"Tony Martin était sans aucun doute le plus fort sur cette étape. Ce qu'il a démontré est incroyable. On a roulé fort derrière lui mais on ne l'a jamais approché", a expliqué Van Avermaet. "C'est sûr que c'est frustrant de mener la chasse pendant toute la journée et de ne pas pouvoir sprinter pour la victoire. J'ai cru que nous étions près du but. Les hommes d'Europcar ont assuré les relais et nous avons fait notre travail mais nous ne sommes pas parvenus à la rattraper. Même sur la fin, il n'a pas baissé sa cadence. Je reste convaincu que je peux remporter une étape. Ce n'était pas pour aujourd'hui. J'avais de bonnes jambes mais quand quelqu'un est plus fort, il faut l'admettre. J'ai déjà décroché une troisième et une deuxième places, il ne me manque plus que la première. Ce lundi, j'essaierai de survivre. Après le jour de repos, je vois encore une ou deux possibilités de m'imposer." . (Belga)

"Tony Martin était sans aucun doute le plus fort sur cette étape. Ce qu'il a démontré est incroyable. On a roulé fort derrière lui mais on ne l'a jamais approché", a expliqué Van Avermaet. "C'est sûr que c'est frustrant de mener la chasse pendant toute la journée et de ne pas pouvoir sprinter pour la victoire. J'ai cru que nous étions près du but. Les hommes d'Europcar ont assuré les relais et nous avons fait notre travail mais nous ne sommes pas parvenus à la rattraper. Même sur la fin, il n'a pas baissé sa cadence. Je reste convaincu que je peux remporter une étape. Ce n'était pas pour aujourd'hui. J'avais de bonnes jambes mais quand quelqu'un est plus fort, il faut l'admettre. J'ai déjà décroché une troisième et une deuxième places, il ne me manque plus que la première. Ce lundi, j'essaierai de survivre. Après le jour de repos, je vois encore une ou deux possibilités de m'imposer." . (Belga)