"Sans une piste de 400m, vous ne pouvez pas donner envie aux gens de pratiquer ce sport", insiste Antoine Van Vossel, président de la FRBPV. Des plans ont été dessinés au cours de la dernière décennie mais les projets n'ont jamais été plus loin, précise-t-il en relançant l'idée de la construction d'un centre de sports d'hiver. La construction d'un grand anneau de patinage coûte entre 15 et 20 millions. Un montant très élevé qui explique, selon Hugo van der Poel, président de l'Institut Meulier, un centre de recherche sportif néerlandais. Selon lui il n'y a pas de marché intéressant pour un éventuel investisseur. "Cela n'est pas envisageable sans l'aide du gouvernement", précise-t-il. Si un projet se présente, il pourra demander des subsides, précise-t-on, au cabinet du ministre flamand des Sports, Philippe Muyters. Le projet devra cependant répondre aux critères de sélection pour être retenus. Au Bloso - l'administration sportive de la Communauté flamande - où les sports d'hiver ont été décretés "Sport de l'Année", on tient cependant à considérer les choses objectivement. La première chose à faire est de réaliser une étude sur la nécessité sociétale d'un tel projet. "A ce jour, il n'y a pas encore eu de demande pour une recherche de ce type", précise Michel van Espen, responsable Infrastructure et Logistique du Bloso. (Belga)

"Sans une piste de 400m, vous ne pouvez pas donner envie aux gens de pratiquer ce sport", insiste Antoine Van Vossel, président de la FRBPV. Des plans ont été dessinés au cours de la dernière décennie mais les projets n'ont jamais été plus loin, précise-t-il en relançant l'idée de la construction d'un centre de sports d'hiver. La construction d'un grand anneau de patinage coûte entre 15 et 20 millions. Un montant très élevé qui explique, selon Hugo van der Poel, président de l'Institut Meulier, un centre de recherche sportif néerlandais. Selon lui il n'y a pas de marché intéressant pour un éventuel investisseur. "Cela n'est pas envisageable sans l'aide du gouvernement", précise-t-il. Si un projet se présente, il pourra demander des subsides, précise-t-on, au cabinet du ministre flamand des Sports, Philippe Muyters. Le projet devra cependant répondre aux critères de sélection pour être retenus. Au Bloso - l'administration sportive de la Communauté flamande - où les sports d'hiver ont été décretés "Sport de l'Année", on tient cependant à considérer les choses objectivement. La première chose à faire est de réaliser une étude sur la nécessité sociétale d'un tel projet. "A ce jour, il n'y a pas encore eu de demande pour une recherche de ce type", précise Michel van Espen, responsable Infrastructure et Logistique du Bloso. (Belga)