"C'est bon d'être de retour, bien sûr c'est encore meilleur de gagner. C'était un super match, on avait joué plus de vingt sets ensemble ces dernières semaines", a savouré Federer en rappelant qu'Evans avait été son partenaire d'entraînement depuis quinze jours.

Le Suisse (6e mondial) qui aura 40 ans en août n'a pas montré de signe de faiblesse physique face au 28e joueur mondial malgré 2h24 de match. "Avec la fatigue, vous ne savez pas vraiment si c'est les muscles ou autre chose, mais l'important, c'est comment je vais me sentir demain. Ça a été une route longue et difficile, c'est un énorme défi de revenir à mon âge, mais ça valait le coup, parce que j'ai joué un bon match", a-t-il ajouté.

En quarts de finale, Federer affrontera le Géorgien Nikoloz Basilashvili (ATP 42). Contre Evans, le Suisse est apparu emprunté durant quasiment tout le match, peut-être plus par crainte d'une blessure qu'à cause d'une douleur effective. Car la façon dont il a servi a été un signe que son genou était opérationnel. Ce service lui a permis de s'accrocher alors qu'il était souvent mis en danger à l'échange, se montrant fragile voire maladroit tant du fond du court qu'à la volée.

Mais l'immense champion s'est réveillé en toute fin de partie: soudain bien plus incisif, il s'est offert une première balle de match à 5-4 sur le service d'Evans qui a cependant fini par remporter sa mise en jeu. Ce n'était que partie remise puisque deux jeux plus tard, Federer a conclu le match d'un revers croisé enchaîné avec un énorme revers long de ligne qui a laissé Evans à plusieurs mètres de la balle.

"J'étais fatigué, il restait plus d'énergie à Dan, mais je me suis dit +si je dois perdre, autant que ce soit en donnant tout+. Je suis très heureux de ma performance, et c'est toujours sympa de terminer par un revers gagnant long de ligne", a confié le Suisse aux vingt titres du Grand Chelem.

"C'est bon d'être de retour, bien sûr c'est encore meilleur de gagner. C'était un super match, on avait joué plus de vingt sets ensemble ces dernières semaines", a savouré Federer en rappelant qu'Evans avait été son partenaire d'entraînement depuis quinze jours. Le Suisse (6e mondial) qui aura 40 ans en août n'a pas montré de signe de faiblesse physique face au 28e joueur mondial malgré 2h24 de match. "Avec la fatigue, vous ne savez pas vraiment si c'est les muscles ou autre chose, mais l'important, c'est comment je vais me sentir demain. Ça a été une route longue et difficile, c'est un énorme défi de revenir à mon âge, mais ça valait le coup, parce que j'ai joué un bon match", a-t-il ajouté. En quarts de finale, Federer affrontera le Géorgien Nikoloz Basilashvili (ATP 42). Contre Evans, le Suisse est apparu emprunté durant quasiment tout le match, peut-être plus par crainte d'une blessure qu'à cause d'une douleur effective. Car la façon dont il a servi a été un signe que son genou était opérationnel. Ce service lui a permis de s'accrocher alors qu'il était souvent mis en danger à l'échange, se montrant fragile voire maladroit tant du fond du court qu'à la volée. Mais l'immense champion s'est réveillé en toute fin de partie: soudain bien plus incisif, il s'est offert une première balle de match à 5-4 sur le service d'Evans qui a cependant fini par remporter sa mise en jeu. Ce n'était que partie remise puisque deux jeux plus tard, Federer a conclu le match d'un revers croisé enchaîné avec un énorme revers long de ligne qui a laissé Evans à plusieurs mètres de la balle. "J'étais fatigué, il restait plus d'énergie à Dan, mais je me suis dit +si je dois perdre, autant que ce soit en donnant tout+. Je suis très heureux de ma performance, et c'est toujours sympa de terminer par un revers gagnant long de ligne", a confié le Suisse aux vingt titres du Grand Chelem.