Remco Evenepoel a été sacré champion d'Europe du contre-la-montre à Alkmaar, aux Pays-Bas, en 2019. L'année dernière, il n'a pas défendu son titre en raison de sa terrible chute survenue au Tour de Lombardie en août. "Ici, à Trente, je vais démarrer avec de l'ambition", a assuré le prodige belge. "Je veux tout faire pour emmener Yves Lampaert aux championnats du monde."

"Yves est le champion de Belgique du contre-la-montre, il mérite aussi de disputer le contre-la-montre des championnats du monde devant son public. Seulement, maintenant nous ne sommes plus que deux à pouvoir représenter la Belgique aux Mondiaux. Si je deviens champion d'Europe, il pourra aussi venir en tant que troisième homme. Donc oui, j'ai beaucoup d'ambition. Je rêve d'un bon résultat, car je veux tenir ma promesse envers Yves", a expliqué Remco Evenepoel.

Lire aussi:

GANNA, KÜNG, BISSEGGER, AFFINI, ASGREEN, POGACAR, LA CONCURRENCE SERA RUDE

Entre-temps, Evenepeol se rend compte que la concurrence sera rude avec des hommes comme le champion du monde Filippo Ganna, le champion d'Europe en titre Stefan Küng, ou encore le Suisse Stefan Bissegger. "Il y a encore Kasper Asgreen, Edoardo Affini et Tadej Pogacar. En fait, tous les meilleurs seront là, à l'exception de Wout van Aert", a rajouté le coureur de chez Deceuninck-Quick-Step. "Il est agréable de voir que la concurrence s'est considérablement accrue ces dernières années. Avant, on ne citait que quelques noms pour le podium, maintenant, il y en a un paquet, au moins une quinzaine. Il faut vraiment réaliser une excellente journée pour obtenir un bon résultat. Et je devrai en réaliser une excellente pour faire ce cadeau à Yves", a souligné le jeune Belge.

A Trente, la concurrence sera féroce pour Remco Evenepoel, notamment avec le champion d'Europe en titre, Stefan Küng, qui sera au même titre que son compatriote Stefan Bissegger, l'un des grands prétendants au titre. Il ne sera pas facile d'écarter les Suisses., belga
A Trente, la concurrence sera féroce pour Remco Evenepoel, notamment avec le champion d'Europe en titre, Stefan Küng, qui sera au même titre que son compatriote Stefan Bissegger, l'un des grands prétendants au titre. Il ne sera pas facile d'écarter les Suisses. © belga

UN PARCOURS UN PEU COURT ET TROP PEU SELECTIF POUR EVENEPOEL

Le parcours n'est pas à l'avantage d'Evenepoel. 22,4 kilomètres avec moins de 140 mètres de dénivelé. "Ça monte quelques fois, mais ce n'est vraiment pas très difficile. Je trouve dommage qu'ils n'aient pas rajouté un peu plus à ce beau parcours. Une petite ascension aurait été sympa, et un peu plus de kilomètres aussi. 22,4 kilomètres, c'est un peu court. Les juniors et espoirs courent également la même distance, selon moi ça aurait pu être un peu plus long."

REMIS DE SES MAUX D'ESTOMAC

Le champion d'Europe 2019 assure être parfaitement remis de la maladie qui l'a contraint à abandonner lors du Benelux Tour. "Peut-être que j'ai mangé quelque chose qu'il ne fallait pas", a-t-il expliqué. "J'ai eu une infection. Je me suis reposé et, ensuite, je me suis bien entrainé en vue des championnats d'Europe. Les jambes sont encore bonnes. Avec la forme que j'ai montré ces dernières semaines, je peux avoir de l'ambition, même si ce ne sera pas facile."

"D'un autre côté, Alkmaar n'était pas un parcours pour moi, mais je me suis imposé. Je sens que les choses vont bien à nouveau, que les bonnes sensations sont de retour dans les jambes depuis le Tour du Danemark. En tout cas, c'est bien de pouvoir terminer la saison avec un bon feeling. Après les Jeux, je me sentais un peu moins bien mentalement, mais maintenant, les choses sont revenues à la normale. J'espère bien faire ici et avoir une bonne fin de saison, y compris lors des mondiaux et quelques courses italiennes", a conclu Remco Evenepoel.

Remco Evenepoel a été sacré champion d'Europe du contre-la-montre à Alkmaar, aux Pays-Bas, en 2019. L'année dernière, il n'a pas défendu son titre en raison de sa terrible chute survenue au Tour de Lombardie en août. "Ici, à Trente, je vais démarrer avec de l'ambition", a assuré le prodige belge. "Je veux tout faire pour emmener Yves Lampaert aux championnats du monde.""Yves est le champion de Belgique du contre-la-montre, il mérite aussi de disputer le contre-la-montre des championnats du monde devant son public. Seulement, maintenant nous ne sommes plus que deux à pouvoir représenter la Belgique aux Mondiaux. Si je deviens champion d'Europe, il pourra aussi venir en tant que troisième homme. Donc oui, j'ai beaucoup d'ambition. Je rêve d'un bon résultat, car je veux tenir ma promesse envers Yves", a expliqué Remco Evenepoel.Entre-temps, Evenepeol se rend compte que la concurrence sera rude avec des hommes comme le champion du monde Filippo Ganna, le champion d'Europe en titre Stefan Küng, ou encore le Suisse Stefan Bissegger. "Il y a encore Kasper Asgreen, Edoardo Affini et Tadej Pogacar. En fait, tous les meilleurs seront là, à l'exception de Wout van Aert", a rajouté le coureur de chez Deceuninck-Quick-Step. "Il est agréable de voir que la concurrence s'est considérablement accrue ces dernières années. Avant, on ne citait que quelques noms pour le podium, maintenant, il y en a un paquet, au moins une quinzaine. Il faut vraiment réaliser une excellente journée pour obtenir un bon résultat. Et je devrai en réaliser une excellente pour faire ce cadeau à Yves", a souligné le jeune Belge.UN PARCOURS UN PEU COURT ET TROP PEU SELECTIF POUR EVENEPOEL Le parcours n'est pas à l'avantage d'Evenepoel. 22,4 kilomètres avec moins de 140 mètres de dénivelé. "Ça monte quelques fois, mais ce n'est vraiment pas très difficile. Je trouve dommage qu'ils n'aient pas rajouté un peu plus à ce beau parcours. Une petite ascension aurait été sympa, et un peu plus de kilomètres aussi. 22,4 kilomètres, c'est un peu court. Les juniors et espoirs courent également la même distance, selon moi ça aurait pu être un peu plus long." REMIS DE SES MAUX D'ESTOMACLe champion d'Europe 2019 assure être parfaitement remis de la maladie qui l'a contraint à abandonner lors du Benelux Tour. "Peut-être que j'ai mangé quelque chose qu'il ne fallait pas", a-t-il expliqué. "J'ai eu une infection. Je me suis reposé et, ensuite, je me suis bien entrainé en vue des championnats d'Europe. Les jambes sont encore bonnes. Avec la forme que j'ai montré ces dernières semaines, je peux avoir de l'ambition, même si ce ne sera pas facile." "D'un autre côté, Alkmaar n'était pas un parcours pour moi, mais je me suis imposé. Je sens que les choses vont bien à nouveau, que les bonnes sensations sont de retour dans les jambes depuis le Tour du Danemark. En tout cas, c'est bien de pouvoir terminer la saison avec un bon feeling. Après les Jeux, je me sentais un peu moins bien mentalement, mais maintenant, les choses sont revenues à la normale. J'espère bien faire ici et avoir une bonne fin de saison, y compris lors des mondiaux et quelques courses italiennes", a conclu Remco Evenepoel.