Le Serbe reste sur trois finales d'affilée à Flushing Meadows (avec un titre en 2011). Sa route vers une quatrième finale consécutive croisera au prochain tour celle de l'Allemand Benjamin Becker (ATP 87), tombeur du Tchèque Lukas Rosol (ATP 45) en quatre sets: 6-3, 3-6, 6-3, 6-4. Un adversaire qu'il a battu 6-1, 6-0 le 22/3 à Miami. Djokovic, 26 ans a joué un match très sérieux sur le court central où il a limité ses erreurs au minimum (9 fautes directes seulement, 7 balles de break sauvées sur 8) face à un adversaire un peu emprunté (36 fautes directes) qui a subi l'impitoyable loi du N.1 mondial en retour de service. "Je voulais jouer tous les points comme si c'était une balle de match et c'est ce que j'ai réussi à faire", s'est félicité Djokovic, auteur de 10 aces. "Cette concentration me ravit parce que je n'avais pas très bien joué à Montréal (battu par Rafael Nadal en 1/2 finale) et Cincinnati (éliminé par John Isner en quarts). Depuis, j'ai vraiment tout donné à l'entraînement, et celà commence visiblement à payer". Djokovic, qui a inclus le Polonais Wojtek Fibak, ex-coach d'Ivan Lendl, dans son staff d'entraîneurs il y a quelques jours, est venu à Flushing Meadows pour gagner et sauver sa première place mondiale. (Belga)

Le Serbe reste sur trois finales d'affilée à Flushing Meadows (avec un titre en 2011). Sa route vers une quatrième finale consécutive croisera au prochain tour celle de l'Allemand Benjamin Becker (ATP 87), tombeur du Tchèque Lukas Rosol (ATP 45) en quatre sets: 6-3, 3-6, 6-3, 6-4. Un adversaire qu'il a battu 6-1, 6-0 le 22/3 à Miami. Djokovic, 26 ans a joué un match très sérieux sur le court central où il a limité ses erreurs au minimum (9 fautes directes seulement, 7 balles de break sauvées sur 8) face à un adversaire un peu emprunté (36 fautes directes) qui a subi l'impitoyable loi du N.1 mondial en retour de service. "Je voulais jouer tous les points comme si c'était une balle de match et c'est ce que j'ai réussi à faire", s'est félicité Djokovic, auteur de 10 aces. "Cette concentration me ravit parce que je n'avais pas très bien joué à Montréal (battu par Rafael Nadal en 1/2 finale) et Cincinnati (éliminé par John Isner en quarts). Depuis, j'ai vraiment tout donné à l'entraînement, et celà commence visiblement à payer". Djokovic, qui a inclus le Polonais Wojtek Fibak, ex-coach d'Ivan Lendl, dans son staff d'entraîneurs il y a quelques jours, est venu à Flushing Meadows pour gagner et sauver sa première place mondiale. (Belga)