Pour la première fois, plusieurs villes européennes se partageront l'organisation d'un Championnat d'Europe, qui fêtera ses 60 années d'existence en 2020. L'annonce des villes choisies sera faite ce vendredi à 13h, à Genève.

"L'UEFA a eu cette idée de génie d'organiser un 'Euro pour l'Europe', qui permet à des petits pays qui n'auraient jamais pu organiser seuls un Euro de se porter candidats avec un seul stade", a expliqué Alain Courtois, président du groupe chargé du projet bruxellois. 19 villes se sont portées candidates, mais seulement 13 d'entre elles seront sélectionnées. Pour Bruxelles, ce serait la 3e fois qu'elle accueillerait un Championnat européen sur ses terres, depuis l'Euro 1972 et l'Euro 2000.

Un évènement européen, mais qui est regardé sur la planète entière. D'où l'intérêt pour Alain Courtois de participer à l'organisation de cet Euro 2020. "Nous voulons être dans les treize, et nous voulons aussi le match d'ouverture" ajoute-t-il. "Avec le match d'ouverture, le monde entier aura le regard braqué sur l'Europe et sur Bruxelles. Je rappelle que l'Euro est le troisième événement en importance au monde, et que nous n'avons plus organisé d'événement de cette taille depuis 2000".

Bruxelles pourrait donc accueillir plusieurs matches de poules et un huitième ou quart de finale, au même titre que d'autres villes et capitales européennes. Pour appuyer sa candidature, la ville projette la construction d'un nouveau stade national, qui doit remplacer le mythique mais vétuste stade Roi Baudouin. Le projet de stade, qui est encore en phase de conception, a reçu un avis positif de la part de l'UEFA la semaine dernière. Il devrait être construit sur l'actuel Parking C du plateau du Heysel et accueillir plus de 60.000 spectateurs. C'est 10.000 places de plus que le stade Roi Baudouin, qui sera détruit afin de laisser place à de nouvelles installations. Un stade sans piste d'athlétisme, ce qui permettra d'améliorer le confort des supporters.

Pour la première fois, plusieurs villes européennes se partageront l'organisation d'un Championnat d'Europe, qui fêtera ses 60 années d'existence en 2020. L'annonce des villes choisies sera faite ce vendredi à 13h, à Genève."L'UEFA a eu cette idée de génie d'organiser un 'Euro pour l'Europe', qui permet à des petits pays qui n'auraient jamais pu organiser seuls un Euro de se porter candidats avec un seul stade", a expliqué Alain Courtois, président du groupe chargé du projet bruxellois. 19 villes se sont portées candidates, mais seulement 13 d'entre elles seront sélectionnées. Pour Bruxelles, ce serait la 3e fois qu'elle accueillerait un Championnat européen sur ses terres, depuis l'Euro 1972 et l'Euro 2000.Un évènement européen, mais qui est regardé sur la planète entière. D'où l'intérêt pour Alain Courtois de participer à l'organisation de cet Euro 2020. "Nous voulons être dans les treize, et nous voulons aussi le match d'ouverture" ajoute-t-il. "Avec le match d'ouverture, le monde entier aura le regard braqué sur l'Europe et sur Bruxelles. Je rappelle que l'Euro est le troisième événement en importance au monde, et que nous n'avons plus organisé d'événement de cette taille depuis 2000".Bruxelles pourrait donc accueillir plusieurs matches de poules et un huitième ou quart de finale, au même titre que d'autres villes et capitales européennes. Pour appuyer sa candidature, la ville projette la construction d'un nouveau stade national, qui doit remplacer le mythique mais vétuste stade Roi Baudouin. Le projet de stade, qui est encore en phase de conception, a reçu un avis positif de la part de l'UEFA la semaine dernière. Il devrait être construit sur l'actuel Parking C du plateau du Heysel et accueillir plus de 60.000 spectateurs. C'est 10.000 places de plus que le stade Roi Baudouin, qui sera détruit afin de laisser place à de nouvelles installations. Un stade sans piste d'athlétisme, ce qui permettra d'améliorer le confort des supporters.