Le Real aura bien besoin de lui. Battus par City dans leur antre du Santiago-Bernabéu (2-1) en huitième de finale aller fin février, les hommes de Zinédine Zidane ont besoin d'une "remontada" pour s'éviter une élimination précoce de la C1, une compétition que le Real a remportée trois fois sous les ordres de "ZZ" (2016-2018).

Pour Hazard aussi, ce match retour comporte un enjeu de taille. Absent sur blessure au match aller, l'attaquant de 29 ans a l'occasion "de signer le match dont il a tant besoin pour mettre fin aux rumeurs et aux commentaires", résume le quotidien sportif madrilène Marca.

Car jusqu'ici, l'international belge aux 116 sélections a eu du mal à justifier les 100 millions d'euros déboursés par le Real pour l'intégrer dans son effectif l'été dernier, en provenance de Chelsea.

Il compte seulement un but et sept passes décisives en 21 apparitions, très loin des statistiques de son comparse en attaque Karim Benzema (26 buts en 46 matches).

"Je me décris davantage comme un passeur qu'un serial buteur", a relativisé l'ancien Lillois sur le site internet de l'UEFA. "Je préfère la passe décisive, même si j'aime aussi marquer de beaux buts, à la dernière minute, des buts qui font gagner."

Blessures en série

Pour sa première année en Espagne, Eden Hazard ne s'attendait sûrement pas à vivre une saison aussi difficile.

Indisponible pendant près de trois mois à la suite d'un coup reçu à la cheville droite contre le Paris SG en Ligue des champions en novembre (2-2), le Belge s'est à nouveau blessé à la cheville pour son deuxième match de reprise contre Levante le 22 février et a dû se faire opérer début mars.

Le capitaine des Diables Rouges a profité de la paralysie du football provoquée par la pandémie de Covid-19 pour se remettre en forme et ainsi disputer la fin de la saison de Liga, dont une performance remarquée lors de la victoire de l'équipe de Zidane contre Eibar (3-1).

Mais une nouvelle blessure contre l'Espanyol Barcelone le 28 juin a laissé planer le doute sur l'état physique de l'ancien meneur de jeu de Chelsea.

Sur les neuf derniers matches de Liga, où le Real a tenu un rythme d'enfer et doublé le FC Barcelone pour arracher son 34e titre de champion d'Espagne, Hazard n'en a disputé que trois.

"Eden a des problèmes et nous ne voulons pas prendre de risques", avait déclaré Zidane à l'époque. "C'est sa première année et il veut aider. Quand il ne peut pas, il n'est pas heureux. Nous le voulons à 100%", avait ajouté le technicien français, qui a ménagé le Belge en championnat en vue des échéances en C1.

Le quotidien Marca assure qu'Eden Hazard "ne ressent plus de douleurs et peut devenir un élément clé" du Real dès vendredi contre City et que "personne ne se souviendra du peu qu'il a apporté à l'équipe jusqu'à présent" en cas de grand parcours en Coupe d'Europe.

Mais pour disputer le tournoi final inédit de la Ligue des champions à Lisbonne (12-23 août), il faut d'abord renverser la situation contre le Manchester City de Pep Guardiola.

Le Real aura bien besoin de lui. Battus par City dans leur antre du Santiago-Bernabéu (2-1) en huitième de finale aller fin février, les hommes de Zinédine Zidane ont besoin d'une "remontada" pour s'éviter une élimination précoce de la C1, une compétition que le Real a remportée trois fois sous les ordres de "ZZ" (2016-2018).Pour Hazard aussi, ce match retour comporte un enjeu de taille. Absent sur blessure au match aller, l'attaquant de 29 ans a l'occasion "de signer le match dont il a tant besoin pour mettre fin aux rumeurs et aux commentaires", résume le quotidien sportif madrilène Marca.Car jusqu'ici, l'international belge aux 116 sélections a eu du mal à justifier les 100 millions d'euros déboursés par le Real pour l'intégrer dans son effectif l'été dernier, en provenance de Chelsea.Il compte seulement un but et sept passes décisives en 21 apparitions, très loin des statistiques de son comparse en attaque Karim Benzema (26 buts en 46 matches)."Je me décris davantage comme un passeur qu'un serial buteur", a relativisé l'ancien Lillois sur le site internet de l'UEFA. "Je préfère la passe décisive, même si j'aime aussi marquer de beaux buts, à la dernière minute, des buts qui font gagner."Pour sa première année en Espagne, Eden Hazard ne s'attendait sûrement pas à vivre une saison aussi difficile.Indisponible pendant près de trois mois à la suite d'un coup reçu à la cheville droite contre le Paris SG en Ligue des champions en novembre (2-2), le Belge s'est à nouveau blessé à la cheville pour son deuxième match de reprise contre Levante le 22 février et a dû se faire opérer début mars.Le capitaine des Diables Rouges a profité de la paralysie du football provoquée par la pandémie de Covid-19 pour se remettre en forme et ainsi disputer la fin de la saison de Liga, dont une performance remarquée lors de la victoire de l'équipe de Zidane contre Eibar (3-1).Mais une nouvelle blessure contre l'Espanyol Barcelone le 28 juin a laissé planer le doute sur l'état physique de l'ancien meneur de jeu de Chelsea.Sur les neuf derniers matches de Liga, où le Real a tenu un rythme d'enfer et doublé le FC Barcelone pour arracher son 34e titre de champion d'Espagne, Hazard n'en a disputé que trois."Eden a des problèmes et nous ne voulons pas prendre de risques", avait déclaré Zidane à l'époque. "C'est sa première année et il veut aider. Quand il ne peut pas, il n'est pas heureux. Nous le voulons à 100%", avait ajouté le technicien français, qui a ménagé le Belge en championnat en vue des échéances en C1.Le quotidien Marca assure qu'Eden Hazard "ne ressent plus de douleurs et peut devenir un élément clé" du Real dès vendredi contre City et que "personne ne se souviendra du peu qu'il a apporté à l'équipe jusqu'à présent" en cas de grand parcours en Coupe d'Europe.Mais pour disputer le tournoi final inédit de la Ligue des champions à Lisbonne (12-23 août), il faut d'abord renverser la situation contre le Manchester City de Pep Guardiola.