Par Marc DEGRYSE

Il faudrait que la clarté soit faite au plus tôt sur les intentions de Frankie Vercauteren. On sait qu'il coachera encore "au moins" le match aller au Maccabi Haïfa ce mercredi soir, mais après ? S'il s'assied sur le banc au match aller, il doit aussi le faire au match retour, sans quoi son départ s'assimilerait à une fuite.

Qu'il parte d'accord, mais alors en beauté, après avoir tout tenté pour qualifier Genk pour les poules de la C1. Je ne peux m'imaginer voir Pierre Denier ou un autre entraîneur s'installer, au pied levé, sur le banc lors du match retour mardi prochain.

Genk a une occasion unique de jouer la Ligue des Champions parce que le Maccabi Haïfa est dans ses cordes. C'est le niveau d'un très bon club belge, mais on a vu la saison dernière ce que le Racing était capable de faire contre les meilleurs chez nous...

Maintenant, il reste du boulot pour revenir au même niveau. On a constaté à quel point l'équipe a souffert contre des adversaires moyens comme le Partizan Belgrade ou le Lierse. Elle est rarement dominante. Et un Jelle Vossen, par exemple, est loin d'être à 100 %.

Je vois deux points positifs : Genk ne perd jamais et Laszlo Köteles fait tellement bien son boulot qu'on ne parle déjà plus trop de Thibaut Courtois. On avait des doutes énormes mais il arrête des ballons et il rassure ses défenseurs.

Par Marc DEGRYSEIl faudrait que la clarté soit faite au plus tôt sur les intentions de Frankie Vercauteren. On sait qu'il coachera encore "au moins" le match aller au Maccabi Haïfa ce mercredi soir, mais après ? S'il s'assied sur le banc au match aller, il doit aussi le faire au match retour, sans quoi son départ s'assimilerait à une fuite. Qu'il parte d'accord, mais alors en beauté, après avoir tout tenté pour qualifier Genk pour les poules de la C1. Je ne peux m'imaginer voir Pierre Denier ou un autre entraîneur s'installer, au pied levé, sur le banc lors du match retour mardi prochain. Genk a une occasion unique de jouer la Ligue des Champions parce que le Maccabi Haïfa est dans ses cordes. C'est le niveau d'un très bon club belge, mais on a vu la saison dernière ce que le Racing était capable de faire contre les meilleurs chez nous... Maintenant, il reste du boulot pour revenir au même niveau. On a constaté à quel point l'équipe a souffert contre des adversaires moyens comme le Partizan Belgrade ou le Lierse. Elle est rarement dominante. Et un Jelle Vossen, par exemple, est loin d'être à 100 %. Je vois deux points positifs : Genk ne perd jamais et Laszlo Köteles fait tellement bien son boulot qu'on ne parle déjà plus trop de Thibaut Courtois. On avait des doutes énormes mais il arrête des ballons et il rassure ses défenseurs.