Après n'avoir laissé que trois jeux au premier tour à l'Espagnol Albert Ramos, le Suisse a de nouveau réussi une démonstration contre un adversaire qui n'a pas semblé croire vraiment en ses chances.

A l'abri derrière une très bonne première balle (13 aces), Federer n'a eu à défendre aucune balle de break et a lui-même pris six fois le service de son rival, classé 68e à l'ATP.

"Je suis très content de ma performance. Je sers bien, je bouge bien, je suis très satisfait aussi de ma concentration", a dit le champion helvète, qui s'est fait une petite frayeur en glissant sur le gazon, sans dommage.

Programmé sur le court N.1 pour son entrée en lice, l'ex-N.1 mondial a retrouvé le court central où il a remporté six finales. Devant la "Royal Box", il a fait sa révérence au prince de Galles, qui était accompagné de son épouse Camilla Parker-Bowles.

La reine Elizabeth II était venue en visite à Wimbledon en 2010, mais la dernière apparition du prince Charles datait d'il y a 42 ans.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Après n'avoir laissé que trois jeux au premier tour à l'Espagnol Albert Ramos, le Suisse a de nouveau réussi une démonstration contre un adversaire qui n'a pas semblé croire vraiment en ses chances. A l'abri derrière une très bonne première balle (13 aces), Federer n'a eu à défendre aucune balle de break et a lui-même pris six fois le service de son rival, classé 68e à l'ATP. "Je suis très content de ma performance. Je sers bien, je bouge bien, je suis très satisfait aussi de ma concentration", a dit le champion helvète, qui s'est fait une petite frayeur en glissant sur le gazon, sans dommage. Programmé sur le court N.1 pour son entrée en lice, l'ex-N.1 mondial a retrouvé le court central où il a remporté six finales. Devant la "Royal Box", il a fait sa révérence au prince de Galles, qui était accompagné de son épouse Camilla Parker-Bowles. La reine Elizabeth II était venue en visite à Wimbledon en 2010, mais la dernière apparition du prince Charles datait d'il y a 42 ans. Sportfootmagazine.be, avec Belga