clubs britanniques. Mais je sais que leur noyau a connu des changements."

En août 2019, seuls les 22 meilleurs clubs d'Europe avait un accès direct aux 16e de finale, et il fallait s'extirper d'une poule qualificative de quatre équipes pour gratter l'un des dix tickets restants. Ce que les Mauves étaient parvenues à faire, réalisant notamment l'exploit de battre le LSK Kvinner, champion de Norvège. Les championnes de Belgique s'étaient ensuite inclinées avec les honneurs face aux Kazakhes du BIIK-Kazygurt.

Pandémie de coronavirus oblige, l'UEFA a dû revoir ses plans et proposer un nouveau format qualificatif. Celui-ci est désormais organisé avec deux tours directs, permettant à dix clubs de participer aux 16e en compagnie des 22 plus grosses cylindrées continentales. Le premier tour se disputera ces 3 et 4 novembre, le second les 18 et 19 novembre, en un seul match donc. "On sait qu'on va devoir aller les chercher, mais je ne m'attends pas à une équipe qui bétonne, car ce n'est pas leur style et le couperet tombera après nonante minutes, pas 180."

Le noyau anderlechtois s'est renforcé cet été., BELGIAN_FREELANCE (DAVID CATRY)
Le noyau anderlechtois s'est renforcé cet été. © BELGIAN_FREELANCE (DAVID CATRY)

Expérience et qualité

Si Anderlecht fait figure de grand favori en Belgique, le club veut également passer un cap en Europe. La qualif de l'année dernière a mis les Anderlechtoises en appétit, et le gros recrutement effectué cet été (lire par ici), Tessa Wullaert en tête, confirme les ambitions européennes des Bruxelloises, qui disposent désormais d'un noyau plus large et plus qualitatif. Même si le facteur chance joue au niveau du tirage, tant les écarts entre certaines équipes est large au niveau continental. "On doit pouvoir accepter qu'il existe un fossé entre les équipes belges et les équipes françaises, allemandes, anglaises ou espagnoles", poursuit Patrick Wachel. "Mais le mercato a surtout été étudié pour jouer le top en championnat, pas uniquement en vue de la Champions League. Mais j'ai entre mes mains un groupe qui n'a pas peur d'aller au front dans cette compétition."

Suffisamment pour s'offrir un parcours aussi beau qu'en 2019 ?

Le Sporting d'Anderlecht, solide leader de la Super League avec un quinze sur quinze, disputera le premier tour qualificatif pour la Ligue des Champions ce mercredi 4 novembre sur la pelouse du Lotto Park face aux Nord-Irlandaises des Linfield Ladies. Des adversaires que les joueuses de Patrick Wachel connaissent bien, pour les avoir battues 3-1 l'année dernière, lors du mini-tournoi qualificatif pour la Champions League disputé sur leurs terres. "Ce n'était pas le match le plus facile ni le plus difficile de ce tournoi", se rappelle le coach anderlechtois. "Sportivement, elles sont championnes d'Irlande du Nord, donc ça veut quand même dire quelque chose. C'est une équipe qui sait faire preuve d'engagement, qui possède une mentalité de conquérante, comme c'est souvent le cas dans le chef des clubs britanniques. Mais je sais que leur noyau a connu des changements."En août 2019, seuls les 22 meilleurs clubs d'Europe avait un accès direct aux 16e de finale, et il fallait s'extirper d'une poule qualificative de quatre équipes pour gratter l'un des dix tickets restants. Ce que les Mauves étaient parvenues à faire, réalisant notamment l'exploit de battre le LSK Kvinner, champion de Norvège. Les championnes de Belgique s'étaient ensuite inclinées avec les honneurs face aux Kazakhes du BIIK-Kazygurt. Pandémie de coronavirus oblige, l'UEFA a dû revoir ses plans et proposer un nouveau format qualificatif. Celui-ci est désormais organisé avec deux tours directs, permettant à dix clubs de participer aux 16e en compagnie des 22 plus grosses cylindrées continentales. Le premier tour se disputera ces 3 et 4 novembre, le second les 18 et 19 novembre, en un seul match donc. "On sait qu'on va devoir aller les chercher, mais je ne m'attends pas à une équipe qui bétonne, car ce n'est pas leur style et le couperet tombera après nonante minutes, pas 180."Si Anderlecht fait figure de grand favori en Belgique, le club veut également passer un cap en Europe. La qualif de l'année dernière a mis les Anderlechtoises en appétit, et le gros recrutement effectué cet été (lire par ici), Tessa Wullaert en tête, confirme les ambitions européennes des Bruxelloises, qui disposent désormais d'un noyau plus large et plus qualitatif. Même si le facteur chance joue au niveau du tirage, tant les écarts entre certaines équipes est large au niveau continental. "On doit pouvoir accepter qu'il existe un fossé entre les équipes belges et les équipes françaises, allemandes, anglaises ou espagnoles", poursuit Patrick Wachel. "Mais le mercato a surtout été étudié pour jouer le top en championnat, pas uniquement en vue de la Champions League. Mais j'ai entre mes mains un groupe qui n'a pas peur d'aller au front dans cette compétition."Suffisamment pour s'offrir un parcours aussi beau qu'en 2019 ?