Le Mondial de Louvain est le dixième organisé sur le territoire belge. Liège a ouvert la marche en 1930. L'Italien Alfredo Binda, premier champion du monde chez les professionnels, s'était imposé au sprint devant son compatriote Learco Guerra et le tenant du titre, Georges Ronsse. 23 coureurs pros seulement avaient pris le départ. La dernière édition belge date de 2002, à Zolder. Un autre Italien, l'excentrique Mario Cipollini, avait gagné le sprint massif devant Robbie McEwen et Erik Zabel.

Dans les semaines à venir, tous les regards seront tournés vers le Mondial. Dès le 19 septembre auront lieu le contre-la-montre entre Knokke et Bruges, puis les courses féminines et Espoirs, et en apothéose, la course en ligne entre Anvers et Louvain le 26 septembre. En guise d'apéritif, notre magazine publie un numéro exceptionnel. Il s'intéresse notamment à l'évolution de Wout van Aert, qui fait partie des grandissimes favoris contre le chrono comme dans l'épreuve en ligne, mais il vous offre également un vaste éventail d'autres reportages. Sur la marque Mathieu van der Poel, par exemple. De plus en plus de sociétés veulent s'associer au Néerlandais. Retrouvez aussi un portrait de l'Italien Filippo Ganna, spécialiste du contre-la-montre, un entretien avec les parents de Jasper Stuyven, qui vivent quasiment sur le parcours, et des interviews du président de l'UCI, David Lappartient, et de Louis Tobback, qui a obtenu l'organisation du Mondial lorsqu'il était encore le bourgmestre de Louvain. Le Mondial féminin bénéficie lui aussi d'une large attention, grâce à des entretiens avec Marianne Vos, favorite malgré elle, et Lotte Kopecky, qui estime le parcours taillé pour elle.

Le guide comprend un document unique: les portraits des septante champions du monde de l'histoire.

Le Mondial est né il y a cent ans, en 1921. Il était alors réservé aux amateurs. Nous avons donc retracé l'histoire de cette épreuve aux débuts houleux. Vous trouverez dans ce guide des statistiques sur le Mondial, un reportage sur Bruges, ville hôte à la longue tradition cycliste, ainsi qu'une analyse détaillée du parcours de ces championnats, qui vont passer par le coeur historique de Louvain et les collines de la région des Raisins. Ce numéro très varié comprend aussi de nombreuses photographies d'époque, comme cette image mémorable à l'issue du Mondial de Renaix 1963, remporté par Benoni Beheyt alors qu'il devait lancer le sprint pour Rik Van Looy. Pendant la cérémonie, le regard de Van Looy avait semblé pétrifier le pauvre Beheyt, qui, gêné, fixait le sol.

La lecture et les anecdotes ne manquent pas dans ce Guide des Mondiaux, en librairie à partir du 2 septembre. Ce numéro spécial de 132 pages coûte 7,50 euros., Getty Images
La lecture et les anecdotes ne manquent pas dans ce Guide des Mondiaux, en librairie à partir du 2 septembre. Ce numéro spécial de 132 pages coûte 7,50 euros. © Getty Images

Le coeur de ce numéro hors-série comporte un document unique: les portraits des septante champions à avoir revêtu le maillot arc-en-ciel, d'Alfredo Binda à Julian Alaphilippe, en passant par Fausto Coppi et Eddy Merckx. Nous les évoquons en les replaçant dans le contexte de leur époque. Le caractère spécifique de cette course ressort de ces portraits. Pour certains, elle a constitué un tremplin vers la célébrité, comme par exemple pour le triple champion du monde Oscar Freire, qui n'avait été sélectionné qu'in extremis par l'Espagne avant son premier sacre, et avait fait l'objet de tous les sarcasmes alors qu'il n'était encore qu'un sombre inconnu. Mais le maillot arc-en-ciel peut aussi peser lourd. Trop lourd. Ainsi, le Néerlandais Harm Ottenbros s'est imposé à Zolder en 1969 en gagnant un sprint contre Julien Stevens à quelques millimètres près, mais n'a plus rien réussi par la suite. Quand Ottenbros a arrêté sa carrière, la télévision néerlandaise a mis l'événement en scène comme il se devait: Ottenbros a pédalé sur le pont de Zélande, s'est brusquement arrêté, avant de jeter son vélo dans l'Escaut. Bonne lecture!

Le Mondial de Louvain est le dixième organisé sur le territoire belge. Liège a ouvert la marche en 1930. L'Italien Alfredo Binda, premier champion du monde chez les professionnels, s'était imposé au sprint devant son compatriote Learco Guerra et le tenant du titre, Georges Ronsse. 23 coureurs pros seulement avaient pris le départ. La dernière édition belge date de 2002, à Zolder. Un autre Italien, l'excentrique Mario Cipollini, avait gagné le sprint massif devant Robbie McEwen et Erik Zabel. Dans les semaines à venir, tous les regards seront tournés vers le Mondial. Dès le 19 septembre auront lieu le contre-la-montre entre Knokke et Bruges, puis les courses féminines et Espoirs, et en apothéose, la course en ligne entre Anvers et Louvain le 26 septembre. En guise d'apéritif, notre magazine publie un numéro exceptionnel. Il s'intéresse notamment à l'évolution de Wout van Aert, qui fait partie des grandissimes favoris contre le chrono comme dans l'épreuve en ligne, mais il vous offre également un vaste éventail d'autres reportages. Sur la marque Mathieu van der Poel, par exemple. De plus en plus de sociétés veulent s'associer au Néerlandais. Retrouvez aussi un portrait de l'Italien Filippo Ganna, spécialiste du contre-la-montre, un entretien avec les parents de Jasper Stuyven, qui vivent quasiment sur le parcours, et des interviews du président de l'UCI, David Lappartient, et de Louis Tobback, qui a obtenu l'organisation du Mondial lorsqu'il était encore le bourgmestre de Louvain. Le Mondial féminin bénéficie lui aussi d'une large attention, grâce à des entretiens avec Marianne Vos, favorite malgré elle, et Lotte Kopecky, qui estime le parcours taillé pour elle. Le Mondial est né il y a cent ans, en 1921. Il était alors réservé aux amateurs. Nous avons donc retracé l'histoire de cette épreuve aux débuts houleux. Vous trouverez dans ce guide des statistiques sur le Mondial, un reportage sur Bruges, ville hôte à la longue tradition cycliste, ainsi qu'une analyse détaillée du parcours de ces championnats, qui vont passer par le coeur historique de Louvain et les collines de la région des Raisins. Ce numéro très varié comprend aussi de nombreuses photographies d'époque, comme cette image mémorable à l'issue du Mondial de Renaix 1963, remporté par Benoni Beheyt alors qu'il devait lancer le sprint pour Rik Van Looy. Pendant la cérémonie, le regard de Van Looy avait semblé pétrifier le pauvre Beheyt, qui, gêné, fixait le sol. Le coeur de ce numéro hors-série comporte un document unique: les portraits des septante champions à avoir revêtu le maillot arc-en-ciel, d'Alfredo Binda à Julian Alaphilippe, en passant par Fausto Coppi et Eddy Merckx. Nous les évoquons en les replaçant dans le contexte de leur époque. Le caractère spécifique de cette course ressort de ces portraits. Pour certains, elle a constitué un tremplin vers la célébrité, comme par exemple pour le triple champion du monde Oscar Freire, qui n'avait été sélectionné qu'in extremis par l'Espagne avant son premier sacre, et avait fait l'objet de tous les sarcasmes alors qu'il n'était encore qu'un sombre inconnu. Mais le maillot arc-en-ciel peut aussi peser lourd. Trop lourd. Ainsi, le Néerlandais Harm Ottenbros s'est imposé à Zolder en 1969 en gagnant un sprint contre Julien Stevens à quelques millimètres près, mais n'a plus rien réussi par la suite. Quand Ottenbros a arrêté sa carrière, la télévision néerlandaise a mis l'événement en scène comme il se devait: Ottenbros a pédalé sur le pont de Zélande, s'est brusquement arrêté, avant de jeter son vélo dans l'Escaut. Bonne lecture!