Le numéro 2 mondial a battu en finale du simple messieurs le septuple lauréat du tournoi le Suisse Roger Federer (ATP 4/N.4) en cinq sets: 6-7 (7/9), 6-4, 7-6 (7/4), 5-7, 6-4. Le superbe duel a duré 3h55 de jeu. Il faut remonter à 2009 pour trouver une finale en cinq sets à Wimbledon quand Federer avait battu l'Américain Andy Roddick 16-14 dans la 5e manche.

Ce 2e succès, après 2011, porte à 7 le nombre de ses succès en Grand Chelem en 14 finales. Le dernier remontait à janvier 2013 en Australie. Grâce à cette victoire, Djokovic quitte la 2e place mondiale et redevient N.1 aux dépens de l'Espagnol Rafael Nadal, le dernier vainqueur de Roland-Garros. Celui-ci l'en avait dépossédé le 7 octobre dernier. Djokovic était devenu N.1 pour la première fois le 4 juillet 2011. Il a occupé cette place enviée de manière intermittente durant 101 semaines.

Federer espérait décrocher un 8e succès qui aurait fait de lui l'unique recordman de victoires dans ce tournoi (il partage 7 titres avec l'Américain Pete Sampras et le Britannique William Renshaw, ce dernier au XIXe siècle). Il disputait sa 9e finale à Wimbledon et la 25e en Grand Chelem. Il compte 17 succès, record absolu. Son dernier succès dans un tournoi majeur remonte à juillet 2012 à Wimbledon.

"La plus grande finale de (sa) carrière"

Q: Vous aviez l'air étonné après la victoire. Qu'avez-vous ressenti au juste?

R: "J'étais juste submergé par l'émotion. Je n'étais pas surpris. En fait, je voulais juste profiter du moment. C'est ma plus grande finale disputée en Grand Chelem. Celle contre Rafa (Nadal) à l'Open d'Australie en 2012 était plus longue et intense mais le niveau de celle-ci était encore plus grand. C'est la victoire dont je suis le plus fier. Roger a joué à un très haut niveau avec beaucoup de +fighting spirit+. Il a montré pourquoi il est un grand champion. Il est revenu dans la partie et n'a jamais aussi bien joué que lorsque je servais pour le match. Ce qui m'a permis de gagner, c'est d'être resté mentalement très solide et d'y avoir toujours cru. Je n'ai pas laissé mes émotions m'envahir, comme cela a probablement été le cas à Roland-Garros."

Q: Que s'est-il passé dans le quatrième set où vous avez eu une balle de match?

R: "C'était un moment critique. Roger a joué de super coups. Il a commencé à jouer nettement mieux et avait le public derrière lui. Son service était difficile à retourner? J'étais vraiment proche de la victoire en plusieurs occasions. Mais c'était important de bien commencer dans la dernière manche, de consolider mon jeu. J'aurais aussi pu perdre ma concentration et lui donner l'occasion de gagner. Mais ce n'a pas été le cas. Dans l'ensemble, tous les sets étaient vraiment serrés. Il a remporté le premier de justesse. Le troisième, encore, était hyper serré. Il aurait pu le gagner aussi. La qualité de tennis était incroyable, avec peu de fautes directes. Dans le dernier jeu à 5-4, il a servi moins de premières balles et cela m'a aidé."

Q: Comment était l'herbe du court central que vous avez goûtée à l'issue de la partie. Cela a changé par rapport à votre précédente victoire?

R: "Très bonne question (sourire). Cela n'a pas tellement changé. Je pense qu'il y avait plus d'herbe à l'époque. Mais, c'est probablement le meilleur plat que j'ai mangé de toute ma vie."

Q: Qu'allez-vous faire à partir de demain?

R: "Je vais refermer pendant quelque temps le chapitre du tennis, prendre un peu de repos. Pas mal de grands moments vont arriver: le mariage, devenir père dans quelques mois. Je vais en profiter pour passer du temps avec mes proches et ma future femme."

Q: L'an dernier, vous aviez perdu en finale. Qu'est-ce qui a changé?

R: "La grande différence est mentale. Ce n'était pas vraiment physique. C'est vrai que j'avais eu un match difficile, en cinq sets, en demie face à Del Potro. Mais je n'étais tout simplement pas au top de mes capacités autant mentales que physiques en finale. Je vais me servir de cette victoire pour la suite de la saison."

Le numéro 2 mondial a battu en finale du simple messieurs le septuple lauréat du tournoi le Suisse Roger Federer (ATP 4/N.4) en cinq sets: 6-7 (7/9), 6-4, 7-6 (7/4), 5-7, 6-4. Le superbe duel a duré 3h55 de jeu. Il faut remonter à 2009 pour trouver une finale en cinq sets à Wimbledon quand Federer avait battu l'Américain Andy Roddick 16-14 dans la 5e manche. Ce 2e succès, après 2011, porte à 7 le nombre de ses succès en Grand Chelem en 14 finales. Le dernier remontait à janvier 2013 en Australie. Grâce à cette victoire, Djokovic quitte la 2e place mondiale et redevient N.1 aux dépens de l'Espagnol Rafael Nadal, le dernier vainqueur de Roland-Garros. Celui-ci l'en avait dépossédé le 7 octobre dernier. Djokovic était devenu N.1 pour la première fois le 4 juillet 2011. Il a occupé cette place enviée de manière intermittente durant 101 semaines. Federer espérait décrocher un 8e succès qui aurait fait de lui l'unique recordman de victoires dans ce tournoi (il partage 7 titres avec l'Américain Pete Sampras et le Britannique William Renshaw, ce dernier au XIXe siècle). Il disputait sa 9e finale à Wimbledon et la 25e en Grand Chelem. Il compte 17 succès, record absolu. Son dernier succès dans un tournoi majeur remonte à juillet 2012 à Wimbledon. "La plus grande finale de (sa) carrière" Q: Vous aviez l'air étonné après la victoire. Qu'avez-vous ressenti au juste? R: "J'étais juste submergé par l'émotion. Je n'étais pas surpris. En fait, je voulais juste profiter du moment. C'est ma plus grande finale disputée en Grand Chelem. Celle contre Rafa (Nadal) à l'Open d'Australie en 2012 était plus longue et intense mais le niveau de celle-ci était encore plus grand. C'est la victoire dont je suis le plus fier. Roger a joué à un très haut niveau avec beaucoup de +fighting spirit+. Il a montré pourquoi il est un grand champion. Il est revenu dans la partie et n'a jamais aussi bien joué que lorsque je servais pour le match. Ce qui m'a permis de gagner, c'est d'être resté mentalement très solide et d'y avoir toujours cru. Je n'ai pas laissé mes émotions m'envahir, comme cela a probablement été le cas à Roland-Garros." Q: Que s'est-il passé dans le quatrième set où vous avez eu une balle de match? R: "C'était un moment critique. Roger a joué de super coups. Il a commencé à jouer nettement mieux et avait le public derrière lui. Son service était difficile à retourner? J'étais vraiment proche de la victoire en plusieurs occasions. Mais c'était important de bien commencer dans la dernière manche, de consolider mon jeu. J'aurais aussi pu perdre ma concentration et lui donner l'occasion de gagner. Mais ce n'a pas été le cas. Dans l'ensemble, tous les sets étaient vraiment serrés. Il a remporté le premier de justesse. Le troisième, encore, était hyper serré. Il aurait pu le gagner aussi. La qualité de tennis était incroyable, avec peu de fautes directes. Dans le dernier jeu à 5-4, il a servi moins de premières balles et cela m'a aidé."Q: Comment était l'herbe du court central que vous avez goûtée à l'issue de la partie. Cela a changé par rapport à votre précédente victoire? R: "Très bonne question (sourire). Cela n'a pas tellement changé. Je pense qu'il y avait plus d'herbe à l'époque. Mais, c'est probablement le meilleur plat que j'ai mangé de toute ma vie." Q: Qu'allez-vous faire à partir de demain? R: "Je vais refermer pendant quelque temps le chapitre du tennis, prendre un peu de repos. Pas mal de grands moments vont arriver: le mariage, devenir père dans quelques mois. Je vais en profiter pour passer du temps avec mes proches et ma future femme." Q: L'an dernier, vous aviez perdu en finale. Qu'est-ce qui a changé? R: "La grande différence est mentale. Ce n'était pas vraiment physique. C'est vrai que j'avais eu un match difficile, en cinq sets, en demie face à Del Potro. Mais je n'étais tout simplement pas au top de mes capacités autant mentales que physiques en finale. Je vais me servir de cette victoire pour la suite de la saison."