Cette étape offre un parcours pour baroudeurs à travers les départements de l'Ain, du Rhône, de Saône-et-Loire et de la Loire. A la veille d'attaquer les Alpes, elle présente quatre difficultés qui ne devraient pas inquiéter les favoris. Au départ de Bourg-en-Bresse, une trentaine de kilomètres sur le plat pourraient tenter les attaquants. La course met ensuite le cap vers les vignobles (Fleurie, Morgon, Régnié-Durette) pour passer le col de Brouilly (4e cat., 1,7 km à 5,1%) avant de prendre la direction des monts du Lyonnais. Quatre côtes, pas très difficiles, sont au menu du jour (deux de 3e, dont le col des Brosses, 15,3 km à 3,3 %) et deux de 4e catégorie). La dernière, celle de Grammond (4e cat., 9,8 km à 2,9%), est située à 21,5 kilomètres de l'arrivée. L'Allemand Marcus Burghardt, présent dans ce Tour 2014, est le dernier vainqueur d'étape à Saint-Etienne en 2008. (Belga)

Cette étape offre un parcours pour baroudeurs à travers les départements de l'Ain, du Rhône, de Saône-et-Loire et de la Loire. A la veille d'attaquer les Alpes, elle présente quatre difficultés qui ne devraient pas inquiéter les favoris. Au départ de Bourg-en-Bresse, une trentaine de kilomètres sur le plat pourraient tenter les attaquants. La course met ensuite le cap vers les vignobles (Fleurie, Morgon, Régnié-Durette) pour passer le col de Brouilly (4e cat., 1,7 km à 5,1%) avant de prendre la direction des monts du Lyonnais. Quatre côtes, pas très difficiles, sont au menu du jour (deux de 3e, dont le col des Brosses, 15,3 km à 3,3 %) et deux de 4e catégorie). La dernière, celle de Grammond (4e cat., 9,8 km à 2,9%), est située à 21,5 kilomètres de l'arrivée. L'Allemand Marcus Burghardt, présent dans ce Tour 2014, est le dernier vainqueur d'étape à Saint-Etienne en 2008. (Belga)