"Je ne sais pas exactement ce qu'il y a de nouveau. J'entends qu'on lance de vieux noms. Cette affaire a été traitée", a déclaré le Suisse, sans préciser à quelle affaire il faisait référence, après sa victoire au premier tour de l'Open d'Australie.

Relancé par un journaliste à propos de la présence de vainqueurs de tournoi du Grand Chelem parmi les joueurs soupçonnés, Federer a répondu: "Qui? Quoi? C'est jeté comme ça. C'est facile de faire ça. J'aimerais entendre des noms. Au moins ce serait concret et on pourrait en débattre. Cela n'a aucun sens de donner une réponse qui serait pure spéculation".

Le recordman des titres en Grand Chelem (17) a réaffirmé qu'il n'avait lui-même jamais été approché, contrairement à Novak Djokovic qui a de nouveau raconté lundi la tentative de corruption dont il a fait indirectement l'objet en 2007. "Je n'ai jamais été approché. Je n'en avais même jamais entendu parlé jusqu'à ce qu'un joueur aborde le sujet lors d'une réunion. Je ne savais pas que ça existait", a-t-il déclaré.

Federer a affirmé que le problème devrait être pris très au sérieux. "Il faut être très agressif, comme avec le dopage. (Le tennis) est intéressant pour les fans si on ne connaît pas le résultat. Dans le cas contraire, pas la peine de venir au stade", a-t-il dit.

"Je ne sais pas exactement ce qu'il y a de nouveau. J'entends qu'on lance de vieux noms. Cette affaire a été traitée", a déclaré le Suisse, sans préciser à quelle affaire il faisait référence, après sa victoire au premier tour de l'Open d'Australie. Relancé par un journaliste à propos de la présence de vainqueurs de tournoi du Grand Chelem parmi les joueurs soupçonnés, Federer a répondu: "Qui? Quoi? C'est jeté comme ça. C'est facile de faire ça. J'aimerais entendre des noms. Au moins ce serait concret et on pourrait en débattre. Cela n'a aucun sens de donner une réponse qui serait pure spéculation". Le recordman des titres en Grand Chelem (17) a réaffirmé qu'il n'avait lui-même jamais été approché, contrairement à Novak Djokovic qui a de nouveau raconté lundi la tentative de corruption dont il a fait indirectement l'objet en 2007. "Je n'ai jamais été approché. Je n'en avais même jamais entendu parlé jusqu'à ce qu'un joueur aborde le sujet lors d'une réunion. Je ne savais pas que ça existait", a-t-il déclaré. Federer a affirmé que le problème devrait être pris très au sérieux. "Il faut être très agressif, comme avec le dopage. (Le tennis) est intéressant pour les fans si on ne connaît pas le résultat. Dans le cas contraire, pas la peine de venir au stade", a-t-il dit.