Le SK Lebbeke-Alost est en deuil. Vendredi, le joueur de l'équipe espoir, David Kindermans s'est écroulé sur le bord du terrain et n'a pu être réanimé. Les médecins n'ont pas encore pu déterminer la cause de sa mort. Agé de 20 ans, le joueur avait déjà été victime de deux malaises sans que l'origine du problème ne soit décelée.

David Kindermans n'est malheureusement pas le seul joueur de football à être décédé sur la pelouse. Retour sur les drames de ces dernières années :

Le 26 juin 2003, l'international camerounais Marc-Vivien Foé s'écroule à Lyon durant un match de Coupe des Confédérations entre les Lions Indomptables et la Colombie. Le joueur est placé en réanimation cardiaque pendant 45 minutes sans réaction positive. D'après l'autopsie, le décès de Foé a pour cause une crise cardiaque consécutive à une malformation congénitale. Les images de sa mort font le tour du monde.

Sept mois plus tard, c'est au tour de l'international hongrois du Benfica Lisbonne, Miklos Fehér, de perdre la vie sur le terrain. Après avoir écopé d'un carton jaune, le joueur de 24 ans s'écroule victime d'un arrêt cardiaque. Lui aussi souffrait d'une malformation du coeur.

Le 25 août 2007, lors de la rencontre entre le FC Séville et Getafe, le capitaine sévillan, Antonio Puerta est victime d'un arrêt cardio-respiratoire sur la pelouse. Secouru par ses coéquipiers et les médecins du club, le défenseur est réanimé sur la pelouse avant de subir quatre autres arrêts cardiaques dans les vestiaires. Hospitalisé, il décède trois jours plus tard, victime des complications de ses troubles cardiaques.

Jules Monnier (stg)


Le SK Lebbeke-Alost est en deuil. Vendredi, le joueur de l'équipe espoir, David Kindermans s'est écroulé sur le bord du terrain et n'a pu être réanimé. Les médecins n'ont pas encore pu déterminer la cause de sa mort. Agé de 20 ans, le joueur avait déjà été victime de deux malaises sans que l'origine du problème ne soit décelée. David Kindermans n'est malheureusement pas le seul joueur de football à être décédé sur la pelouse. Retour sur les drames de ces dernières années : Le 26 juin 2003, l'international camerounais Marc-Vivien Foé s'écroule à Lyon durant un match de Coupe des Confédérations entre les Lions Indomptables et la Colombie. Le joueur est placé en réanimation cardiaque pendant 45 minutes sans réaction positive. D'après l'autopsie, le décès de Foé a pour cause une crise cardiaque consécutive à une malformation congénitale. Les images de sa mort font le tour du monde.Sept mois plus tard, c'est au tour de l'international hongrois du Benfica Lisbonne, Miklos Fehér, de perdre la vie sur le terrain. Après avoir écopé d'un carton jaune, le joueur de 24 ans s'écroule victime d'un arrêt cardiaque. Lui aussi souffrait d'une malformation du coeur.Le 25 août 2007, lors de la rencontre entre le FC Séville et Getafe, le capitaine sévillan, Antonio Puerta est victime d'un arrêt cardio-respiratoire sur la pelouse. Secouru par ses coéquipiers et les médecins du club, le défenseur est réanimé sur la pelouse avant de subir quatre autres arrêts cardiaques dans les vestiaires. Hospitalisé, il décède trois jours plus tard, victime des complications de ses troubles cardiaques. Jules Monnier (stg)