En s'élançant littéralement de la plage de Benidorm, à l'occasion d'un contre-la-montre par équipes de 13,5 km ce samedi, la 66e édition de la Vuelta pourrait présenter un visage trompeur. Partant une semaine plus tôt que d'habitude, le Tour d'Espagne n'entend pas se résumer à une promenade estivale aux allures de vacances. A l'instar du Giro et du Tour, le 3e grand tour cycliste présente un profil qui devrait favoriser les grimpeurs. Avec six arrivées au sommet, les organisateurs entendent animer leur épreuve dès la première semaine.

Lors de la 4e étape, mardi 23 août, les coureurs auront déjà rendez-vous avec la Sierra Nevada. Long de 23 km, le col hors catégorie, culminant à 2.112 mètres d'altitude, permettra de connaître les candidats à la victoire.

La deuxième semaine offrira deux arrivées dans les hauteurs : samedi 27 août, à San Lorenzo El Escorial, et le lendemain, dimanche 28, la Covatilla dans la Sierra de Béjar, 18,2 km en première catégorie qui mènent à 1.970 mètres.

La dernière semaine permettra de découvrir le samedi 3 septembre le col hors catégorie de Lagos de Somiedo qui accueillera l'arrivée au bout de 16,8 km à 1.715 m d'altitude. Dimanche 4 septembre, ce sera le mythique Alto de l'Angliru et ses 12,2 km avec un dénivelé de 1245 mètres qui sera le juge de paix de la 15e étape. Le mercredi 7 septembre, la 17e étape rejoindra un ultime sommet à Pena Cabarga (6 km).

Outre les cols, le vainqueur de la Vuelta devra aussi gérer avec succès le long contre la montre de Salamanque de la 10e étape le lundi 29 août. Quant aux sprinters, ils peuvent rêver de succès partiels dans huit ou neuf étapes.

Les favoris

En l'absence des principaux animateurs du Tour de France, Vincenzo Nibali, vainqueur de la Vuelta l'an dernier, s'affiche comme le principal favori à sa succession le 11 septembre prochain à Madrid.

Néanmoins, les coureurs en vue sur le denier Giro retiendront aussi l'attention. A commencer par Michele Scarponi 2e à Milan, mais aussi Joaquin Rodriguez, 5e, Denis Menchov, 8e, Steven Kruijswijk, 9e, ou encore Kanstantin Sivtsov, 10e.

Trois autres coureurs, figurant parmi les dix premiers de la Vuelta 2010, sont de retour : Nicolas Roche, 7e, Carlos Sastre, 8e, et Luis Leon Sanchez 10e.

Mais il faut aussi retenir les malchanceux du dernier Tour. Victimes de chutes, ils n'ont pu aller au bout de la Grande Boucle : Bradley Wiggins, Andreas Klöden, Janez Brajkovic et Jurgen Van den Broeck. Ambitieux débuts juillet, ils le sont sans doute aussi fin août.

Dix-huit Belges au départ

Avec 18 coureurs, issus de huit équipes différentes, la Belgique sera bien représentée au départ.

Chez Omega Pharma-Lotto, Jan Bakelants et Françis De Greef viseront le classement final mais c'est surtout vers Jurgen Van den Broeck que les regards se porteront. "J'ai eu la chance qu'il ne m'a fallu que deux et non quatre semaines pour me rétablir et je suis donc ravi de pouvoir reprendre la compétition. Je suis curieux de voir comment mon corps va réagir aux efforts et où se situe ma forme. Ce n'est qu'alors que je pourrai situer mes ambitions." Du côté de chez Quick Step, il y aura cinq Belges au départ : Tom Boonen, Kevin De Weert, Nikolas Maes, Kevin Seeldraeyers et Kristof Vandewalle. Très discret lors de sa rentrée au Tour de Pologne, Boonen doit démontrer qu'il peut toujours être dans le coup au sprint.

Les autres Belges alignés sont Maxime Monfort (Leopard-Trek), Greg Van Avermaet (BMC), Stijn Devolder (Vacansoleil), Nick Nuyens (Saxo Bank), Johan Vansummeren (Garmin-Cervelo), Sep Vanmarcke (Garmin-Cervelo), Nico Sijmens (Cofidis), Gert Dockx (Omega Pharma-Lotto), Jurgen Van de Walle (Omega Pharma-Lotto) et Olivier Kaisen (Omega Pharma-Lotto).

Sportfootmagazine.be, avec Belga

En s'élançant littéralement de la plage de Benidorm, à l'occasion d'un contre-la-montre par équipes de 13,5 km ce samedi, la 66e édition de la Vuelta pourrait présenter un visage trompeur. Partant une semaine plus tôt que d'habitude, le Tour d'Espagne n'entend pas se résumer à une promenade estivale aux allures de vacances. A l'instar du Giro et du Tour, le 3e grand tour cycliste présente un profil qui devrait favoriser les grimpeurs. Avec six arrivées au sommet, les organisateurs entendent animer leur épreuve dès la première semaine. Lors de la 4e étape, mardi 23 août, les coureurs auront déjà rendez-vous avec la Sierra Nevada. Long de 23 km, le col hors catégorie, culminant à 2.112 mètres d'altitude, permettra de connaître les candidats à la victoire. La deuxième semaine offrira deux arrivées dans les hauteurs : samedi 27 août, à San Lorenzo El Escorial, et le lendemain, dimanche 28, la Covatilla dans la Sierra de Béjar, 18,2 km en première catégorie qui mènent à 1.970 mètres. La dernière semaine permettra de découvrir le samedi 3 septembre le col hors catégorie de Lagos de Somiedo qui accueillera l'arrivée au bout de 16,8 km à 1.715 m d'altitude. Dimanche 4 septembre, ce sera le mythique Alto de l'Angliru et ses 12,2 km avec un dénivelé de 1245 mètres qui sera le juge de paix de la 15e étape. Le mercredi 7 septembre, la 17e étape rejoindra un ultime sommet à Pena Cabarga (6 km). Outre les cols, le vainqueur de la Vuelta devra aussi gérer avec succès le long contre la montre de Salamanque de la 10e étape le lundi 29 août. Quant aux sprinters, ils peuvent rêver de succès partiels dans huit ou neuf étapes. Les favoris En l'absence des principaux animateurs du Tour de France, Vincenzo Nibali, vainqueur de la Vuelta l'an dernier, s'affiche comme le principal favori à sa succession le 11 septembre prochain à Madrid. Néanmoins, les coureurs en vue sur le denier Giro retiendront aussi l'attention. A commencer par Michele Scarponi 2e à Milan, mais aussi Joaquin Rodriguez, 5e, Denis Menchov, 8e, Steven Kruijswijk, 9e, ou encore Kanstantin Sivtsov, 10e. Trois autres coureurs, figurant parmi les dix premiers de la Vuelta 2010, sont de retour : Nicolas Roche, 7e, Carlos Sastre, 8e, et Luis Leon Sanchez 10e. Mais il faut aussi retenir les malchanceux du dernier Tour. Victimes de chutes, ils n'ont pu aller au bout de la Grande Boucle : Bradley Wiggins, Andreas Klöden, Janez Brajkovic et Jurgen Van den Broeck. Ambitieux débuts juillet, ils le sont sans doute aussi fin août. Dix-huit Belges au départ Avec 18 coureurs, issus de huit équipes différentes, la Belgique sera bien représentée au départ. Chez Omega Pharma-Lotto, Jan Bakelants et Françis De Greef viseront le classement final mais c'est surtout vers Jurgen Van den Broeck que les regards se porteront. "J'ai eu la chance qu'il ne m'a fallu que deux et non quatre semaines pour me rétablir et je suis donc ravi de pouvoir reprendre la compétition. Je suis curieux de voir comment mon corps va réagir aux efforts et où se situe ma forme. Ce n'est qu'alors que je pourrai situer mes ambitions." Du côté de chez Quick Step, il y aura cinq Belges au départ : Tom Boonen, Kevin De Weert, Nikolas Maes, Kevin Seeldraeyers et Kristof Vandewalle. Très discret lors de sa rentrée au Tour de Pologne, Boonen doit démontrer qu'il peut toujours être dans le coup au sprint. Les autres Belges alignés sont Maxime Monfort (Leopard-Trek), Greg Van Avermaet (BMC), Stijn Devolder (Vacansoleil), Nick Nuyens (Saxo Bank), Johan Vansummeren (Garmin-Cervelo), Sep Vanmarcke (Garmin-Cervelo), Nico Sijmens (Cofidis), Gert Dockx (Omega Pharma-Lotto), Jurgen Van de Walle (Omega Pharma-Lotto) et Olivier Kaisen (Omega Pharma-Lotto). Sportfootmagazine.be, avec Belga