"Cela peut arriver de se rater sur un Grand Chelem, surtout sur celui-ci, qui a lieu deux semaines à peine après le début de l'année", expliqua-t-il. "Bien entendu, ce n'est jamais amusant. Quand on arrive 15e mondiale comme Anastasia pour le premier grand rendez-vous, perdre au deuxième tour n'est pas ce qu'on espérait. Maintenant, il faut se remettre en question et retrouver une routine pour reprendre confiance. En plus, ici, les conditions ne pardonnent rien. Si on n'est pas à 100%, comme on l'a vu hier avec David, on passe à la trappe."

Simon Goffin a ensuite abordé la défaite son frère contre le Français Julien Benneteau. "Si je suis surpris? Non, pas tant que ça. Quand on regarde le tableau, on voit que plusieurs grosses têtes de série ont déjà été éliminées. Vous savez, quand il faut jouer par 40 degrés, les classements, cela ne veut plus dire grand-chose. On ne contrôle pas bien, il y a tout qui vole, et on doit juste essayer de s'en sortir, car même une balle facile peut devenir difficile. David se sentait pourtant bien. Je l'avais vu à la Hopman Cup et il jouait bien. Mais les conditions y étaient différentes. J'ai encore vu David hier soir. Il était déçu, mais pas abattu. Il va s'en remettre", conclut-il.