"Très fier et honoré d'avoir été reconnu par mes pairs comme étant le "comeback player of the year de 2014". Ce joli prix me rend vraiment heureux. Merci à tous !", a écrit Goffin, 23 ans, qui pointe à la 22e place à l'ATP, son meilleur classement jamais obtenu.

Auteur d'un début de saison difficile, perturbée par une blessure qui le prive de l'Open d'Australie et le contraint à une longue absence, le N.1 belge est sorti du top 100. De retour à la compétition au mois d'avril et obligé de passer par les qualifications, il se place régulièrement pour le tableau final de quelques tournois ATP, mais ne parvient jamais à dépasser le 1er ou 2e tour de ces épreuves. A Roland-Garros et Wimbledon, il est éliminé au 1er tour. C'est après le tournoi londonien que la tornade "Goffin" se met à souffler. Il réalise deux séries de 25 et 16 victoires consécutives, remportant quatre tournois Challenger et ses deux premiers titres ATP, à Kitzbühel et Metz. Fin octobre, il se qualifie pour sa 3e finale d'un tournoi ATP, à Bâle (catégorie ATP 500), où il se paye le scalp de son premier top 10 (Milos Raonic) et où seul le Suisse Roger Federer réussira à l'arrêter.

"Très fier et honoré d'avoir été reconnu par mes pairs comme étant le "comeback player of the year de 2014". Ce joli prix me rend vraiment heureux. Merci à tous !", a écrit Goffin, 23 ans, qui pointe à la 22e place à l'ATP, son meilleur classement jamais obtenu.Auteur d'un début de saison difficile, perturbée par une blessure qui le prive de l'Open d'Australie et le contraint à une longue absence, le N.1 belge est sorti du top 100. De retour à la compétition au mois d'avril et obligé de passer par les qualifications, il se place régulièrement pour le tableau final de quelques tournois ATP, mais ne parvient jamais à dépasser le 1er ou 2e tour de ces épreuves. A Roland-Garros et Wimbledon, il est éliminé au 1er tour. C'est après le tournoi londonien que la tornade "Goffin" se met à souffler. Il réalise deux séries de 25 et 16 victoires consécutives, remportant quatre tournois Challenger et ses deux premiers titres ATP, à Kitzbühel et Metz. Fin octobre, il se qualifie pour sa 3e finale d'un tournoi ATP, à Bâle (catégorie ATP 500), où il se paye le scalp de son premier top 10 (Milos Raonic) et où seul le Suisse Roger Federer réussira à l'arrêter.