Shane McLeod fait ses adieux aux Red Lions sur un moment fort. Le Néo-Zélandais a mené les hockeyeurs belges au titre olympique à Tokyo aux shoots-out contre l'Australie, jeudi pour la première fois de leur histoire.

"Je suis très heureux, c'est un jour spécial et émouvant. Que je puisse terminer ma carrière d'entraîneur avec un titre européen, un titre mondial et un titre olympique, de telles histoires ne s'écrivent pas. Personne ne le croit", a affirmé McLeod. McLeod a pris la tête des Lions à la fin de 2015.

L'été suivant, ils ont immédiatement remporté l'argent à Rio. Par la suite, les Belges sont devenus champions du monde en 2018 et champions d'Europe en 2019. Le couronnement ultime a suivi au Japon. "Cela a été un processus pour que toutes les pièces du puzzle s'assemblent. J'ai toujours eu une idée claire de ce qui devait être fait et j'ai toujours cru que nous pouvions y arriver."

Le Néo-Zélandais laisse sa place à son assistant néerlandais Michel van den Heuvel. "Chaque chose a son temps. Très peu d'entraîneurs peuvent se retirer à temps. Il s'agit d'une profession dans laquelle vous êtes limogé ou serez limogé. C'est un cercle vicieux. Je pense que c'est l'une de mes plus grandes réussites que d'avoir pu rester à la tête de cette équipe pendant six ans", a conclu McLeod.

Félix Denayer, le capitaine des Red Lions., iStock
Félix Denayer, le capitaine des Red Lions. © iStock

DENAYER: "C'EST L'ABOUTISSEMENT DE TANT D'ANNEES"

Félix Denayer, le capitaine de l'équipe belge de hockey, n'en revenait toujours pas après avoir reçu la médaille d'or olympique.

"Je n'arrive pas à décrire ce que je ressens en ce moment. C'est l'aboutissement de tant d'années. Cela vous fait penser au début et à la façon dont nous avons grandi en tant que groupe. C'est une belle histoire que nous avons écrite ensemble. Shane McLeod dit toujours: -Si tu deviens championne olympique demain, ce sera le premier jour du reste de ta vie.", a rappelé Denayer. Denayer a dû interrompre un instant sa discussion avec la presse dans la zone mixte: le Roi Philippe était en ligne pour le féliciter. "Nous l'avons déjà rencontré plusieurs fois, mais cela reste très spécial. En tant qu'équipe, nous voulons aussi représenter la Belgique du mieux que nous le pouvons. L'union fait la force", a conclu Denayer.

Thomas Briels aura finalement vécu un tournoi plein alors qu'il n'était que réserviste., iStock
Thomas Briels aura finalement vécu un tournoi plein alors qu'il n'était que réserviste. © iStock

BRIELS: "QUAND ON PEUT PRENDRE SA RETRAITE INTERNATIONALE SUR UN TITRE OLYMPIQUE..."

Pour Thomas Briels, les Jeux Olympiques ont été une véritable montagne russe sur le plan émotionnel. L'attaquant, qui a été capitaine de l'équipe pendant des années, n'a été sélectionné qu'en tant que réserviste, mais a finalement obtenu beaucoup de temps de jeu à Tokyo, notamment lors de la finale contre l'Australie. Entre-temps, Briels, bientôt 34 ans, a laissé entendre qu'il fera ses adieux à l'équipe nationale.

"Je dois encore laisser couler un peu les choses, mais je pense que c'est bon. Quand on peut mettre un terme à sa carrière internationale de quinze ans avec un titre olympique... Je ne pense pas qu'il y ait un moment encore plus fort", a suggéré Briels.

Après la finale, Briels est revenu sur ces dernières semaines, au cours desquelles il a dû faire face à une quantité énorme d'émotions. "C'était le plus grand défi de ces quinze dernières années. Lorsque vous avez été le capitaine d'un groupe pendant cinq ans, que vous avez tout donné sur et en dehors du terrain, et que cinq semaines avant le tournoi, vous êtes relégué avec les réserves, cela fait très mal. Mais j'ai pu rapidement tourner le bouton. Je voulais être le plus en forme possible lorsque je devais jouer. Tous mes coéquipiers l'ont mérité. Ils m'ont tiré vers le haut. Ce sont tous des gars merveilleux. J'ai reçu tellement de messages de leur part, j'ai eu des conversations avec eux", a raconté Briels. Que Briels puisse terminer cette période difficile avec une médaille d'or autour du cou, c'est pour lui "le couronnement de beaucoup de travail au cours des quinze dernières années et certainement au cours des deux derniers mois".

null, iStock
null © iStock

VAN DOREN: JE N'AI PAS DE MOTS

Arthur Van Doren s'est de nouveau révélé être un défenseur fiable des Red Lions lors de la finale olympique contre l'Australie remportée par la Belgique aux shoot-out.

"Nous avons joué un très bon match, à part cinq minutes, au cours desquelles nous avons créé de nombreuses occasions. Après l'égalisation, nous avons continué à jouer un hockey très naturel et ce que Vincent Vanasch, notre gardien de but, a montré lors des shoots-out est à nouveau incroyable. Je ne pourrais pas être plus fier de tous ceux qui nous ont aidés à monter sur la plus haute marche du podium. C'est fou, je n'ai pas de mots pour ça", a avancé Van Doren.

L'or autour du cou, Loïck Luypaert a repensé à la finale perdue il y a cinq ans à Rio et au long chemin parcouru par les Red Lions depuis. "Depuis Rio, nous avons travaillé avec cette équipe pour gagner l'or. C'était notre seul objectif et quand vous y parvenez, cela signifie que vous avez tout fait correctement", a analysé Luypaert avant d'enchaîner sur le dernier match de l'entraîneur Shane McLeod. "C'est un merveilleux cadeau d'adieu, Il nous a fait progresser en tant que personne et en tant que sportif, à sa manière, avec douceur. C'est unique. Vous ne trouverez pas un seul joueur qui puisse dire quoi que ce soit de négatif sur Shane McLeod", a décrété Luypaert.

Shane McLeod fait ses adieux aux Red Lions sur un moment fort. Le Néo-Zélandais a mené les hockeyeurs belges au titre olympique à Tokyo aux shoots-out contre l'Australie, jeudi pour la première fois de leur histoire."Je suis très heureux, c'est un jour spécial et émouvant. Que je puisse terminer ma carrière d'entraîneur avec un titre européen, un titre mondial et un titre olympique, de telles histoires ne s'écrivent pas. Personne ne le croit", a affirmé McLeod. McLeod a pris la tête des Lions à la fin de 2015. L'été suivant, ils ont immédiatement remporté l'argent à Rio. Par la suite, les Belges sont devenus champions du monde en 2018 et champions d'Europe en 2019. Le couronnement ultime a suivi au Japon. "Cela a été un processus pour que toutes les pièces du puzzle s'assemblent. J'ai toujours eu une idée claire de ce qui devait être fait et j'ai toujours cru que nous pouvions y arriver." Le Néo-Zélandais laisse sa place à son assistant néerlandais Michel van den Heuvel. "Chaque chose a son temps. Très peu d'entraîneurs peuvent se retirer à temps. Il s'agit d'une profession dans laquelle vous êtes limogé ou serez limogé. C'est un cercle vicieux. Je pense que c'est l'une de mes plus grandes réussites que d'avoir pu rester à la tête de cette équipe pendant six ans", a conclu McLeod.DENAYER: "C'EST L'ABOUTISSEMENT DE TANT D'ANNEES" Félix Denayer, le capitaine de l'équipe belge de hockey, n'en revenait toujours pas après avoir reçu la médaille d'or olympique."Je n'arrive pas à décrire ce que je ressens en ce moment. C'est l'aboutissement de tant d'années. Cela vous fait penser au début et à la façon dont nous avons grandi en tant que groupe. C'est une belle histoire que nous avons écrite ensemble. Shane McLeod dit toujours: -Si tu deviens championne olympique demain, ce sera le premier jour du reste de ta vie.", a rappelé Denayer. Denayer a dû interrompre un instant sa discussion avec la presse dans la zone mixte: le Roi Philippe était en ligne pour le féliciter. "Nous l'avons déjà rencontré plusieurs fois, mais cela reste très spécial. En tant qu'équipe, nous voulons aussi représenter la Belgique du mieux que nous le pouvons. L'union fait la force", a conclu Denayer.BRIELS: "QUAND ON PEUT PRENDRE SA RETRAITE INTERNATIONALE SUR UN TITRE OLYMPIQUE..." Pour Thomas Briels, les Jeux Olympiques ont été une véritable montagne russe sur le plan émotionnel. L'attaquant, qui a été capitaine de l'équipe pendant des années, n'a été sélectionné qu'en tant que réserviste, mais a finalement obtenu beaucoup de temps de jeu à Tokyo, notamment lors de la finale contre l'Australie. Entre-temps, Briels, bientôt 34 ans, a laissé entendre qu'il fera ses adieux à l'équipe nationale."Je dois encore laisser couler un peu les choses, mais je pense que c'est bon. Quand on peut mettre un terme à sa carrière internationale de quinze ans avec un titre olympique... Je ne pense pas qu'il y ait un moment encore plus fort", a suggéré Briels. Après la finale, Briels est revenu sur ces dernières semaines, au cours desquelles il a dû faire face à une quantité énorme d'émotions. "C'était le plus grand défi de ces quinze dernières années. Lorsque vous avez été le capitaine d'un groupe pendant cinq ans, que vous avez tout donné sur et en dehors du terrain, et que cinq semaines avant le tournoi, vous êtes relégué avec les réserves, cela fait très mal. Mais j'ai pu rapidement tourner le bouton. Je voulais être le plus en forme possible lorsque je devais jouer. Tous mes coéquipiers l'ont mérité. Ils m'ont tiré vers le haut. Ce sont tous des gars merveilleux. J'ai reçu tellement de messages de leur part, j'ai eu des conversations avec eux", a raconté Briels. Que Briels puisse terminer cette période difficile avec une médaille d'or autour du cou, c'est pour lui "le couronnement de beaucoup de travail au cours des quinze dernières années et certainement au cours des deux derniers mois". VAN DOREN: JE N'AI PAS DE MOTSArthur Van Doren s'est de nouveau révélé être un défenseur fiable des Red Lions lors de la finale olympique contre l'Australie remportée par la Belgique aux shoot-out."Nous avons joué un très bon match, à part cinq minutes, au cours desquelles nous avons créé de nombreuses occasions. Après l'égalisation, nous avons continué à jouer un hockey très naturel et ce que Vincent Vanasch, notre gardien de but, a montré lors des shoots-out est à nouveau incroyable. Je ne pourrais pas être plus fier de tous ceux qui nous ont aidés à monter sur la plus haute marche du podium. C'est fou, je n'ai pas de mots pour ça", a avancé Van Doren. L'or autour du cou, Loïck Luypaert a repensé à la finale perdue il y a cinq ans à Rio et au long chemin parcouru par les Red Lions depuis. "Depuis Rio, nous avons travaillé avec cette équipe pour gagner l'or. C'était notre seul objectif et quand vous y parvenez, cela signifie que vous avez tout fait correctement", a analysé Luypaert avant d'enchaîner sur le dernier match de l'entraîneur Shane McLeod. "C'est un merveilleux cadeau d'adieu, Il nous a fait progresser en tant que personne et en tant que sportif, à sa manière, avec douceur. C'est unique. Vous ne trouverez pas un seul joueur qui puisse dire quoi que ce soit de négatif sur Shane McLeod", a décrété Luypaert.