D'un côté, un joueur qui coûte plus de 100 M d'EUR par an au Barça, et qui pourrait rapporter davantage en cas de transfert avec activation de sa clause de libération fixée à 700 M d'EUR.

De l'autre, un club qui déplore un manque à gagner de 200 M d'EUR depuis la pandémie et une dette nette de près de 200 M d'EUR depuis 2019, et qui a contracté un emprunt de 140 M d'EUR sur cinq ans auprès d'un fonds d'investissement américain pour l'aider à éponger sa dette.

Le calcul est simple. Les supporters ne souhaitent pas voir partir la Pulga (puce, en espagnol), mais son transfert pourrait être le véritable point de départ économique et sportif du chantier de reconstruction du Barça.

"J'aime beaucoup Messi, mais j'aime encore plus le Barça", a tranché l'ex-président du Barça Joan Gaspart la semaine dernière dans Marca. "C'est le club qui commande, pas le joueur. Si Messi s'en va contre un montant inférieur à celui de sa clause, ce sera plus humiliant que le 8-2" encaissé contre le Bayern en quart de finale de C1 le 14 août, a-t-il affirmé.

Un nouvel entraîneur, un nouveau directeur sportif, un projet de rénovation du Camp Nou lancé au printemps et des élections pour la présidence du club avancées à mars 2021... Mais que faire du "boulet économique" Messi ?

Messi, deux fois Neymar

Le prodige argentin perçoit plus de 100 M d'EUR bruts annuels (bonus compris) de salaire, selon les "Football Leaks" en 2018. Presque le double du salaire de la star brésilienne Neymar, transféré pour 222 M d'EUR du Barça au Paris SG en 2017, qui touche environ 52 M d'EUR bruts annuels au PSG.

"Négociez, pactisez, et souriez", a exhorté le journaliste spécialiste du FC Barcelone Xavier Bosch dans une chronique dans Mundo Deportivo, ce mardi, demandant à tous d'"agir de manière intelligente".

"On a beaucoup parlé du fait que le Barça avait une masse salariale très élevée (542 M d'EUR en 2018-2019), mais une grande partie de cette somme était destinée à 'Leo' et à Luis Suarez", a révélé à l'AFP l'économiste Juan Maria Gay de Liébana, spécialiste du football et du FC Barcelone.

"Le Barça a le plus gros chiffre d'affaires parmi les plus grands clubs européens. Son chiffre d'affaires total est de 854 M d'EUR. Le noyau principal de ses revenus provient du marketing (381 M d'EUR) et des droits TV (298 M d'EUR). Donc c'est clair : l'adieu de "Leo" Messi va affecter négativement les chiffres du Barça", affirme toutefois Gay de Liébana.

Sans Messi, les contrats de sponsoring du Barça (55 M d'EUR par an avec Rakuten, 19 M d'EUR par an avec Beko), pourraient être largement revus à la baisse, selon l'économiste. Et sans Messi, y aura-t-il toujours autant de touristes pour acheter une place au Camp Nou et acquérir un maillot du légendaire N.10 en souvenir ?

Un canevas vierge

Un départ du sextuple Ballon d'Or (combiné au transfert potentiel de Luis Suarez, qui n'entre pas dans les plans du coach Koeman pour la saison 2020-2021 d'après la presse) serait donc déplorable pour les revenus marketing du Barça, mais allègerait considérablement la masse salariale du club.

Avec 100 M d'EUR par an en plus dans ses caisses et une star qui cannibalisait le club en moins dans le vestiaire, le Barça de Ronald Koeman pourra véritablement entamer sa reconstruction, quelques semaines après avoir touché le fond contre le Bayern (8-2).

Après les flops des recrues ces dernières saisons (Ousmane Dembélé pour 138 M d'EUR en 2017, Philippe Coutinho pour 145 M d'EUR en 2018, et Antoine Griezmann pour 120 M d'EUR en 2019), le club blaugrana pourrait passer à l'offensive pour recruter un ou deux joueurs de calibre international en attaque, et renforcer les côtés de sa défense, ses objectifs immédiats sur le mercato.

Et Koeman, arrivé le 19 août en remplacement de Quique Setién pour dessiner le nouveau visage du Barça, pourrait débuter son ambitieux projet sur un canevas vierge.

D'un côté, un joueur qui coûte plus de 100 M d'EUR par an au Barça, et qui pourrait rapporter davantage en cas de transfert avec activation de sa clause de libération fixée à 700 M d'EUR. De l'autre, un club qui déplore un manque à gagner de 200 M d'EUR depuis la pandémie et une dette nette de près de 200 M d'EUR depuis 2019, et qui a contracté un emprunt de 140 M d'EUR sur cinq ans auprès d'un fonds d'investissement américain pour l'aider à éponger sa dette.Le calcul est simple. Les supporters ne souhaitent pas voir partir la Pulga (puce, en espagnol), mais son transfert pourrait être le véritable point de départ économique et sportif du chantier de reconstruction du Barça."J'aime beaucoup Messi, mais j'aime encore plus le Barça", a tranché l'ex-président du Barça Joan Gaspart la semaine dernière dans Marca. "C'est le club qui commande, pas le joueur. Si Messi s'en va contre un montant inférieur à celui de sa clause, ce sera plus humiliant que le 8-2" encaissé contre le Bayern en quart de finale de C1 le 14 août, a-t-il affirmé.Un nouvel entraîneur, un nouveau directeur sportif, un projet de rénovation du Camp Nou lancé au printemps et des élections pour la présidence du club avancées à mars 2021... Mais que faire du "boulet économique" Messi ?Le prodige argentin perçoit plus de 100 M d'EUR bruts annuels (bonus compris) de salaire, selon les "Football Leaks" en 2018. Presque le double du salaire de la star brésilienne Neymar, transféré pour 222 M d'EUR du Barça au Paris SG en 2017, qui touche environ 52 M d'EUR bruts annuels au PSG."Négociez, pactisez, et souriez", a exhorté le journaliste spécialiste du FC Barcelone Xavier Bosch dans une chronique dans Mundo Deportivo, ce mardi, demandant à tous d'"agir de manière intelligente"."On a beaucoup parlé du fait que le Barça avait une masse salariale très élevée (542 M d'EUR en 2018-2019), mais une grande partie de cette somme était destinée à 'Leo' et à Luis Suarez", a révélé à l'AFP l'économiste Juan Maria Gay de Liébana, spécialiste du football et du FC Barcelone."Le Barça a le plus gros chiffre d'affaires parmi les plus grands clubs européens. Son chiffre d'affaires total est de 854 M d'EUR. Le noyau principal de ses revenus provient du marketing (381 M d'EUR) et des droits TV (298 M d'EUR). Donc c'est clair : l'adieu de "Leo" Messi va affecter négativement les chiffres du Barça", affirme toutefois Gay de Liébana.Sans Messi, les contrats de sponsoring du Barça (55 M d'EUR par an avec Rakuten, 19 M d'EUR par an avec Beko), pourraient être largement revus à la baisse, selon l'économiste. Et sans Messi, y aura-t-il toujours autant de touristes pour acheter une place au Camp Nou et acquérir un maillot du légendaire N.10 en souvenir ?Un départ du sextuple Ballon d'Or (combiné au transfert potentiel de Luis Suarez, qui n'entre pas dans les plans du coach Koeman pour la saison 2020-2021 d'après la presse) serait donc déplorable pour les revenus marketing du Barça, mais allègerait considérablement la masse salariale du club.Avec 100 M d'EUR par an en plus dans ses caisses et une star qui cannibalisait le club en moins dans le vestiaire, le Barça de Ronald Koeman pourra véritablement entamer sa reconstruction, quelques semaines après avoir touché le fond contre le Bayern (8-2).Après les flops des recrues ces dernières saisons (Ousmane Dembélé pour 138 M d'EUR en 2017, Philippe Coutinho pour 145 M d'EUR en 2018, et Antoine Griezmann pour 120 M d'EUR en 2019), le club blaugrana pourrait passer à l'offensive pour recruter un ou deux joueurs de calibre international en attaque, et renforcer les côtés de sa défense, ses objectifs immédiats sur le mercato.Et Koeman, arrivé le 19 août en remplacement de Quique Setién pour dessiner le nouveau visage du Barça, pourrait débuter son ambitieux projet sur un canevas vierge.