La France s'est fait peur hier à Dublin face à l'Irlande. Menée 15-12 à la mi-temps, le XV français l'a finalement emporté au jeu des pénalités (22-25). Les Français n'ont, en effet, réussi qu'un essai via Maxime Médard tandis que les Irlandais leur en passaient trois. Le sans-faute au pied de Morgan Parra (5 pénalités) aura été la clé du match. Décevants, les Bleus ont finalement assuré le minimum syndical : la victoire. L'entraîneur Marc Lièvremont, peu clément envers ses joueurs, soulignait la "gestion catastrophique du match" de son équipe. Une chose est certaine, il faudra faire mieux dans quinze jours face à une équipe anglaise plus favorite que jamais.

Les Anglais ont facilement pris la mesure de l'Italie, samedi à Twickenham (59-13), avec, pas moins, de huit essais. L'Angleterre n'a laissé aucun espoir à l'Italie dont le bon match de la semaine passée contre l'Irlande n'était qu'un vague souvenir. Dès le début de la rencontre, les Italiens étaient pris à la gorge. Après trois minutes de jeu, l'ailier Chris Ashton y allait déjà d'un premier plongeon entre les poteaux. Il allait encore marquer trois fois. Dominateur dans tous les secteurs de jeu, l'équipe à la rose confirme son statut de favori d'un tournoi qu'elle n'a plus gagné depuis 2003.

Enfin, dans la troisième rencontre du week-end, le Pays de Galles s'est imposé (6-24) face à l'Ecosse. Toutes deux défaites lors du premier match, les XV écossais et gallois avaient à coeur de se racheter, mais seul le Pays de Galles y est parvenu. Les Ecossais ont monopolisé le jeu, mais sont restés complètement improductifs au contraire de Gallois bien en place, même réduits à 13.

Dans quinze jours, le match au sommet opposera l'Angleterre à la France à Twickenham tandis que l'Italie se déplacera au Pays de Galles et que l'Ecosse recevra l'Irlande.

Jules Monnier (stg)

La France s'est fait peur hier à Dublin face à l'Irlande. Menée 15-12 à la mi-temps, le XV français l'a finalement emporté au jeu des pénalités (22-25). Les Français n'ont, en effet, réussi qu'un essai via Maxime Médard tandis que les Irlandais leur en passaient trois. Le sans-faute au pied de Morgan Parra (5 pénalités) aura été la clé du match. Décevants, les Bleus ont finalement assuré le minimum syndical : la victoire. L'entraîneur Marc Lièvremont, peu clément envers ses joueurs, soulignait la "gestion catastrophique du match" de son équipe. Une chose est certaine, il faudra faire mieux dans quinze jours face à une équipe anglaise plus favorite que jamais. Les Anglais ont facilement pris la mesure de l'Italie, samedi à Twickenham (59-13), avec, pas moins, de huit essais. L'Angleterre n'a laissé aucun espoir à l'Italie dont le bon match de la semaine passée contre l'Irlande n'était qu'un vague souvenir. Dès le début de la rencontre, les Italiens étaient pris à la gorge. Après trois minutes de jeu, l'ailier Chris Ashton y allait déjà d'un premier plongeon entre les poteaux. Il allait encore marquer trois fois. Dominateur dans tous les secteurs de jeu, l'équipe à la rose confirme son statut de favori d'un tournoi qu'elle n'a plus gagné depuis 2003. Enfin, dans la troisième rencontre du week-end, le Pays de Galles s'est imposé (6-24) face à l'Ecosse. Toutes deux défaites lors du premier match, les XV écossais et gallois avaient à coeur de se racheter, mais seul le Pays de Galles y est parvenu. Les Ecossais ont monopolisé le jeu, mais sont restés complètement improductifs au contraire de Gallois bien en place, même réduits à 13. Dans quinze jours, le match au sommet opposera l'Angleterre à la France à Twickenham tandis que l'Italie se déplacera au Pays de Galles et que l'Ecosse recevra l'Irlande. Jules Monnier (stg)