Le Comité international paralympique (CIP) est finalement revenu sur sa décision. Après avoir autorisé mercredi les athlètes russes et bélarusses à participer aux Jeux Paralympiques d'hiver de Pékin du 4 au 13 mars, il a décidé jeudi de ne pas accepter leurs inscriptions.

"Plusieurs comités paralympiques nationaux menaçaient de ne pas participer, compromettant la viabilité des Jeux. La situation dans le village des athlètes se détériorait et assurer la sécurité de tous était devenu compliqué", a écrit le CIP dans un communiqué publié jeudi.

Saisi à la suite de l'invasion russe en Ukraine à laquelle collabore le Bélarus, le CIP avait annoncé mercredi que ces sportifs pourraient participer aux Jeux sous bannière neutre, une décision qui avait été contestée dans plusieurs pays. Président du CIP, Andrew Parsons a expliqué que la situation a évolué en quelques heures. "Au cours des douze dernières heures, de très nombreux athlètes nous ont contacté et ont été très francs, ce dont je suis reconnaissant. Ils ont expliqué que si nous ne revenions pas sur notre décision, cela risquait d'avoir des conséquences graves pour les Jeux Paralympiques. Plusieurs comités nationaux ont menacé de déclarer forfait."

"Notre décision de retirer les comités paralympiques russe et bélarusse touche 83 athlètes. Si nous ne l'avions pas prise, plusieurs nations se seraient retirées et les Jeux Paralympiques n'auraient pas été viables. L'impact aurait été bien plus important", a ponctué M. Parsons.

Dans la foulée, le porte-parole du Kremlin Dmitry Peskov a qualifié cette décision de honteuse. "Cette situation est monstrueuse. C'est une honte pour le Comité international paralympique, je ne trouve pas d'autres mots", a-t-il déclaré à l'agence russe TASS.

Le Comité international paralympique (CIP) est finalement revenu sur sa décision. Après avoir autorisé mercredi les athlètes russes et bélarusses à participer aux Jeux Paralympiques d'hiver de Pékin du 4 au 13 mars, il a décidé jeudi de ne pas accepter leurs inscriptions."Plusieurs comités paralympiques nationaux menaçaient de ne pas participer, compromettant la viabilité des Jeux. La situation dans le village des athlètes se détériorait et assurer la sécurité de tous était devenu compliqué", a écrit le CIP dans un communiqué publié jeudi. Saisi à la suite de l'invasion russe en Ukraine à laquelle collabore le Bélarus, le CIP avait annoncé mercredi que ces sportifs pourraient participer aux Jeux sous bannière neutre, une décision qui avait été contestée dans plusieurs pays. Président du CIP, Andrew Parsons a expliqué que la situation a évolué en quelques heures. "Au cours des douze dernières heures, de très nombreux athlètes nous ont contacté et ont été très francs, ce dont je suis reconnaissant. Ils ont expliqué que si nous ne revenions pas sur notre décision, cela risquait d'avoir des conséquences graves pour les Jeux Paralympiques. Plusieurs comités nationaux ont menacé de déclarer forfait.""Notre décision de retirer les comités paralympiques russe et bélarusse touche 83 athlètes. Si nous ne l'avions pas prise, plusieurs nations se seraient retirées et les Jeux Paralympiques n'auraient pas été viables. L'impact aurait été bien plus important", a ponctué M. Parsons.Dans la foulée, le porte-parole du Kremlin Dmitry Peskov a qualifié cette décision de honteuse. "Cette situation est monstrueuse. C'est une honte pour le Comité international paralympique, je ne trouve pas d'autres mots", a-t-il déclaré à l'agence russe TASS.