"Il n'y a pas eu un instant de relâchement, pas la moindre pause. La journée a été compliquée. On a cherché à suivre mais on a perdu beaucoup de temps. Nibali était au bon endroit quand le groupe s'est divisé sur le deuxième secteur pavé. Bravo à lui. Dans le final, j'ai eu un problème mécanique, la boue collait aux rayons. Aujourd'hui, le plus important était de s'en sortir sans chuter. Maintenant, je dois essayer de reprendre du temps sur mon terrain", a déclaré Contador. Son compatriote Alejandro Valverde (Movistar), 26e de l'étape, avoue lui aussi avoir connu "une journée difficile". "Rojas m'a passé son vélo quand je suis tombé à 60 kilomètres de l'arrivée et j'ai continué avec jusqu'au bout. Je n'ai qu'une phrase à dire: on a sauvé notre peau. Demain, c'est un autre jour", selon Valverde. (Belga)

"Il n'y a pas eu un instant de relâchement, pas la moindre pause. La journée a été compliquée. On a cherché à suivre mais on a perdu beaucoup de temps. Nibali était au bon endroit quand le groupe s'est divisé sur le deuxième secteur pavé. Bravo à lui. Dans le final, j'ai eu un problème mécanique, la boue collait aux rayons. Aujourd'hui, le plus important était de s'en sortir sans chuter. Maintenant, je dois essayer de reprendre du temps sur mon terrain", a déclaré Contador. Son compatriote Alejandro Valverde (Movistar), 26e de l'étape, avoue lui aussi avoir connu "une journée difficile". "Rojas m'a passé son vélo quand je suis tombé à 60 kilomètres de l'arrivée et j'ai continué avec jusqu'au bout. Je n'ai qu'une phrase à dire: on a sauvé notre peau. Demain, c'est un autre jour", selon Valverde. (Belga)