"Durant la saison sur gazon, je me suis refais mal au genou et je me vois contraint de renoncer aux Jeux olympiques de Tokyo", écrit le N.9 mondial sur Twitter. "J'ai déjà commencé à faire de la rééducation dans l'espoir de retourner sur le circuit cet été", indique le Suisse aux 20 titres de Grand Chelem, qui après une année blanche marquée par deux opérations au genou droit, a tenté un périlleux retour cette année à près de 40 ans. Il les fêtera le 8 août.

"Je suis très déçu, parce que cela a été un honneur et un point fort de ma carrière à chaque fois que je représentais la Suisse", poursuit Federer, qui promet d'acclamer l'équipe nationale "de loin".

Le 7 juillet, Roger Federer avait dû quitter Wimbledon, son tournoi de prédilection, battu en quart de finale en trois sets par Hubert Hurkacz, 24 ans, après avoir encaissé un terrible 6-0 dans la dernière manche.

La scène a marqué. Alors que le public se lève pour applaudir debout la sortie de son champion de coeur, Federer, la tête baissée, lève rapidement un bras avant de s'éclipser, battu 6-3, 7-6 (7/4), 6-0 par le Polonais, 18e mondial, qui n'avait jamais dépassé le troisième tour en Grand Chelem.

Federer avait ensuite reconnu qu'une telle défaite, "ça secoue", alors que le champion avait fait de Wimbledon son grand objectif. Il rêvait d'y être sacré pour la neuvième fois et de porter ainsi à 21 son nombre de titres du Grand Chelem.

"Durant la saison sur gazon, je me suis refais mal au genou et je me vois contraint de renoncer aux Jeux olympiques de Tokyo", écrit le N.9 mondial sur Twitter. "J'ai déjà commencé à faire de la rééducation dans l'espoir de retourner sur le circuit cet été", indique le Suisse aux 20 titres de Grand Chelem, qui après une année blanche marquée par deux opérations au genou droit, a tenté un périlleux retour cette année à près de 40 ans. Il les fêtera le 8 août. "Je suis très déçu, parce que cela a été un honneur et un point fort de ma carrière à chaque fois que je représentais la Suisse", poursuit Federer, qui promet d'acclamer l'équipe nationale "de loin".Le 7 juillet, Roger Federer avait dû quitter Wimbledon, son tournoi de prédilection, battu en quart de finale en trois sets par Hubert Hurkacz, 24 ans, après avoir encaissé un terrible 6-0 dans la dernière manche.La scène a marqué. Alors que le public se lève pour applaudir debout la sortie de son champion de coeur, Federer, la tête baissée, lève rapidement un bras avant de s'éclipser, battu 6-3, 7-6 (7/4), 6-0 par le Polonais, 18e mondial, qui n'avait jamais dépassé le troisième tour en Grand Chelem.Federer avait ensuite reconnu qu'une telle défaite, "ça secoue", alors que le champion avait fait de Wimbledon son grand objectif. Il rêvait d'y être sacré pour la neuvième fois et de porter ainsi à 21 son nombre de titres du Grand Chelem.