Par Pierre Bilic
De 1956 à nos jours, de Stanley Matthews à Lionel Messi, 171 joueurs sont montés sur l'une des trois marches du plus prestigieux des podiums. Les vedettes des grands championnats colonisent ce paradis.

Il y a bien eu quelques exceptions et, en ce qui nous concerne, l'absence du moindre joueur belge lors de ces 57 grands rendez-vous étonne, interpelle, a un petit goût amer. Aucun Ballon d'Or, d'accord, mais pas de 2e ou de 3e depuis 1956... Est-ce de la prétention ? Non.

Durant les années '70 et '80, les clubs belges ont collectionné les finales européennes, l'équipe nationale a disputé la finale de l'Euro 80, brillé lors de plusieurs Coupes du Monde. Des joueurs comme Paul Van Himst, Wilfried Van Moer, Eric Gerets, Jan Ceulemans, Enzo Scifo ou Michel Preud'homme, entre autres, ne méritaient-ils pas d'être dauphins de l'une ou l'autre star ? Oui, évidemment.

Anderlecht a vu monter son Néerlandais volant, Rensenbrink, sur la deuxième marche en 1976 et la troisième en 1978. Maigre consolation.

Les temps ont changé et, pour le moment, seul Vincent Kompany est susceptible de réparer cette injustice. Alors, Kompany sur le podium du Ballon d'Or 2014 ? C'est possible s'il continue à se distinguer à Manchester City.

On y ajoutera une autre condition : la Belgique doit se qualifier pour le Brésil et y signer une bonne phase finale de Coupe du Monde en 2014.

Par Pierre Bilic De 1956 à nos jours, de Stanley Matthews à Lionel Messi, 171 joueurs sont montés sur l'une des trois marches du plus prestigieux des podiums. Les vedettes des grands championnats colonisent ce paradis. Il y a bien eu quelques exceptions et, en ce qui nous concerne, l'absence du moindre joueur belge lors de ces 57 grands rendez-vous étonne, interpelle, a un petit goût amer. Aucun Ballon d'Or, d'accord, mais pas de 2e ou de 3e depuis 1956... Est-ce de la prétention ? Non. Durant les années '70 et '80, les clubs belges ont collectionné les finales européennes, l'équipe nationale a disputé la finale de l'Euro 80, brillé lors de plusieurs Coupes du Monde. Des joueurs comme Paul Van Himst, Wilfried Van Moer, Eric Gerets, Jan Ceulemans, Enzo Scifo ou Michel Preud'homme, entre autres, ne méritaient-ils pas d'être dauphins de l'une ou l'autre star ? Oui, évidemment. Anderlecht a vu monter son Néerlandais volant, Rensenbrink, sur la deuxième marche en 1976 et la troisième en 1978. Maigre consolation. Les temps ont changé et, pour le moment, seul Vincent Kompany est susceptible de réparer cette injustice. Alors, Kompany sur le podium du Ballon d'Or 2014 ? C'est possible s'il continue à se distinguer à Manchester City. On y ajoutera une autre condition : la Belgique doit se qualifier pour le Brésil et y signer une bonne phase finale de Coupe du Monde en 2014.