Le champion : le FC Porto

Une année après avoir cédé ses lauriers nationaux au Sporting Lisbonne, le FC Porto est revenu sur le trône de champion du Portugal. C'est le troisième titre en cinq saisons depuis que Sergio Conceiçao est arrivé sur le banc. Les Dragões ont terminé avec six points d'avance sur le Sporting et 17 sur Benfica. Ils ont aussi terminé avec la meilleure attaque de la compétition en marquant huit réalisations de plus que Benfica et meilleure défense en encaissant une fois de moins que le Sporting.
...

Une année après avoir cédé ses lauriers nationaux au Sporting Lisbonne, le FC Porto est revenu sur le trône de champion du Portugal. C'est le troisième titre en cinq saisons depuis que Sergio Conceiçao est arrivé sur le banc. Les Dragões ont terminé avec six points d'avance sur le Sporting et 17 sur Benfica. Ils ont aussi terminé avec la meilleure attaque de la compétition en marquant huit réalisations de plus que Benfica et meilleure défense en encaissant une fois de moins que le Sporting. Porto a pu compter sur un secteur offensif performant avec Mehdi Taremi et Evanilson, auteurs de 34 des 86 buts des leurs, soit 39,5%. En défense, le vieux briscard Pepe, qui fêtera bientôt ses 40 ans, a encore répondu présent, tandis que Chancel Mbemba était le défenseur le plus utilisé par Conceiçao. Cependant, le Congolais, dont le contrat arrive à son terme en bordure de Douro, ne sera pas prolongé. Les dirigeants auraient été refroidis par les rumeurs concernant une éventuelle falsification de l'âge du joueur (des rumeurs déjà évoquées lors de son passage à Anderlecht), mais surtout le poids de son contrat.Les Aigles pensaient être en mesure de lutter pour le titre avec le retour de Jorge Jésus sur le banc. Le bouillant technicien avait permis au club lisboètes de gagner trois championnats en cinq ans lors de son précédent passage. Mais Benfica a finalement été loin du compte. A la fin de l'année 2021, Jorge Jésus a été renvoyé après l'humiliation subie en Coupe du Portugal contre le FC Porto (3-0). Les Aigles n'accusaient alors que quatre points de retard sur le FC Porto et le Sporting. Le club a alors nommé Nelson Verissimo, l'entraîneur de l'équipe réserve, qui avait appris sa promotion le même jour que le décès de sa mère. Son premier duel était un "Clasico" contre Porto que les Lisboètes perdront finalement 3-1. Verissimo avait déjà assumé l'interim sur le banc du Benfica après le départ en juillet 2020 de Bruno Lage, dont il était l'adjoint. Malgré un beau parcours en Champions League, où les Diabos vermelhos ont atteint les quarts de finale, l'équipe a complètement décroché de la lutte pour les lauriers nationaux, terminant finalement troisième à 17 points de Porto. Seules les prestations de Darwin Nuñez, meilleur réalisateur de la Liga Bwin, ont apporté une touche positive à cette saison ratée dans la compétition locale.La saison prochaine, l'entraîneur allemand Roger Schmidt, qui a quitté le PSV Eindhoven après deux ans, tentera d'instaurer un nouveau cycle en bordure du Tage. Mais l'intersaison s'annonce agitée du côté de l'Estadio da Luz. Nuñez, Alejandro Grimaldo, Rafa Silva ou encore Julian Weigl, quatre cadres de l'équipe ces derniers mois, sont en effet annoncés sur le départ. Le club essaiera aussi de se débarrasser de joueurs disposant d'un engagement à long terme, mais qui n'entrent plus dans les plans, comme Haris Seferovic ou Adel Taarabt. Notre compatriote Jan Vertonghen restera-t-il encore dans la capitale portugaise alors qu'il ne dispose plus que d'un an de contrat ? Il n'a pas forcément envie d'aller voir ailleurs, mais vu son âge et son beau contrat, un départ n'est pas à exclure. Besiktas, le club où était prêté Michy Batshuayi cette saison, lui faisait d'ailleurs les yeux doux il y a quelques semaines.La ville, située dans le district de Lisbonne, héberge toujours un circuit qui accueillait des grands prix de formule 1 dans les années 90. Mais cette saison, le club de football local a proposé des belles choses pour son retour parmi la plus haute division du football lusitanien. En ne perdant pas lors des 5 premières journées, les hommes de Bruno Pinheiro montraient qu'ils pourraient devenir les révélations de la saison. LesCanarinhos, espéraient même décrocher un ticket européen, mais n'ont pas réussir à réaliser le même parcours que l'Union Saint-Gilloise, autre club à avoir brillé en D1 après un titre dans l'antichambre de son pays. Estoril a pris un point sur ses terres contre l'ogre de Benfica et le Sporting a aussi éprouvé des difficulté à l'emporter en se contentant de la plus petite des marges. Les Canarinhos ont notamment pu compter sur l'éclosion d'André Franco pour vivre une saison tranquille sans le stress de la relégation. Le milieu de terrain offensif de 24 ans s'est révélé cette saison, alors qu'il n'était pas spécialement l'un des maillons forts de l'équipe qui avait remporté le titre à l'étage inférieur. Cette saison, le numéro 10 était le meilleur réalisateur d'Estoril Praia avec onze buts et il a aussi délivré quatre assists. Pourra-t-il continuer sur cette lancée la saison prochaine ou en profitera-t-il pour monnayer ses talents ? Des clubs espagnols et turcs seraient sur le coup.L'attaquant uruguayen de Benfica a réalisé une très grande saison. Il a signé 26 buts en 28 rencontres et a délivré 4 assists. Il est impliqué dans 48% des réalisations des Aigles cette saison en Liga Bwin. En Ligue des Champions, il a aussi été brillant en marquant six fois en dix matches, dont deux fois lors des duels en quarts contre Liverpool. A 22 ans, il est aussi le buteur de classe internationale qu'attend la Celeste pour succéder aux vieillissants Edinson Cavani et Luis Suarez. Son avenir proche pourrait d'ailleurs se situer du côté de l'actuel club d'Edi puisque Manchester United lui fait les yeux doux. Mais le mètre 87 intéresserait aussi l'Atlético Madrid qui cherche justement à remplacer l'autre légende uruguayenne qui a été libérée de son contrat. Une chose est sûre, avec Jorge Mendes comme agent, Darwin Nuñez dispose de toute façon d'un homme qui saura faire une sélection financière stricte pour permettre son évolution vers les hautes sphères du football européen.Après une saison en prêt chez les Wolves où il n'a guère joué, Vitinha est revenu à Porto, bien déterminé à prouver sa valeur. Le jeune milieu de 21 ans a profité de chaque minute que lui offrait Sérgio Conceição pour démontrer sa classe. Petit à petit, il est parvenu à gagner ses galons de titulaire. Ses dribbles, ses passes et son incroyable vista ne sont pas étrangers à la fluidité que l'on retouvait dans le jeu des Dragons. Sans ballon, Vitinha est aussi précieux. Il travaille beaucoup à la récupération et enchaîne les courses pour maintenir le milieu de terrain adverse sous pression. Malgré son manque d'expérience, Vitinha a surtout brillé lors des chocs au sommet. Lors du 1/8e de finale de Coupe contre le Benfica, il précipitera le renvoi de Jorge Jésus en étant l'un des meilleurs acteurs sur la pelouse et en secouant les filets à une reprise. Il sera d'ailleurs élu meilleur milieu du mois en décembre. Cette saison, Vintinha aura obtenu 75% du temps de jeu disponible à Porto, aura marqué deux fois et distillé quatre passes décisives. Il a aussi fait trembler les filets lors de la finale de Coupe remportée 3-1 par Porto contre le modeste Tondela. Toutes ces belles prestations lui ont permis d'être repris en sélection nationale portugaise, même s'il loupera les prochains duels de Ligue des Nations à cause d'une infection au Covid.