L'Ecossais Andy Murray (N.3), qualifié dès samedi pour sa deuxième finale de l'US Open (après 2008) et sa cinquième en Grand Chelem grâce à une victoire sur le Tchèque Tomas Berdych (N.6), convoite le premier titre du Grand Chelem de sa carrière.

Le Serbe Novak Djokovic, tenant du titre, atteint la finale de l'US Open pour la troisième fois consécutive et ce sera sa troisième finale en Grand Chelem cette année. Sa demi-finale avait été entamée vendredi mais avait été interrompue et reportée en raison de forts orages à l'approche de New York, alors que Ferrer allait servir pour le gain du premier set face à un Djokovic mal en point.

"David avait beaucoup mieux géré le vent que moi (samedi), a déclaré Djokovic sur le court après sa victoire. Mais quand je suis revenu sur le court aujourd'hui (dimanche), j'étais un joueur différent."

Après la perte de son premier set du tournoi, le Serbe a en effet retrouvé le niveau qui lui avait permis de dégoûter l'Argentin Juan Martin Del Potro en quarts de finale, avec cette capacité à renvoyer toutes les balles et à placer des points gagnants (34 dans le match) même en position de défense, pour empocher facilement le deuxième set (6-1) et mener 2-0 dans le troisième.

Ferrer a alors eu un petit sursaut et débreaké pour égaliser à 2-2 mais Djokovic ne l'a pas laissé y croire bien longtemps : il a repris l'avantage en faisant le break dans le jeu suivant, marquant dix des quatorze derniers jeux pour empocher le match en seulement 2 h 32 min.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

L'Ecossais Andy Murray (N.3), qualifié dès samedi pour sa deuxième finale de l'US Open (après 2008) et sa cinquième en Grand Chelem grâce à une victoire sur le Tchèque Tomas Berdych (N.6), convoite le premier titre du Grand Chelem de sa carrière. Le Serbe Novak Djokovic, tenant du titre, atteint la finale de l'US Open pour la troisième fois consécutive et ce sera sa troisième finale en Grand Chelem cette année. Sa demi-finale avait été entamée vendredi mais avait été interrompue et reportée en raison de forts orages à l'approche de New York, alors que Ferrer allait servir pour le gain du premier set face à un Djokovic mal en point. "David avait beaucoup mieux géré le vent que moi (samedi), a déclaré Djokovic sur le court après sa victoire. Mais quand je suis revenu sur le court aujourd'hui (dimanche), j'étais un joueur différent." Après la perte de son premier set du tournoi, le Serbe a en effet retrouvé le niveau qui lui avait permis de dégoûter l'Argentin Juan Martin Del Potro en quarts de finale, avec cette capacité à renvoyer toutes les balles et à placer des points gagnants (34 dans le match) même en position de défense, pour empocher facilement le deuxième set (6-1) et mener 2-0 dans le troisième. Ferrer a alors eu un petit sursaut et débreaké pour égaliser à 2-2 mais Djokovic ne l'a pas laissé y croire bien longtemps : il a repris l'avantage en faisant le break dans le jeu suivant, marquant dix des quatorze derniers jeux pour empocher le match en seulement 2 h 32 min. Sportfootmagazine.be, avec Belga