Le joueur de 25 ans, qui se prépare pour le tournoi de Munich, se joint ainsi au concert de voix qui se sont élevées contre la décision d'exclusion du prochain tournoi londonien, annoncée mercredi en raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Pour l'heure, les joueurs et joueuses russes et bélarusses peuvent prendre part aux tournois des circuits ATP et WTA à la condition de ne pas concourir sous le nom ou le drapeau de leur pays.

Zverev estime en revanche qu'il est "tout à fait normal" que les équipes nationales de Russie et du Belarus soient exclues de toute compétition de tennis. La Fédération internationale de tennis a déjà interdit aux deux pays de participer à la Coupe Davis et la Coupe Billie Jean King.

"Tout cela est contre la Russie et je peux le comprendre", a ajouté l'Allemand, né à Hambourg de parents d'origine russe. "Je pense que nous sommes tous contre la guerre, ce qui se passe en Ukraine est inhumain et ne devrait pas arriver".

Jeudi, son ami russe Andrey Rublev avait jugé la décision des organisateurs de Wimbledon "totalement discriminatoire". Rublev, son compatriote N.2 mondial Daniil Medvedev ou encore la Bélarusse N.4 mondiale Aryna Sabalenka ne pourront donc pas participer à Wimbledon cette année (27 juin-10 juillet).

Le joueur de 25 ans, qui se prépare pour le tournoi de Munich, se joint ainsi au concert de voix qui se sont élevées contre la décision d'exclusion du prochain tournoi londonien, annoncée mercredi en raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.Pour l'heure, les joueurs et joueuses russes et bélarusses peuvent prendre part aux tournois des circuits ATP et WTA à la condition de ne pas concourir sous le nom ou le drapeau de leur pays.Zverev estime en revanche qu'il est "tout à fait normal" que les équipes nationales de Russie et du Belarus soient exclues de toute compétition de tennis. La Fédération internationale de tennis a déjà interdit aux deux pays de participer à la Coupe Davis et la Coupe Billie Jean King."Tout cela est contre la Russie et je peux le comprendre", a ajouté l'Allemand, né à Hambourg de parents d'origine russe. "Je pense que nous sommes tous contre la guerre, ce qui se passe en Ukraine est inhumain et ne devrait pas arriver".Jeudi, son ami russe Andrey Rublev avait jugé la décision des organisateurs de Wimbledon "totalement discriminatoire". Rublev, son compatriote N.2 mondial Daniil Medvedev ou encore la Bélarusse N.4 mondiale Aryna Sabalenka ne pourront donc pas participer à Wimbledon cette année (27 juin-10 juillet).