"Si l'entraîneur a besoin de moi, je suis prêt", a explique le défenseur de l'Ajax lors du premier rendez-vous des Belges lundi en fin d'après-midi. Si l'Anversois, 23 ans, évolue dans l'axe de la défense ajacide, il doit, vu la concurrence, se déplacer le plus souvent vers la droite en sélection belge. "Lors de mes derniers matches (contre la France et la Grèce), j'ai évolué à droite", confirme Alderweireld. "Quand je n'ai pas joué contre l'Angleterre, Gillet a saisi sa chance à deux mains. Il a très bien joué et je comprend le choix de Wilmots. Personne n'aime être sur le banc. Mais quand tu vois qui y est assis, tu comprends que la concurrence est énorme." "J'ai démontré contre les Pays-Bas notamment que j'avais ma place chez les Diables et avec l'Ajax, je peux emmagasiner beaucoup d'expérience en Ligue des Champions. On y apprend beaucoup." (ERIC LALMAND)

"Si l'entraîneur a besoin de moi, je suis prêt", a explique le défenseur de l'Ajax lors du premier rendez-vous des Belges lundi en fin d'après-midi. Si l'Anversois, 23 ans, évolue dans l'axe de la défense ajacide, il doit, vu la concurrence, se déplacer le plus souvent vers la droite en sélection belge. "Lors de mes derniers matches (contre la France et la Grèce), j'ai évolué à droite", confirme Alderweireld. "Quand je n'ai pas joué contre l'Angleterre, Gillet a saisi sa chance à deux mains. Il a très bien joué et je comprend le choix de Wilmots. Personne n'aime être sur le banc. Mais quand tu vois qui y est assis, tu comprends que la concurrence est énorme." "J'ai démontré contre les Pays-Bas notamment que j'avais ma place chez les Diables et avec l'Ajax, je peux emmagasiner beaucoup d'expérience en Ligue des Champions. On y apprend beaucoup." (ERIC LALMAND)