On connaissait sa passion, sa folie, sa rage de vaincre sur le terrain. Sur le banc de touche, Sergio Conceiçao n'a pas changé. Son tempérament de feu fait encore partie de lui. Il n'est pas rare de le voir sauter, crier, s'énerver sur le quatrième arbitre. Revenu dans son club de coeur, au FC Porto, l'ancien capitaine du Standard n'est pas l'entraineur le plus calme du championnat Portugais. Loin s'en faut...

Mais le style du coach correspond à ce championnat et à l'équipe des Dragões. Dans un club qui respire la victoire, le retour de Conceiçao est vu comme une réussite avec deux championnats et une Coupe du Portugal en poche. L'entraineur portugais est sur le point d'obtenir un troisième titre avec son club de coeur. À cinq matches de la fin de saison, les Dragons comptent six points d'avance sur leur dauphin du Sporting Clube de Portugal. Toujours invaincu, les leaders peuvent réaliser une saison historique. Avec à leur tête, un entraineur aussi fou que fin stratège.

Une équipe à l'image de son entraineur

8 janvier 2022, Estoril. Les équipiers de Chancel Mbemba sont malmenés sur le terrain des Canarinhos. À la mi-temps, le marquoir indique un score de 2-0 pour les locaux. On pense que les Dragons se dirigent vers leur première défaite de la saison. La première depuis... le 30 octobre 2020 même ! C'était sans compter sur l'abnégation des hommes de Conceiçao. En cinq minutes, les joueurs de Porto allaient renverser le match en leur faveur. Clou du spectacle, c'est... Francisco Conceiçao, le fils de Sergio qui inscrira le but de la victoire à la 89ème minute de jeu. Avec une expression de la joie du papa qui allait faire le tour de la toile. L'entraineur a été jusqu'à...gifler son fils en guise de célébration. Le tempérament de Conceiço comme on le connaissait en Belgique. À l'image de son entraineur et de sa rage de vaincre, le FC Porto n'abandonne jamais et sait renverser des situations compliquées. Dernière illustration en date dans le choc face au Sporting lors duquel les Dragons sont rapidement menés 2-0. Ils reviendront à 2-2 dans un match électrique, marqué par une bagarre générale en fin de match et cinq ( ! ) exclusions. Avec un jeu tourné vers l'offensive, des capacités de transitions rapides vers l'avant, de la grinta, et un buteur, Taremi, souvent à la bonne place. Voilà la griffe que Conceiçao a apporté au FC Porto.

Sergio Conceiçao a construit une équipe à son image., iStock
Sergio Conceiçao a construit une équipe à son image. © iStock

Un exode hivernal géré avec succès

Pourtant, la saison du FC Porto n'a pas toujours été facile. Le club a dû se séparer de joueurs importants lors du mercato d'hiver. L'ailier Luis Diaz fait aujourd'hui les beaux jours de Liverpool alors que Sergio Oliveira est parti en prêt, à l'AS Roma. Le transfert de ce dernier a rendu Conceiçao furieux contre ses dirigeants. Le joueur, héros la saison dernière puisqu'il avait inscrit le but de la qualification contre la Juventus, avait perdu sa place dans le dispositif de l'ancien rouche mais restait un pion essentiel dans son noyau. Jesus Corona est lui aussi allé voir si l'herbe était plus verte ailleurs en partant vers le FC Séville. Sergio Conceiçao a dû reconstruire et jouer différemment. Fini la Diaz dépendance. Le Colombien avait inscrit quatorze buts et délivré cinq assists en Primeira Liga depuis le début de la saison. Un gouffre a remplacé donc.

Un record vieux de 44 ans

Malgré la perte de ces trois joueurs importants, le club portugais a su se reconstruire et se remobiliser pour continuer sa série d'invincibilité en cette deuxième partie de saison. En gagnant face au Vitória Guimares (0-1) le week-end dernier, le FC Porto a même battu un record datant de plus de 40 ans. En effet, avec ses 57 matches d'invincibilité en championnat, les Dragons ont renvoyé le précédent record de Benfica aux oubliettes. Les Lisboètes étaient restés invaincus durant 56 rencontres entre l'année 1976 et l'année 1978. De quoi entrer dans les livres d'Histoire pour les joueurs et surtout pour leur coach.

Alors qu'on l'a annoncé sur le départ en direction de l'Italie et du club de Naples cet été, Conceiçao est finalement resté dans son pays natal pour disputer une nouvelle fois la Ligue des Champions. Si l'aventure européenne s'est terminée en huitième de finale d'Europa League, les Azuis e brancos se consolent avec une aventure nationale qui prend des tournures historiques ! Il reste cinq rencontres aux leaders pour conserver leur brevet d'invincibilité avec une avant-dernière journée qui vaudra le détour puisqu'ils se déplaceront à l'Estadio da Luz pour le choc face au grand rival Benfica.

On connaissait sa passion, sa folie, sa rage de vaincre sur le terrain. Sur le banc de touche, Sergio Conceiçao n'a pas changé. Son tempérament de feu fait encore partie de lui. Il n'est pas rare de le voir sauter, crier, s'énerver sur le quatrième arbitre. Revenu dans son club de coeur, au FC Porto, l'ancien capitaine du Standard n'est pas l'entraineur le plus calme du championnat Portugais. Loin s'en faut... Mais le style du coach correspond à ce championnat et à l'équipe des Dragões. Dans un club qui respire la victoire, le retour de Conceiçao est vu comme une réussite avec deux championnats et une Coupe du Portugal en poche. L'entraineur portugais est sur le point d'obtenir un troisième titre avec son club de coeur. À cinq matches de la fin de saison, les Dragons comptent six points d'avance sur leur dauphin du Sporting Clube de Portugal. Toujours invaincu, les leaders peuvent réaliser une saison historique. Avec à leur tête, un entraineur aussi fou que fin stratège. 8 janvier 2022, Estoril. Les équipiers de Chancel Mbemba sont malmenés sur le terrain des Canarinhos. À la mi-temps, le marquoir indique un score de 2-0 pour les locaux. On pense que les Dragons se dirigent vers leur première défaite de la saison. La première depuis... le 30 octobre 2020 même ! C'était sans compter sur l'abnégation des hommes de Conceiçao. En cinq minutes, les joueurs de Porto allaient renverser le match en leur faveur. Clou du spectacle, c'est... Francisco Conceiçao, le fils de Sergio qui inscrira le but de la victoire à la 89ème minute de jeu. Avec une expression de la joie du papa qui allait faire le tour de la toile. L'entraineur a été jusqu'à...gifler son fils en guise de célébration. Le tempérament de Conceiço comme on le connaissait en Belgique. À l'image de son entraineur et de sa rage de vaincre, le FC Porto n'abandonne jamais et sait renverser des situations compliquées. Dernière illustration en date dans le choc face au Sporting lors duquel les Dragons sont rapidement menés 2-0. Ils reviendront à 2-2 dans un match électrique, marqué par une bagarre générale en fin de match et cinq ( ! ) exclusions. Avec un jeu tourné vers l'offensive, des capacités de transitions rapides vers l'avant, de la grinta, et un buteur, Taremi, souvent à la bonne place. Voilà la griffe que Conceiçao a apporté au FC Porto. Pourtant, la saison du FC Porto n'a pas toujours été facile. Le club a dû se séparer de joueurs importants lors du mercato d'hiver. L'ailier Luis Diaz fait aujourd'hui les beaux jours de Liverpool alors que Sergio Oliveira est parti en prêt, à l'AS Roma. Le transfert de ce dernier a rendu Conceiçao furieux contre ses dirigeants. Le joueur, héros la saison dernière puisqu'il avait inscrit le but de la qualification contre la Juventus, avait perdu sa place dans le dispositif de l'ancien rouche mais restait un pion essentiel dans son noyau. Jesus Corona est lui aussi allé voir si l'herbe était plus verte ailleurs en partant vers le FC Séville. Sergio Conceiçao a dû reconstruire et jouer différemment. Fini la Diaz dépendance. Le Colombien avait inscrit quatorze buts et délivré cinq assists en Primeira Liga depuis le début de la saison. Un gouffre a remplacé donc. Malgré la perte de ces trois joueurs importants, le club portugais a su se reconstruire et se remobiliser pour continuer sa série d'invincibilité en cette deuxième partie de saison. En gagnant face au Vitória Guimares (0-1) le week-end dernier, le FC Porto a même battu un record datant de plus de 40 ans. En effet, avec ses 57 matches d'invincibilité en championnat, les Dragons ont renvoyé le précédent record de Benfica aux oubliettes. Les Lisboètes étaient restés invaincus durant 56 rencontres entre l'année 1976 et l'année 1978. De quoi entrer dans les livres d'Histoire pour les joueurs et surtout pour leur coach. Alors qu'on l'a annoncé sur le départ en direction de l'Italie et du club de Naples cet été, Conceiçao est finalement resté dans son pays natal pour disputer une nouvelle fois la Ligue des Champions. Si l'aventure européenne s'est terminée en huitième de finale d'Europa League, les Azuis e brancos se consolent avec une aventure nationale qui prend des tournures historiques ! Il reste cinq rencontres aux leaders pour conserver leur brevet d'invincibilité avec une avant-dernière journée qui vaudra le détour puisqu'ils se déplaceront à l'Estadio da Luz pour le choc face au grand rival Benfica.