"Juanma a passé dix minutes dans la voiture avec Erik Dekker. Il a changé de vêtements, s'est réchauffé et a continué la course", a expliqué le directeur sportif Merijn Zeeman. "Il a dû voir que le froid extrême avait forcé son équipier Luis Léon Sánchez à l'abandon. Nous avons vraiment pensé qu'il avait une chance de gagner, mais à un moment donné, il n'en pouvait plus. Il avait du mal sur son vélo et ne pouvait plus aller plus loin", a raconté Zeeman à propos du calvaire du coureur espagnol. Les rescapés de cette étape, au cours de laquelle on a dénombré une dizaine d'abandons, vont probablement être confrontés aux mêmes conditions climatiques dimanche. Une situation que craint le directeur sportif. "Si vraiment il fait aussi froid que samedi, le jury devra prendre ses responsabilités", a conclu Zeeman. (Belga)

"Juanma a passé dix minutes dans la voiture avec Erik Dekker. Il a changé de vêtements, s'est réchauffé et a continué la course", a expliqué le directeur sportif Merijn Zeeman. "Il a dû voir que le froid extrême avait forcé son équipier Luis Léon Sánchez à l'abandon. Nous avons vraiment pensé qu'il avait une chance de gagner, mais à un moment donné, il n'en pouvait plus. Il avait du mal sur son vélo et ne pouvait plus aller plus loin", a raconté Zeeman à propos du calvaire du coureur espagnol. Les rescapés de cette étape, au cours de laquelle on a dénombré une dizaine d'abandons, vont probablement être confrontés aux mêmes conditions climatiques dimanche. Une situation que craint le directeur sportif. "Si vraiment il fait aussi froid que samedi, le jury devra prendre ses responsabilités", a conclu Zeeman. (Belga)