Première maîtrise communicationnelle : le timing. A 28 ans, et guère présente sur les courts de tennis ces dernières semaines, Maria Sharapova annonce la tenue d'une conférence de presse. Les supputations sur l'annonce qu'elle y fera vont bon train : fin de carrière (une information plus que probable compte-tenu des circonstances) ? Une grossesse, et donc automatiquement une fin de carrière ? Personne ne verrait en effet revenir la Russe au plus haut niveau après plus d'un an d'absence pour raison de maternité.

Et au final rien de tout cela, la starlette du tennis a fourvoyé son public en annonçant qu'elle avait pris depuis une dizaine d'années du meldonium, médicament préventif contre les infarctus, et mis à l'index par l'AMA (Agence mondiale anti-dopage) depuis le 1er janvier 2016.

Après la surprise, le deuxième effet de maîtrise de communication, a été la primeure. En effet, en annonçant qu'elle a pris ce médicament désormais proscrit, et ce avant que l'information ne paraisse dans les différents médias, Maria Sharapova a réussi à couper court aux rumeurs et aux spéculations. "Elle garde la maîtrise de son image, souligne Julien Radart d'Akkanto, et fait passer son message à elle". De plus Sharapova semble jouer la carte de l'honnêteté et de la transparence, car elle avoue tout sans y être obligée (semble-t-il). Pas de faux-fuyants, la belle Russe avoue donc, reconnaît sa culpabilité et... s'excuse auprès de son public.

Troisième maîtrise ; elle ne cherche pas de bouc émissaire et ne tombe pas dans le piège "ce n'est pas moi c'est lui" si fréquent. Tout au plus avance-t-elle, comme excuse du bout des lèvres, ne pas avoir eu connaissance du changement de statut du meldonium, mais tout en reconnaissant avoir bien reçu le mail de l'AMA. Préparation d'un éventuel retour? Sans doute pas car vu le message qui devait être transmis Maria Sharapova s'est attiré bien des foudres. Elle est momentanément suspendue. Sa communication s'en trouve pourtant belle et bien "dopée" car depuis lundi, on ne parle plus que de cela.

(source: Akkanto.com)

Première maîtrise communicationnelle : le timing. A 28 ans, et guère présente sur les courts de tennis ces dernières semaines, Maria Sharapova annonce la tenue d'une conférence de presse. Les supputations sur l'annonce qu'elle y fera vont bon train : fin de carrière (une information plus que probable compte-tenu des circonstances) ? Une grossesse, et donc automatiquement une fin de carrière ? Personne ne verrait en effet revenir la Russe au plus haut niveau après plus d'un an d'absence pour raison de maternité. Et au final rien de tout cela, la starlette du tennis a fourvoyé son public en annonçant qu'elle avait pris depuis une dizaine d'années du meldonium, médicament préventif contre les infarctus, et mis à l'index par l'AMA (Agence mondiale anti-dopage) depuis le 1er janvier 2016. Après la surprise, le deuxième effet de maîtrise de communication, a été la primeure. En effet, en annonçant qu'elle a pris ce médicament désormais proscrit, et ce avant que l'information ne paraisse dans les différents médias, Maria Sharapova a réussi à couper court aux rumeurs et aux spéculations. "Elle garde la maîtrise de son image, souligne Julien Radart d'Akkanto, et fait passer son message à elle". De plus Sharapova semble jouer la carte de l'honnêteté et de la transparence, car elle avoue tout sans y être obligée (semble-t-il). Pas de faux-fuyants, la belle Russe avoue donc, reconnaît sa culpabilité et... s'excuse auprès de son public. Troisième maîtrise ; elle ne cherche pas de bouc émissaire et ne tombe pas dans le piège "ce n'est pas moi c'est lui" si fréquent. Tout au plus avance-t-elle, comme excuse du bout des lèvres, ne pas avoir eu connaissance du changement de statut du meldonium, mais tout en reconnaissant avoir bien reçu le mail de l'AMA. Préparation d'un éventuel retour? Sans doute pas car vu le message qui devait être transmis Maria Sharapova s'est attiré bien des foudres. Elle est momentanément suspendue. Sa communication s'en trouve pourtant belle et bien "dopée" car depuis lundi, on ne parle plus que de cela.(source: Akkanto.com)