"C'était une journée très nerveuse, surtout dans sa seconde moitié", a dit Nibali. "On a cherché à rester devant avant le final pour les équipes des sprinteurs. (A propos de Froome) J'ai été informé de sa chute et quand il est rentré, j'ai vu qu'il était touché à une cuisse, je lui ai demandé si ça allait. Il m'a dit +à peu près+. (A propos des pavés) Pour moi, c'est nouveau. Je n'y suis passé en course qu'une seule fois, au Tour du Benelux. J'ai fait une reconnaissance à l'entraînement. J'espère qu'il ne pleuvra pas, sinon ça risque de compromettre un peu tout. Il y a des spécialistes comme Cancellara, il cherchera à coup sûr à faire une grande étape. L'important pour moi, c'est d'être devant. Pour le maillot jaune, on verra bien..." (Belga)

"C'était une journée très nerveuse, surtout dans sa seconde moitié", a dit Nibali. "On a cherché à rester devant avant le final pour les équipes des sprinteurs. (A propos de Froome) J'ai été informé de sa chute et quand il est rentré, j'ai vu qu'il était touché à une cuisse, je lui ai demandé si ça allait. Il m'a dit +à peu près+. (A propos des pavés) Pour moi, c'est nouveau. Je n'y suis passé en course qu'une seule fois, au Tour du Benelux. J'ai fait une reconnaissance à l'entraînement. J'espère qu'il ne pleuvra pas, sinon ça risque de compromettre un peu tout. Il y a des spécialistes comme Cancellara, il cherchera à coup sûr à faire une grande étape. L'important pour moi, c'est d'être devant. Pour le maillot jaune, on verra bien..." (Belga)