Cette teinture provisoire est le résultat d'un pari entre les deux entraîneurs et la joueuse de tennis si la rouquine de Grimbergen atteignait les quarts de finaliste à Roland-Garros.

"Cela va encore", sourit Ann Devries. "Si l'on fait un pari, il faut s'y tenir", ajoute-t-elle.

"Je trouve cela encore assez joli", s'amuse Van Uytvanck de son côté.

René Van Uytvanck, le père de la joueuse, était aussi présent vendredi à Wilrijk pour raconter l'aventure des derniers jours. "Nous avons quitté Paris mercredi soir et ces deux derniers jours ont été animés. Je savais qu'Alison était capable de réaliser un tel résultat un jour ou l'autre, mais elle nous a pris de vitesse. On aurait jamais pensé qu'elle ait pu le faire déjà maintenant. On avait vu qu'elle signait des performances intéressantes ces derniers temps. Ainsi au Diamond Games, elle ne s'est inclinée devant Andrea Petkovic que de toute justesse et s'est toujours qualifiée pour les tableaux finaux des tournois où elle devait passer par les qualifications", a conclu le paternel de la N.1 belge du tennis féminin.

Cette teinture provisoire est le résultat d'un pari entre les deux entraîneurs et la joueuse de tennis si la rouquine de Grimbergen atteignait les quarts de finaliste à Roland-Garros. "Cela va encore", sourit Ann Devries. "Si l'on fait un pari, il faut s'y tenir", ajoute-t-elle. "Je trouve cela encore assez joli", s'amuse Van Uytvanck de son côté. René Van Uytvanck, le père de la joueuse, était aussi présent vendredi à Wilrijk pour raconter l'aventure des derniers jours. "Nous avons quitté Paris mercredi soir et ces deux derniers jours ont été animés. Je savais qu'Alison était capable de réaliser un tel résultat un jour ou l'autre, mais elle nous a pris de vitesse. On aurait jamais pensé qu'elle ait pu le faire déjà maintenant. On avait vu qu'elle signait des performances intéressantes ces derniers temps. Ainsi au Diamond Games, elle ne s'est inclinée devant Andrea Petkovic que de toute justesse et s'est toujours qualifiée pour les tableaux finaux des tournois où elle devait passer par les qualifications", a conclu le paternel de la N.1 belge du tennis féminin.