Déroute, débâcle, catastrophe, humiliation, drame. La presse française n'avait pas assez de mots pour qualifier la rencontre de samedi face à l'Italie. En 32 confrontations entre les deux équipes, il s'agit seulement de la deuxième victoire italienne mais surtout de la première en tournoi des six nations. Complètement hors du coup, les Français ont été battu (22-21) à Rome et Marc Lièvremeont, l'entraîneur du XV de France n'a pas mâché ses mots : "C'est la défaite de trop. Les joueurs manquent de courage, il faut le reconnaître...quand on perd comme on l'a fait hier, il y a quand même une forme de lâcheté qui me paraît complètement évidente". Il reste désormais un match à la France pour se racheter, ce sera au Stade de France face au Pays de Galles et Lièvremont a promis de nombreux changements. "Je ne sais combien de joueurs je vais sortir. Cinq, six, sept, huit peut-être. Toutes les cartes sont redistribuées, certains ne reviendront pas." Des propos durs du sélectionneur tricolore qui ne nous avait pas habitué à cela.

De l'autre côté de la Manche, l'Angleterre est venue à bout de l'Ecosse avec beaucoup de difficultés. Tenus en échec (9-9) à la mi-temps, les hommes de Martin Johnson ont dû attendre l'entrée au jeu de Wilkinson pour se rassurer. Finalement vainqueur (22-16), les Anglais sont donc toujours en lice pour réaliser le Grand Chelem. Pour ce faire, ils devront l'emporter samedi prochain face à l'Irlande à Dublin. Des Irlandais qui de leur côté, ont été défaits par le Pays de Galles (19-13). Grâce à cette victoire, les Gallois peuvent toujours espérer une victoire finale dans ce tournoi des 6 nations 2011. Une victoire face à la France conjuguée à une contre-performance anglaise sera pour cela nécessaire.

Jules Monnier (stg)

Déroute, débâcle, catastrophe, humiliation, drame. La presse française n'avait pas assez de mots pour qualifier la rencontre de samedi face à l'Italie. En 32 confrontations entre les deux équipes, il s'agit seulement de la deuxième victoire italienne mais surtout de la première en tournoi des six nations. Complètement hors du coup, les Français ont été battu (22-21) à Rome et Marc Lièvremeont, l'entraîneur du XV de France n'a pas mâché ses mots : "C'est la défaite de trop. Les joueurs manquent de courage, il faut le reconnaître...quand on perd comme on l'a fait hier, il y a quand même une forme de lâcheté qui me paraît complètement évidente". Il reste désormais un match à la France pour se racheter, ce sera au Stade de France face au Pays de Galles et Lièvremont a promis de nombreux changements. "Je ne sais combien de joueurs je vais sortir. Cinq, six, sept, huit peut-être. Toutes les cartes sont redistribuées, certains ne reviendront pas." Des propos durs du sélectionneur tricolore qui ne nous avait pas habitué à cela. De l'autre côté de la Manche, l'Angleterre est venue à bout de l'Ecosse avec beaucoup de difficultés. Tenus en échec (9-9) à la mi-temps, les hommes de Martin Johnson ont dû attendre l'entrée au jeu de Wilkinson pour se rassurer. Finalement vainqueur (22-16), les Anglais sont donc toujours en lice pour réaliser le Grand Chelem. Pour ce faire, ils devront l'emporter samedi prochain face à l'Irlande à Dublin. Des Irlandais qui de leur côté, ont été défaits par le Pays de Galles (19-13). Grâce à cette victoire, les Gallois peuvent toujours espérer une victoire finale dans ce tournoi des 6 nations 2011. Une victoire face à la France conjuguée à une contre-performance anglaise sera pour cela nécessaire. Jules Monnier (stg)