Voici les 22 équipes qui prendront le départ du Tour de France, classées par ordre alphabétique.

AG2R La Mondiale. L'offensive est le mot d'ordre de l'équipe de Lavenu, aux atouts divers (Roche, Riblon, Gadret).

Astana. Tout pour Contador. Vinokourov, pour son retour après trois ans d'absence, a promis de servir les intérêts du grand favori.

Bbox. Fédrigo et Voeckler pour faire aussi bien qu'en 2009 (succès d'étapes), Rolland pour progresser.

BMC. Cadel Evans, mieux entouré qu'au Giro, reste un candidat naturel au podium, voire au jaune. Hincapie peut l'aider, surtout au début.

Caisse d'Epargne. La suspension de Valverde installe Luis Leon Sanchez en chef d'équipe. Moreau, vétéran fringant, veut faire parler de lui.

Cervélo. Les responsabilités incombent à Hushovd et à Sastre, tous deux malheureux durant le printemps.

Cofidis. En quête de succès d'étape, la formation française aligne, à l'image de Pauriol, un groupe tout-terrain privé de Moncoutié.

Euskaltel. Samuel Sanchez s'est concentré cette année sur le Tour. Ses coéquipiers basques ont l'habitude d'attaquer en montagne.

Footon. Sans grands noms, l'équipe espagnole n'a rien à perdre. A suivre: Felline, un débutant rapide et offensif.

Française des Jeux. Casar et Le Mével, portés sur l'offensive, entendent faire aussi bien que l'an passé, c'est à dire aux alentours du Top 10.

Garmin-Transitions. Farrar dans les sprints, Vande Velde pour le classement. Les responsabilités sont réparties au sein du groupe américain.

HTC-Columbia. S'il a été moins performant que l'an passé au printemps, Cavendish reste l'homme-phare des sprints. Rogers espère jouer sa carte.

Katusha. Solidité et expérience sont les atouts de l'équipe russe, centrée sur les victoires d'étape à l'image de S. Ivanov.

Lampre. A 36 ans, Petacchi retrouve les sprints du Tour. A 24 ans, Spilak veut s'affirmer un peu plus.

Liquigas. Ivan Basso, relancé par son Giro victorieux, renforce une équipe qui compte aussi sur Kreuziger, en progrès chaque année.

Milram. La seule formation allemande veut croire en l'épanouissement de ses deux talents, Ciolek (sprint) et Gerdemann.

Omega Pharma-Lotto. Sans Philippe Gilbert, le groupe belge mise sur Van den Broeck pour le classement et sur ses chasseurs d'étapes.

Quick Step. Le forfait de Boonen place Chavanel en pleine lumière. De retour de blessure, le Français a pour lui sa fraîcheur.

Rabobank. Menchov a bâti sa saison sur le Tour. L'équipe néerlandaise attend aussi Gesink dans les cols, Freire dans les sprints.

RadioShack. Lance Armstrong, toujours ambitieux, a monté un groupe de grande expérience. A son exemple (38 ans).

Saxo Bank. Cancellara au début, Frank et surtout Andy Schleck en montagne. Le groupe de Riis, très structuré, vise haut.

Sky. La formation britannique, qui débute dans le Tour, compte sur Wiggins pour le classement, Boasson Hagen pour les étapes.

Sportmagazine.be, avec Belga

Voici les 22 équipes qui prendront le départ du Tour de France, classées par ordre alphabétique. AG2R La Mondiale. L'offensive est le mot d'ordre de l'équipe de Lavenu, aux atouts divers (Roche, Riblon, Gadret). Astana. Tout pour Contador. Vinokourov, pour son retour après trois ans d'absence, a promis de servir les intérêts du grand favori. Bbox. Fédrigo et Voeckler pour faire aussi bien qu'en 2009 (succès d'étapes), Rolland pour progresser. BMC. Cadel Evans, mieux entouré qu'au Giro, reste un candidat naturel au podium, voire au jaune. Hincapie peut l'aider, surtout au début. Caisse d'Epargne. La suspension de Valverde installe Luis Leon Sanchez en chef d'équipe. Moreau, vétéran fringant, veut faire parler de lui. Cervélo. Les responsabilités incombent à Hushovd et à Sastre, tous deux malheureux durant le printemps. Cofidis. En quête de succès d'étape, la formation française aligne, à l'image de Pauriol, un groupe tout-terrain privé de Moncoutié. Euskaltel. Samuel Sanchez s'est concentré cette année sur le Tour. Ses coéquipiers basques ont l'habitude d'attaquer en montagne. Footon. Sans grands noms, l'équipe espagnole n'a rien à perdre. A suivre: Felline, un débutant rapide et offensif. Française des Jeux. Casar et Le Mével, portés sur l'offensive, entendent faire aussi bien que l'an passé, c'est à dire aux alentours du Top 10. Garmin-Transitions. Farrar dans les sprints, Vande Velde pour le classement. Les responsabilités sont réparties au sein du groupe américain. HTC-Columbia. S'il a été moins performant que l'an passé au printemps, Cavendish reste l'homme-phare des sprints. Rogers espère jouer sa carte. Katusha. Solidité et expérience sont les atouts de l'équipe russe, centrée sur les victoires d'étape à l'image de S. Ivanov. Lampre. A 36 ans, Petacchi retrouve les sprints du Tour. A 24 ans, Spilak veut s'affirmer un peu plus. Liquigas. Ivan Basso, relancé par son Giro victorieux, renforce une équipe qui compte aussi sur Kreuziger, en progrès chaque année. Milram. La seule formation allemande veut croire en l'épanouissement de ses deux talents, Ciolek (sprint) et Gerdemann. Omega Pharma-Lotto. Sans Philippe Gilbert, le groupe belge mise sur Van den Broeck pour le classement et sur ses chasseurs d'étapes. Quick Step. Le forfait de Boonen place Chavanel en pleine lumière. De retour de blessure, le Français a pour lui sa fraîcheur. Rabobank. Menchov a bâti sa saison sur le Tour. L'équipe néerlandaise attend aussi Gesink dans les cols, Freire dans les sprints. RadioShack. Lance Armstrong, toujours ambitieux, a monté un groupe de grande expérience. A son exemple (38 ans). Saxo Bank. Cancellara au début, Frank et surtout Andy Schleck en montagne. Le groupe de Riis, très structuré, vise haut. Sky. La formation britannique, qui débute dans le Tour, compte sur Wiggins pour le classement, Boasson Hagen pour les étapes.Sportmagazine.be, avec Belga