La finale de la Ligue des Champions opposera le FC Barcelone, champion d'Espagne, et Manchester United, vice-champion d'Angleterre, le samedi 28 mai à Londres. Les deux clubs ont chacun enlevé l'épreuve à trois reprises. Barcelone en 1992, 2006 et 2009; Manchester United en 1968, 1999 et 2008.

Comme Barcelone la veille, l'équipe locale partait avec un avantage de deux buts, qu'elle a porté à trois plus rapidement que les Catalans. MU a en effet ouvert la marque dès la 26-ème minute par Valencia, qui exploita un service de Gibson. Ce dernier se chargea lui même de doubler le score à la 31-ème (2-0), mais Jurado fit à son tour sauter le marquoir (2-1) d'une belle volée (35-ème).

Edu remplaça Baumjohann à la reprise côté visiteur, avant l'entrée au jeu de Klaas-Jan Huntelaar à la 70-ème, dans l'espoir de forcer un très improbable destin. Mais face à une formation désormais encore plus vulnérable, Manchester enfonça l'accélérateur pour emballer définitivement la qualification. Le Brésilien Anderson se chargea du double coup de grâce, d'abord, sur un service de Nani, à la 72-ème (3-1), puis sur une passe de Berbatov à la 76-ème (4-1).

Plus rien ne pouvait désormais priver le peuple du football de la revanche de la finale de 2009 à Rome, remportée 2-0 par le Barça grâce à des buts signés Eto'o (10-ème) et Messi (70-ème). Le théâtre de l'événement sera cependant cette fois Wembley, où Manchester avait remporté son premier trophée en 1968 (4-1 a.p. contre Benfica).

Sportfootmagazine.be, avec Belga

La finale de la Ligue des Champions opposera le FC Barcelone, champion d'Espagne, et Manchester United, vice-champion d'Angleterre, le samedi 28 mai à Londres. Les deux clubs ont chacun enlevé l'épreuve à trois reprises. Barcelone en 1992, 2006 et 2009; Manchester United en 1968, 1999 et 2008. Comme Barcelone la veille, l'équipe locale partait avec un avantage de deux buts, qu'elle a porté à trois plus rapidement que les Catalans. MU a en effet ouvert la marque dès la 26-ème minute par Valencia, qui exploita un service de Gibson. Ce dernier se chargea lui même de doubler le score à la 31-ème (2-0), mais Jurado fit à son tour sauter le marquoir (2-1) d'une belle volée (35-ème). Edu remplaça Baumjohann à la reprise côté visiteur, avant l'entrée au jeu de Klaas-Jan Huntelaar à la 70-ème, dans l'espoir de forcer un très improbable destin. Mais face à une formation désormais encore plus vulnérable, Manchester enfonça l'accélérateur pour emballer définitivement la qualification. Le Brésilien Anderson se chargea du double coup de grâce, d'abord, sur un service de Nani, à la 72-ème (3-1), puis sur une passe de Berbatov à la 76-ème (4-1). Plus rien ne pouvait désormais priver le peuple du football de la revanche de la finale de 2009 à Rome, remportée 2-0 par le Barça grâce à des buts signés Eto'o (10-ème) et Messi (70-ème). Le théâtre de l'événement sera cependant cette fois Wembley, où Manchester avait remporté son premier trophée en 1968 (4-1 a.p. contre Benfica). Sportfootmagazine.be, avec Belga