Sept joueurs du top 20 du classement ATP, parmi lesquels Félix Auger-Aliassime (21 ans), demi-finaliste du récent US Open, et un autre visage de la nouvelle génération, l'Italien Jannik Sinner (vingt ans) seront présents à Anvers. Dick Norman, le directeur de tournoi de l'European Open, était fier de présenter une telle affiche. Toutefois, la véritable star n'occupe que le 121e rang. Il s'agit d'Andy Murray. Il a non seulement gagné la dernière édition du tournoi, en 2019, mais il possède un palmarès long comme le bras. Après les trois grands, Djokovic, Federer et Nadal, il est le meilleur joueur de sa génération: il a remporté trois Grands Chelems (Wimbledon 2013 et 2016, US Open 2012), quatorze tournois Masters 1000, deux médailles d'or olympi...

Sept joueurs du top 20 du classement ATP, parmi lesquels Félix Auger-Aliassime (21 ans), demi-finaliste du récent US Open, et un autre visage de la nouvelle génération, l'Italien Jannik Sinner (vingt ans) seront présents à Anvers. Dick Norman, le directeur de tournoi de l'European Open, était fier de présenter une telle affiche. Toutefois, la véritable star n'occupe que le 121e rang. Il s'agit d'Andy Murray. Il a non seulement gagné la dernière édition du tournoi, en 2019, mais il possède un palmarès long comme le bras. Après les trois grands, Djokovic, Federer et Nadal, il est le meilleur joueur de sa génération: il a remporté trois Grands Chelems (Wimbledon 2013 et 2016, US Open 2012), quatorze tournois Masters 1000, deux médailles d'or olympiques, en 2012 et 2016, et a remporté les ATP Finals en 2016, une année qu'il a achevée en tête du classement ATP. Il a toutefois commencé à ressentir des premiers symptômes inquiétants: son corps, et plus précisément sa hanche, flanchait. Excepté Anvers, Murray n'a gagné qu'un tournoi depuis 2016, celui de Dubaï en 2017. Il a subi deux opérations indispensables, tant la douleur devenait insoutenable. À l'Open d'Australie, il a même ouvertement évoqué la fin de sa carrière, mais la délivrance est survenue fin janvier 2019, sous la forme d'une hanche artificielle en métal, une prothèse qui ne peut pas encore être utilisée dans la plupart des pays, ses conséquences à long terme pouvant être lourdes. Murray n'a pas hésite et a effectué son retour en octobre 2019, devenant le premier joueur à disputer un tournoi ATP avec une articulation artificielle: l'European Open d'Anvers, qu'il s'est adjugé, ce qui lui a permis de passer du rang 247 au 127. Le top 100 est néanmoins resté hors de portée. Durant la saison 2020, raccourcie par la pandémie, il a été éliminé rapidement des quatre tournois auxquels il a participé, à l'exception d'une belle victoire contre Alexander Zverev à Cincinnati. Cette année, le Britannique n'a pu participer à l'Open d'Australie, après avoir été contaminé, de même que sa femme Kim, enceinte, et leurs trois enfants. Après des éliminations précoces à Montpellier et à Rotterdam, une blessure à l'aine l'a mis sur la touche pendant trois mois. Sa carrière semblait finie, mais il s'est remis en selle durant l'été. Il n'a été éliminé qu'au troisième tour de Wimbledon, par Denis Shapovalov (ATP 12). Il a été défait au premier tour de l'US Open, mais au terme d'un match passionnant en cinq sets contre Stefanos Tsitsipas, troisième mondial. Il a gagné à cette occasion son premier set (et même deux) contre un joueur du top 5 depuis Roland-Garros 2017 et la demi-finale contre Stan Wawrinka. Fin septembre, à Metz, Murray a disputé ses premiers quarts de finale d'un tournoi ATP depuis deux ans, après de beaux succès contre Ugo Umbert et Vasek Pospisil. Il a ensuite été battu au deuxième tour du San Diego Open par Casper Ruud (ATP 10) et a participé au Masters 1000 d'Indian Wells, où il a affronté Zverev en seizièmes. Il a donc vécu un automne chargé. Il y est contraint s'il veut réintégrer le top 100, ce qui lui permettrait d'être automatiquement qualifié pour le tableau principal des Grands Chelems. Un succès à Anvers serait donc le bienvenu. Si Murray continue à jouer, à 34 ans et malgré ses problèmes de hanche, c'est grâce à sa détermination. Il l'a d'ailleurs dit à Wimbledon. "Gagner, surtout dans cette ambiance, c'est pour ça que je fais tous ces efforts. Pourquoi abandonnerais-je alors que j'aime autant ce que je fais?" Combien de temps peut-il encore tenir? Nul ne le sait, Murray pas plus qu'un autre. Mais il adore toujours le tennis. Ce sera le cas la semaine prochaine à Anvers aussi.