Ca y est, le mot magique a été prononcé. Et pas par n'importe qui: le président de la FIFA, himself. Après des années d'opposition pure et dure à l'assistance technologique à l'arbitrage, Sepp Blatter fait aujourd'hui volte-face. La FIFA avait pourtant refusé de commenter les erreurs d'arbitrage de dimanche dernier. Celles-ci avaient favorisé les victoires de l'Allemagne face à l'Angleterre (un but valable refusé) et de l'Argentine face au Mexique (un hors-jeu non sifflé).

"J'ai exprimé mes excuses aux deux délégations directement concernées", a indiqué Sepp Blatter aux journalistes qu'il avait conviés, ce mardi matin. "Les Anglais m'ont dit merci. Les Mexicains ont baissé la tête. Je comprends qu'ils ne soient pas contents", a-t-il ajouté.

Sur l'arbitrage assisté: "Il est évident qu'après ce que nous venons de vivre, ce serait ridicule de ne pas rouvrir le dossier de l'aide par la technologie". La question sera vraisemblablement abordée à Cardiff, lors d'une réunion de la FIFA, les 21 et 22 juillet prochains.

Plus tard dans la journée de mardi, Sepp Blatter a été plus loin en annonçant que la FIFA dévoilerait "en octobre ou novembre" un nouveau plan pour l'arbitrage au plus haut niveau. "Nous voulons améliorer l'arbitrage des matches. Comment faire? Après la Coupe du monde 1990, nous avions créé un groupe d'étude qui s'appelait football 2000. Depuis, nous avons amendé certaines décisions, comme sur la passe en retrait pour les gardiens. Nous ne commençons pas aujourd'hui. Nous dévoilerons en octobre ou novembre un plan pour l'amélioration de l'arbitrage à haut niveau".

Sportmagazine.be, avec Belga

Ca y est, le mot magique a été prononcé. Et pas par n'importe qui: le président de la FIFA, himself. Après des années d'opposition pure et dure à l'assistance technologique à l'arbitrage, Sepp Blatter fait aujourd'hui volte-face. La FIFA avait pourtant refusé de commenter les erreurs d'arbitrage de dimanche dernier. Celles-ci avaient favorisé les victoires de l'Allemagne face à l'Angleterre (un but valable refusé) et de l'Argentine face au Mexique (un hors-jeu non sifflé)."J'ai exprimé mes excuses aux deux délégations directement concernées", a indiqué Sepp Blatter aux journalistes qu'il avait conviés, ce mardi matin. "Les Anglais m'ont dit merci. Les Mexicains ont baissé la tête. Je comprends qu'ils ne soient pas contents", a-t-il ajouté.Sur l'arbitrage assisté: "Il est évident qu'après ce que nous venons de vivre, ce serait ridicule de ne pas rouvrir le dossier de l'aide par la technologie". La question sera vraisemblablement abordée à Cardiff, lors d'une réunion de la FIFA, les 21 et 22 juillet prochains. Plus tard dans la journée de mardi, Sepp Blatter a été plus loin en annonçant que la FIFA dévoilerait "en octobre ou novembre" un nouveau plan pour l'arbitrage au plus haut niveau. "Nous voulons améliorer l'arbitrage des matches. Comment faire? Après la Coupe du monde 1990, nous avions créé un groupe d'étude qui s'appelait football 2000. Depuis, nous avons amendé certaines décisions, comme sur la passe en retrait pour les gardiens. Nous ne commençons pas aujourd'hui. Nous dévoilerons en octobre ou novembre un plan pour l'amélioration de l'arbitrage à haut niveau". Sportmagazine.be, avec Belga