Novak Djokovic, en quête d'un Grand Chelem calendaire historique, a écarté 5-7, 6-2, 6-2, 6-3 Matteo Berrettini (8e) pour avancer en demi-finales de l'US Open, où il aura affaire à un de ses rivaux principaux, Alexander Zverev.

Comme au 1er tour, au 3e et en 8e, le N.1 mondial a perdu un set, le premier. Mais contrairement à ces matches précédents, où il a fini par prendre le dessus en donnant l'impression de surtout lutter avec lui-même, il a cette fois produit son meilleur tennis dans les trois manches suivantes. Le premier acte de cette rencontre, d'une violence assez inouïe dans les échanges, a d'abord vu l'Italien pilonner "Nole" qui n'a pas pu faire grand chose en retour et s'est fait breaker à 6-5. Berrettini a conclu sur sa quatrième balle de set, au bout de 77 minutes.

Nullement décontenancé, le Serbe a breaké une première fois au 2e set, pour mener 3-1, ses retours prenant de mieux en mieux la mesure du service de son adversaire. Et il a égalisé à un set partout, en remportant encore la mise de Berrettini. Le scénario s'est ainsi répété, de façon inéluctable, dans les 3e et 4e manches. Malgré une colonie italienne bruyante, le Serbe s'est vu réserver une ovation unanime par le Arthur Ashe, impressionné par sa montée en puissance. En sachant qu'un formidable match se profile vendredi contre Alexander Zverev.

null, belga
null © belga

ZVEREV BALAIE LE POULAIN DE XAVIER MALISSE

Ce dernier, 4e mondial et finaliste l'an passé, s'est qualifié avec autorité avec pour les demi-finales de l'US Open, dernier tournoi du Grand Chelem, en écartant 7-6 (8/6), 6-3, 6-4 le Sud-Africain Lloyd Harris (46e), mercredi à New York.

L'Allemand de 24 ans pourrait ensuite croiser la route de Novak Djokovic à Flushing Meadows, si le Serbe N.1 mondial, en quête d'un Grand Chelem calendaire historique, parvient à passer l'obstacle Matteo Berrettini, 8e mondial, en soirée. Zverev, qui fait office de sérieux prétendant pour le titre, depuis sa médaille d'or olympique glanée à Tokyo, en ayant au passage écarté "Nole" en demi-finale, et le gain du Masters 1000 de Cincinnati il y a deux semaines, a mis un set pour prendre la mesure de son adversaire, qui n'avait jusqu'ici jamais passé le 3e tour d'un Majeur.

Après avoir débreaké aussitôt pour revenir à 5-4, il a été poussé au jeu décisif, Harris se procurant une balle de set à 6-5. Sur quoi, l'Allemand a enchaîné trois points en profitant d'erreurs directes au plus mauvais moment de son rival, pour empocher la première manche. Frustré, le Sud-Africain a jeté violemment deux bouteilles au sol, qui ont éclaté et arrosé le court au niveau du couloir gauche.

Ce qui l'a conduit, avec Zverev, à essuyer le ciment en traînant des serviettes avec leurs pieds, pour aider le personnel à l'oeuvre. L'Allemand, qui venait d'enfin saisir la dynamique, voulait en effet profiter de l'élan. Et il a d'ailleurs breaké d'entrée, en commençant à lâcher ses coups, notamment ses fameux revers longs de ligne dévastateurs, son service (20 aces) se chargeant d'assurer le gain du deuxième set.

Même scénario dans troisième, Harris concédant immédiatement sa mise eu jeu, puis la suivante. Zverev a ensuite déroulé, exécutant parfaitement ses coups, avec notamment de belles montées à la volée. Auteur d'un sursaut, son rival lui a ravi un jeu de service, mais il s'est parfaitement reconcentré pour conserver son deuxième break d'avance et en finir en un peu plus de deux heures. Une démonstration de force qui a de quoi gonfler sa confiance pour la suite, lui qui fut si proche de remporter le Grand Chelem new-yorkais l'an passé, en étant à deux points de la victoire contre l'Autrichien Dominic Thiem, finalement renversant en cinq sets.

null, belga
null © belga

Déjà demi-finaliste à Roland-Garros en juin, Maria Sakarri (WTA 18) a récidivé mercredi à New York en s'imposant en deux sets - 6-4, 6-4 - contre la Tchèque Karolina Pliskova (WTA 4) dans le dernier quart de finale du tableau féminin de l'US Open, ultime levée du Grand Chelem de la saison de tennis.

Sakkari, un seul titre WTA au compteur acquis sur la terre battue de Rabat en 2019, a été plus régulière que Pliskova sur l'ensemble de la partie, commettant moins de fautes directes (12 contre 19) et distillant davantage de points gagnants (22 contre 14).

La droitière d'Athènes, 26 ans, a aussi été très impressionnante sur sa mise en jeu, ne perdant que deux points sur son service dans le premier set et alignant une série de 22 points de rang. La Grecque défiera, pour une place en finale, la Britannique de 18 ans Emma Raducanu, qui a pris le dessus sur la Suissesse Belinda Bencic plus tôt dans la journée (6-3, 6-4).

La Britannique, 150e mondiale, est devenue la première joueuse sortie des qualifications à se hisser dans le dernier carré à Flushing Meadows. Sakkari arrivera en confiance après avoir battu trois joueuses du top 10 de rang : Petra Kvitova, Bianca Andreescu, lauréate 2019, et donc Karolina Pliskova. Quant à Pliskova, finaliste à New York en 2016 ainsi qu'à Wimbledon en juillet, sa quête d'un premier sacre majeur est une nouvelle fois reportée.

L'autre demie était déjà connue. La sensation canadienne Leylah Fernandez, 19 ans et 73e mondiale, défiera la Biélorusse Aryna Sabalenka, 2e mondiale. Après deux titres majeurs en double, acquis avec Elise Mertens, la droitière de Minsk, 23 ans, tentera de se qualifier pour sa première finale en simple en Grand Chelem.

null, belga
null © belga

La Britannique Emma Raducanu (WTA 150) s'est qualifiée pour les demi-finales de l'US Open de tennis, dernière levée du Grand Chelem de la saison. Mercredi à New York, elle s'est imposée 6-3, 6-4 contre la Suissesse Belinda Bencic (WTA 12/N.11) après 1h21 de jeu.

Sortie des qualifications pour sa première à Flushing Meadows, Raducanu a confirmé son étonnant parcours à Wimbledon. Invitée, elle y a avait atteint les huitièmes de finale pour son baptême de feu en Grand Chelem. Malgré un break d'entrée et menée 1-3, la Londonienne, née à Toronto au Canada, a enchaîné cinq jeux de rang pour empocher la première manche (6-3).

La Suissesse de 24 ans, qui a atteint les quarts de l'US Open en 2014 à 17 ans à peine, a concédé le premier break de la 2e manche sur sa 4e double faute. Raducanu a confirmé ce break, notamment grâce à la qualité de son service. Elle n'a pas encore concédé la moindre manche à New York. C'est la première fois dans l'histoire de l'US Open qu'une joueuse issue des qualifications parvient à se hisser en demi-finales.

C'est aussi la troisième fois qu'une joueuse classée hors du top 100 jouera le dernier carré après Kim Clijsters en 2009 et Billie Jean King en 1979.

Novak Djokovic, en quête d'un Grand Chelem calendaire historique, a écarté 5-7, 6-2, 6-2, 6-3 Matteo Berrettini (8e) pour avancer en demi-finales de l'US Open, où il aura affaire à un de ses rivaux principaux, Alexander Zverev. Comme au 1er tour, au 3e et en 8e, le N.1 mondial a perdu un set, le premier. Mais contrairement à ces matches précédents, où il a fini par prendre le dessus en donnant l'impression de surtout lutter avec lui-même, il a cette fois produit son meilleur tennis dans les trois manches suivantes. Le premier acte de cette rencontre, d'une violence assez inouïe dans les échanges, a d'abord vu l'Italien pilonner "Nole" qui n'a pas pu faire grand chose en retour et s'est fait breaker à 6-5. Berrettini a conclu sur sa quatrième balle de set, au bout de 77 minutes. Nullement décontenancé, le Serbe a breaké une première fois au 2e set, pour mener 3-1, ses retours prenant de mieux en mieux la mesure du service de son adversaire. Et il a égalisé à un set partout, en remportant encore la mise de Berrettini. Le scénario s'est ainsi répété, de façon inéluctable, dans les 3e et 4e manches. Malgré une colonie italienne bruyante, le Serbe s'est vu réserver une ovation unanime par le Arthur Ashe, impressionné par sa montée en puissance. En sachant qu'un formidable match se profile vendredi contre Alexander Zverev. Ce dernier, 4e mondial et finaliste l'an passé, s'est qualifié avec autorité avec pour les demi-finales de l'US Open, dernier tournoi du Grand Chelem, en écartant 7-6 (8/6), 6-3, 6-4 le Sud-Africain Lloyd Harris (46e), mercredi à New York. L'Allemand de 24 ans pourrait ensuite croiser la route de Novak Djokovic à Flushing Meadows, si le Serbe N.1 mondial, en quête d'un Grand Chelem calendaire historique, parvient à passer l'obstacle Matteo Berrettini, 8e mondial, en soirée. Zverev, qui fait office de sérieux prétendant pour le titre, depuis sa médaille d'or olympique glanée à Tokyo, en ayant au passage écarté "Nole" en demi-finale, et le gain du Masters 1000 de Cincinnati il y a deux semaines, a mis un set pour prendre la mesure de son adversaire, qui n'avait jusqu'ici jamais passé le 3e tour d'un Majeur. Après avoir débreaké aussitôt pour revenir à 5-4, il a été poussé au jeu décisif, Harris se procurant une balle de set à 6-5. Sur quoi, l'Allemand a enchaîné trois points en profitant d'erreurs directes au plus mauvais moment de son rival, pour empocher la première manche. Frustré, le Sud-Africain a jeté violemment deux bouteilles au sol, qui ont éclaté et arrosé le court au niveau du couloir gauche. Ce qui l'a conduit, avec Zverev, à essuyer le ciment en traînant des serviettes avec leurs pieds, pour aider le personnel à l'oeuvre. L'Allemand, qui venait d'enfin saisir la dynamique, voulait en effet profiter de l'élan. Et il a d'ailleurs breaké d'entrée, en commençant à lâcher ses coups, notamment ses fameux revers longs de ligne dévastateurs, son service (20 aces) se chargeant d'assurer le gain du deuxième set. Même scénario dans troisième, Harris concédant immédiatement sa mise eu jeu, puis la suivante. Zverev a ensuite déroulé, exécutant parfaitement ses coups, avec notamment de belles montées à la volée. Auteur d'un sursaut, son rival lui a ravi un jeu de service, mais il s'est parfaitement reconcentré pour conserver son deuxième break d'avance et en finir en un peu plus de deux heures. Une démonstration de force qui a de quoi gonfler sa confiance pour la suite, lui qui fut si proche de remporter le Grand Chelem new-yorkais l'an passé, en étant à deux points de la victoire contre l'Autrichien Dominic Thiem, finalement renversant en cinq sets. Déjà demi-finaliste à Roland-Garros en juin, Maria Sakarri (WTA 18) a récidivé mercredi à New York en s'imposant en deux sets - 6-4, 6-4 - contre la Tchèque Karolina Pliskova (WTA 4) dans le dernier quart de finale du tableau féminin de l'US Open, ultime levée du Grand Chelem de la saison de tennis. Sakkari, un seul titre WTA au compteur acquis sur la terre battue de Rabat en 2019, a été plus régulière que Pliskova sur l'ensemble de la partie, commettant moins de fautes directes (12 contre 19) et distillant davantage de points gagnants (22 contre 14). La droitière d'Athènes, 26 ans, a aussi été très impressionnante sur sa mise en jeu, ne perdant que deux points sur son service dans le premier set et alignant une série de 22 points de rang. La Grecque défiera, pour une place en finale, la Britannique de 18 ans Emma Raducanu, qui a pris le dessus sur la Suissesse Belinda Bencic plus tôt dans la journée (6-3, 6-4). La Britannique, 150e mondiale, est devenue la première joueuse sortie des qualifications à se hisser dans le dernier carré à Flushing Meadows. Sakkari arrivera en confiance après avoir battu trois joueuses du top 10 de rang : Petra Kvitova, Bianca Andreescu, lauréate 2019, et donc Karolina Pliskova. Quant à Pliskova, finaliste à New York en 2016 ainsi qu'à Wimbledon en juillet, sa quête d'un premier sacre majeur est une nouvelle fois reportée. L'autre demie était déjà connue. La sensation canadienne Leylah Fernandez, 19 ans et 73e mondiale, défiera la Biélorusse Aryna Sabalenka, 2e mondiale. Après deux titres majeurs en double, acquis avec Elise Mertens, la droitière de Minsk, 23 ans, tentera de se qualifier pour sa première finale en simple en Grand Chelem. La Britannique Emma Raducanu (WTA 150) s'est qualifiée pour les demi-finales de l'US Open de tennis, dernière levée du Grand Chelem de la saison. Mercredi à New York, elle s'est imposée 6-3, 6-4 contre la Suissesse Belinda Bencic (WTA 12/N.11) après 1h21 de jeu. Sortie des qualifications pour sa première à Flushing Meadows, Raducanu a confirmé son étonnant parcours à Wimbledon. Invitée, elle y a avait atteint les huitièmes de finale pour son baptême de feu en Grand Chelem. Malgré un break d'entrée et menée 1-3, la Londonienne, née à Toronto au Canada, a enchaîné cinq jeux de rang pour empocher la première manche (6-3). La Suissesse de 24 ans, qui a atteint les quarts de l'US Open en 2014 à 17 ans à peine, a concédé le premier break de la 2e manche sur sa 4e double faute. Raducanu a confirmé ce break, notamment grâce à la qualité de son service. Elle n'a pas encore concédé la moindre manche à New York. C'est la première fois dans l'histoire de l'US Open qu'une joueuse issue des qualifications parvient à se hisser en demi-finales. C'est aussi la troisième fois qu'une joueuse classée hors du top 100 jouera le dernier carré après Kim Clijsters en 2009 et Billie Jean King en 1979.