Pourquoi Federer ne joue plus en Nike

Oubliez le swoosh de Nike et l'élégant logo RF. Désormais, Roger Federer joue en Uniqlo.

Pourquoi Federer ne joue plus en Nike

Roger Federer joue en Uniqlo. © ISOPIX

Roger Federer l'a reconnu la semaine passée à New York : il était nerveux début juillet en montant sur le Centre Court de Wimbledon. Pas parce que son adversaire, Dusan Lajovic, le rebutait, mais parce qu'il craignait les réactions du public à son nouveau look. Federer (37 ans) et le swoosh de Nike - sur son bandeau, son short ou son blazer blanc - étaient inséparables depuis 25 ans.

Désormais, il représente Uniqlo, la marque japonaise de Kei Nishikori, qui a déjà travaillé avec Novak Djokovic et a engagé le Suisse il y a quelques mois, au rang de global brand ambassador. Uniqlo a dû puiser dans son bas de laine : le deal lui coûte 256 millions d'euros à verser en dix ans. C'est beaucoup plus que les 85 millions versés par Nike ces dix dernières années.

Federer a encore utilisé les chaussures blanches de son ancien sponsor, Uniqlo n'ayant pas de souliers de tennis, mais le logo RF avait disparu de son survêtement et de son sac. " Il appartient toujours à Nike, qui m'a toutefois promis que je le récupérerais. J'espère que ça se fera dans les plus brefs délais car il s'agit de mes initiales, après tout. "

Arnaud Cerutti, un journaliste suisse proche de Federer, a annoncé via Twitter que le logo RF, commercialisé depuis 2010, reviendrait au joueur au plus tard fin mars, soit exactement un an après la fin de son dernier contrat.

Federer n'a pu prolonger son titre à Wimbledon mais il était rassuré. "Les réactions ont été positives. J'ai toujours voulu aider Nike à concevoir les meilleurs vêtements, les plus beaux, et je compte faire de même avec Uniqlo, en mettant en valeur son habillement cool."

Pourquoi, au fond, quitter la plus grande marque sportive du monde au profit d'une société quasi inconnue en dehors de l'Asie ? Le portefeuille de Federer respire le luxe - Rolex, Mercedes, Crédit Suisse et Moët & Chandon -. Est-ce compatible avec un sponsor qui est en quelque sorte la version vestimentaire du fast-food ? Évidemment, les 256 millions constituent un argument de poids...

Un autre élément intervient : Federer, qui possède les meilleurs contrats de sponsoring du monde d'après Forbes, n'était plus que le deuxième violon, voire le troisième ou le quatrième, de Nike. Jamais il n'aurait pu rivaliser avec Michael Jordan et LeBron James, qui ont signé un contrat à vie chez Nike, à l'instar de Cristiano Ronaldo. Et ça ne lui plaisait pas.

Le Suisse constitue un levier parfait pour ouvrir à la firme japonaise les portes du monde, en attendant l'arrivée des Jeux Olympiques 2020, qui se déroulent au pays du Soleil Levant. Mais est-ce réalisable ? Federer et Nike sont quasi devenus des synonymes et ce n'est pas près de changer car le management du joueur espère signer un contrat pour des sneakers casual avec... Nike dans les semaines à venir.

Chris Tetaert

Nos partenaires