Par Stéphane Vande Velde

La deuxième place de Zulte Waregem constitue pour beaucoup de monde une bouffée d'air frais. Tant par l'effet surprenant (tout le monde aime quand le petit s'immisce parmi les grands) que par le jeu déployé. Mais il convient avant tout de lever son chapeau à ce petit club de Flandre occidentale pour avoir mené une politique réfléchie et à contre-courant de tout ce qui se fait en D1.

Après avoir arraché son maintien de justesse suite au retour de Dury en cours de saison, Zulte a réfléchi à son futur. A son réseau de scouting performant (surtout en France et dans les équipes de jeune), Zulte Waregem a décidé de miser sur des jeunes, entourés par quelques vieux briscards comme Mbaye Leye, Franck Berrier, Karel D'Haene, Davy De Fauw ou Sammy Bossut. Pour le reste, Zulte Waregem a lancé ses jeunes pousses. 15 joueurs du noyau ont moins de 23 ans. Et parmi ceux-ci, on a découvert de très bons éléments comme Thorgan Hazard, Bryan Verboom ou Junior Malanda, courtisé par des clubs anglais.

Zulte a donc eu le bon réflexe de miser sur la formation et de tenir sa ligne conduite. Partout, on entend des dirigeants clamer sur tous les toits qu'ils veulent exploiter le filon des jeunes. Pourtant, cet effet d'annonce n'est généralement suivi d'aucune suite. Le Standard en est le parfait exemple. Zulte a prouvé qu'avec du flair (car, il ne suffit pas d'être jeune, il faut être bon !) et de l'audace, un club belge, aussi modeste soit-il, pouvait avancer.

Par Stéphane Vande VeldeLa deuxième place de Zulte Waregem constitue pour beaucoup de monde une bouffée d'air frais. Tant par l'effet surprenant (tout le monde aime quand le petit s'immisce parmi les grands) que par le jeu déployé. Mais il convient avant tout de lever son chapeau à ce petit club de Flandre occidentale pour avoir mené une politique réfléchie et à contre-courant de tout ce qui se fait en D1. Après avoir arraché son maintien de justesse suite au retour de Dury en cours de saison, Zulte a réfléchi à son futur. A son réseau de scouting performant (surtout en France et dans les équipes de jeune), Zulte Waregem a décidé de miser sur des jeunes, entourés par quelques vieux briscards comme Mbaye Leye, Franck Berrier, Karel D'Haene, Davy De Fauw ou Sammy Bossut. Pour le reste, Zulte Waregem a lancé ses jeunes pousses. 15 joueurs du noyau ont moins de 23 ans. Et parmi ceux-ci, on a découvert de très bons éléments comme Thorgan Hazard, Bryan Verboom ou Junior Malanda, courtisé par des clubs anglais. Zulte a donc eu le bon réflexe de miser sur la formation et de tenir sa ligne conduite. Partout, on entend des dirigeants clamer sur tous les toits qu'ils veulent exploiter le filon des jeunes. Pourtant, cet effet d'annonce n'est généralement suivi d'aucune suite. Le Standard en est le parfait exemple. Zulte a prouvé qu'avec du flair (car, il ne suffit pas d'être jeune, il faut être bon !) et de l'audace, un club belge, aussi modeste soit-il, pouvait avancer.